Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

Maurice Chabert, président du conseil départemental : « Vaucluse Provence Attractivité est née ! »

Vaucluse Publié le - - Territoires

Maurice Chabert, président du conseil départemental : « Vaucluse Provence Attractivité est née ! »
A. Ricci - Maurice Chabert, le président du conseil départemental de Vaucluse

En mars 2017, Maurice Chabert célébrera ses deux ans à la tête du conseil départemental de Vaucluse. Il préside un département de 546 314 habitants et doit faire face à une crise budgétaire qui touche l'ensemble des départements français. De 2008 à 2015, les dépenses d'investissement sont passées de 315 euros par habitant à 291 euros (- 7,6 %), les charges de fonctionnement de 902 à 1 054 euros par habitant (+ 6,9 %), l'autofinancement de 170 à 98 euros par habitant (- 42,4 %). Quant à l'endettement, l'encours des dettes bancaires a grimpé, passant de 326 euros par habitant en 2008 à 391 euros en 2015 (+ 19,9 %).

TPBM : 2017 sera-t-elle à nouveau l'année des économies ?
Maurice Chabert : En 2016, nous avons évité du gaspillage qui provient de plusieurs sources. Nous avons tenu compte du rapport de la Chambre régionale des comptes qui nous disait qu'il y avait 25 % de frais de personnel en trop. Depuis 2002, ils augmentaient de 3,2 % chaque année, soit 3 millions d'euros. En 2015, en neuf mois, nous avons eu une augmentation de seulement 0,6 % et en 2016, nous aurons certainement une diminution des frais de personnel de 2,6 à 2,8 %, soit environ 2,5 à 3 millions d'euros économisés. Nous devons maintenant rééquilibrer les services, c'est tout l'enjeu de 2017.

A quelles problématiques budgétaires allez-vous être confronté en 2017 ?
Nous sommes toujours confrontés à la baisse des dotations de l'Etat. Nous devons trouver sur ce point 10 millions d'euros. Avec la loi NOTRe*, nous avons aussi perdu 50 % de la CVAE** au profit de la région. Pour équilibrer, il faut que nous trouvions au minimum 13 millions d'euros. Et nous devrons faire face à nouveau à l'augmentation des dépenses sociales. Donc on devra au total trouver au minimum 20 millions d'euros. Côté ressources, nous allons pouvoir compter sur l'augmentation des droits de mutation : 3 millions d'euros. Nous allons certainement devoir faire un arbitrage entre : augmenter les impôts, baisser les investissements ou contracter un nouvel emprunt de 50 millions d'euros, ce que nous allons probablement faire.

La fusion entre l'ADT*** et Vaucluse Développement est en cours, qu'en est-il ?
Le département a perdu la compétence du développement économique avec la loi NOTRe. Mais nous nous devons de fédérer les intercommunalités et favoriser l'attractivité de nos territoires. Nous avons ainsi créé Vaucluse Provence Attractivité. Je serai le président de cette nouvelle structure. L'objectif étant de fédérer les intercommunalités autour de l'économie, nous allons inciter les EPCI**** à participer à cette nouvelle structure à hauteur de 1 euro par habitant.

Le préfet de Vaucluse souhaite un marketing territorial à dimension départementale, qu'en pensez-vous ?
Je suis pour. Le marketing territorial n'a de raison d'être qu'au niveau départemental.

Concernant le développement du haut débit, quels sont les engagements du département ?
Le 12 janvier 2016, le département a notifié à Vaucluse Numérique le lancement de la phase d'étude du premier plan quinquennal (25 millions d'euros). L'objectif est de réaliser 47 430 prises FTTH***** d'ici 2020, permettant un accès au très haut débit (THD) des particuliers et des entreprises. Le département aura donc réalisé 50 % des prises de la zone d'intervention publique. Le périmètre concerne huit communautés de communes : Enclave des Papes-Pays de Grignan, Luberon Monts de Vaucluse, Pays d'Apt Luberon, Pays de Rhône et Ouvèze, Pays des Sorgues et Monts de Vaucluse, Pays Vaison Ventoux, Rhône-lez-Provence, Sud Luberon (Cotelub). 
Cette phase, engagée pour un maximum de deux ans, vise à concevoir et préparer les déploiements. 


Quels efforts le département réalise via le contrat départemental de solidarité territoriale ?
Pour les communes rurales, nous allons proposer des contrats de trois ans pour les 127 communes qui ont moins de 5 000 habitants. Ça leur permettra de concevoir des projets plus importants. Plus de 20 millions d'euros seront ainsi mis sur la table sur trois ans. Je tiens à souligner que 10 % de cette somme sera fléchée vers des projets qui touchent au patrimoine vauclusien. Pour les 24 communes urbaines du département, nous allons proposer un contrat d'un an. L'enveloppe globale pour 2017 devrait atteindre les 2,3 millions d'euros. 10 % de cette somme sera également fléchée vers des projets qui touchent au patrimoine vauclusien.

Quels sont les grands projets portés par le département en 2017 ?
Nous voulons réhabiliter quatre collèges pour un montant de 10 millions d'euros. Nous avons le projet de déménagement des archives départementales pour 30 millions d'euros. Différentes déviations et améliorations d'infrastructures sont au programme : les études de Coustellet et de Bonpas, le lancement des travaux de la LEO (Liaison Est-Ouest) et de la déviation d'Orange.

Qu'attendez-vous de l'élection présidentielle de 2017 ?
Notre prochain président devra respecter les départements. Il faut un territoire et des finances. Le département peut être le fédérateur des intercommunalités. Concernant les dépenses sociales, je suis contre le fait d'enlever la gestion du RSA (Revenu de solidarité active) aux départements, car dans ce cas-là, on « recentraliserait ». En revanche, le reste à charge est trop important : près de 35 millions d'euros. Il faut absolument que l'Etat compense. S'il ne nous donne pas ce qu'il nous doit, c'est qu'il veut nous étouffer. L'Etat a pourtant créé un fonds d'aide d'urgence de 200 millions d'euros au niveau national pour le financement du RSA. Vous savez combien il a attribué au Vaucluse ? Soixante-cinq mille euros : c'est ridicule ! De la même manière, les mineurs isolés nous créent un reste à charge important. Au total, dans tous les domaines, le reste à charge est évalué à 62 millions d'euros cette année, c'est énorme !

* Loi portant Nouvelle organisation territoriale de la République.
** Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises.
*** L'Agence de développement touristique Vaucluse Tourisme.
**** Etablissement public de coopération intercommunale.
***** Fiber To The Home, c'est-à-dire Fibre jusqu'à l'abonné.






Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer