Fermer la publicité

Carte interactive Maryse Joissains, maire d'Aix-en-Provence : « Priorité au maintien de l'investissement »

Bouches-du-Rhône le - - Urbanisme

Maryse Joissains, maire d'Aix-en-Provence : « Priorité au maintien de l'investissement »
D.R. - Maryse Joissains, la maire d'Aix-en-Provence, détaille les projets en cours et futurs sur sa commune.

Maryse Joissains, la maire d'Aix-en-Provence, affiche contre vents et marées sa volonté de mettre en place une métropole de projets, recentrée sur les grandes compétences stratégiques. Un parti qui fait écho aux préoccupations des maires qui ferraillent depuis quatre ans contre le Léviathan AMP. Ce patriotisme communal dont Aix était le porte-étendard, elle entend en démontrer la pertinence durant les six prochaines années. Après avoir longtemps mis en avant la gestion de proximité, l'avocate affiche son intention d'investir dans des projets structurants. Une feuille de route aux relents contracycliques qu'elle nous a déroulée dans l'entretien qu'elle nous a accordé fin juillet.

TPBM : Vous abordez votre quatrième mandat à la mairie d'Aix dans un contexte d'incertitude lié à la crise sanitaire. Quelle est votre feuille de route ?
Maryse Joissains : La priorité numéro un est le maintien de nos investissements afin de continuer à donner du travail à nos entreprises malmenées par la crise sanitaire pour qu'elles puissent garantir les emplois sur le territoire. Si l'on veut mettre en œuvre nos projets structurants, on a besoin que nos entreprises soient irriguées financièrement. Comme nous le faisons depuis deux décennies, plus d'un quart du prochain budget de la Ville sera consacré aux dépenses d'équipement et d'aménagement, soit une somme comprise entre 50 et 60 millions d'euros sur un budget global de 200 millions d'euros. Il faut ajouter l'argent qui sera injecté sur le territoire du pays d'Aix, un engagement beaucoup plus important que j'espère mobiliser avec la nouvelle politique qui va être menée à la Métropole Aix-Marseille Provence (AMP), celle d'une métropole de projets que je réclame depuis longtemps ! Une institution recentrée autour de cinq compétences stratégiques, les transports, l'économie, l'environnement, l'université, etc. le couple territoire-communes s'occupant de la proximité, l'Etat restant dans un rôle d'arbitre avec des financements décidés au niveau national et non pas à l'échelon local où il ne nous reste que la portion congrue. Quand les dotations sont déterminées au plus haut niveau, c'est un gage d'objectivité.


Carte : Esther Griffe

Cliquez sur le bouton en haut à gauche pour déployer la liste des points et la légende. Cliquez ici pour afficher la carte en plein écran.

A l'échelon métropolitain se pose la question des moyens. Avec la crise sanitaire, les ressources fiscales des collectivités devraient baisser. Comment trouver des marges de manœuvre ?
La Métropole ne pourrait plus irriguer les communes et les territoires comme elle l'a fait jusqu'à présent. A cause de sa dette importante, elle n'a plus de marges pour emprunter. Cette pression justifie le retour à une institution recentrée sur des projets stratégiques qui ira demander à l'Etat le soutien qu'il doit à la deuxième ville du pays. Marseille n'est pas soutenue comme Paris. Il n'est pas normal que l'Etat absorbe tous les déficits de la capitale sans faire de même pour Marseille ! Il faudrait que l'on puisse lisser l'emprunt sur une très longue durée, 30 à 40 ans.
Avec Martine Vassal (LR) et Michèle Rubirola (Printemps marseillais), nous devrons également aller à Bruxelles pour dégoter des financements européens. Cette mobilisation est cruciale car la remise à niveau de Marseille implique des engagements financiers énormes : 10 milliards d'euros ne suffiront pas. Et les territoires n'ont évidemment pas les moyens de régler la facture ! Gérard Bramoullé [premier adjoint au maire d'Aix également premier vice-président d'AMP en charge de la stratégie financière de la Métropole, NDLR] sera en pointe sur ce dossier.

La majorité des dirigeants d'entreprise, Philippe Korcia le président de l'UPE 13 en tête, sont farouchement opposés au schéma d'une métropole de projets. Que leur répondez-vous ?
Ils se trompent de combat. La métropole de projets que j'appelle de mes vœux redonnerait des capacités d'investissement aux communes et aux territoires. Alors que la Métropole actuelle, qui a récupéré quasiment toutes les compétences de proximité, nous prive de marges de manœuvre. Les entreprises subissent cette paralysie. Les dossiers sont englués dans l'administration. Et on pâtit du manque de moyens… Encore une fois, les patrons auraient tout à gagner à voir la Métropole se consacrer à quelques grands projets stratégiques et urgents.

La suite de cet article est à lire dans notre dossier spécial Estivales de l'Immobilier, habitat et aménagement urbain (N° 1354 du 02/09/2020). Cliquez ici pour consulter nos offres d'abonnement (à partir de 20€/an).



William Allaire
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer