AccueilTerritoiresMartine Vassal dégaine son armée du salubre

Martine Vassal dégaine son armée du salubre

A la veille de la visite de Julien Denormandie à Marseille, la présidente de la métropole Aix-Marseille-Provence Martine Vassal a dévoilé ce 28 novembre au Pharo sa « stratégie de lutte contre l'habitat indigne et insalubre ».
Martine Vassal dégaine son armée du salubre
W. Allaire - Martine Vassal, présidente de la métropole Aix-Marseille Provence, a dévoilé la stratégie qu'elle compte mettre en oeuvre contre l'habitat indigne.

TerritoiresBouches-du-Rhône Publié le ,

Plutôt discrète depuis le drame de la rue d'Aubagne, la présidente (LR) de la métropole Aix-Marseille-Provence Martine Vassal était sortie du bois le 15 novembre pour annoncer le lancement d'un plan de bataille contre l'habitat indigne « sous dix jours ». Avec quelques jours de retard sur le calendrier, l'élue qui est également à la barre du département des Bouches-du-Rhône a dévoilé hier, mercredi, « la stratégie durable » qu'elle compte mettre en oeuvre « pour lutter contre l'inacceptable ».

600 M€ à confirmer...

Cette contre-offensive que d'aucuns jureront un brin tardive a pour fer de lance une enveloppe de 600 millions d'euros, qu'elle espère voir abondée par l'État à hauteur de 229 millions d'euros, montant que la métropole mettra également sur la table, le solde (138 M€) étant réparti entre les autres collectivités (ville, CD 13, région Paca). Pour l'Etat, la réponse sera apportée dès aujourd'hui par Julien Denormandie. Le Ministre du logement sera de retour à Marseille pour installer le comité marseillais du plan « Initiative Copropriétés » qu'il avait mis en orbite le 10 octobre lors du congrès de l'USH. Martine Vassal propose à l'État « un cadre partenarial renforcé », avec la mise en place d'un préfet délégué à la lutte contre l'habitat indigne et d'un vice-procureur chargé de la lutte contre l'habitat indigne « pour accélérer le traitement des dossiers ».


Lire aussi : Marseille : cinq copropriétés inscrites dans le plan « Initiative Copropriétés »


Sur le plan structurel, la métropole va gonfler les équipes de la direction de l'habitat travaillant sur l'habitat indigne et dégradé. Ses effectifs passeront de 14 à 28 personnes. Cette montée en puissance de l'appareil administratif s'accompagnera de la création d'une direction dédiée à la lutte contre l'habitat indigne. Elle sera placée sous la tutelle politique d'un élu délégué, le conseiller métropolitain marseillais Xavier Méry.

Une SPLA-IN

La présidente d'AMP souhaite également mobiliser l'arsenal des textes en matière d'habitat. Premier outil : la mise en place dès le prochain conseil métropolitain du 13 décembre d'une opération programmée d'amélioration de l'habitat-renouvellement urbain (OPAH-RU). Autre instrument issu de la loi du 28 février 2017 relative au statut de Paris et à l'aménagement métropolitain : « La création d'une force de frappe technique et administrative dont les pointes seraient une société publique locale d'aménagement à intérêt national (SPLA-IN) et une société patrimoniale chargées d'intervenir sur les périmètres prioritaires à l'échelle métropolitaine », détaille l'élue phocéenne. Autres outils issus cette fois de la loi ELAN : la mise en place d'une opération d'aménagement spécifique sur le grand centre-ville de Marseille à travers un projet partenarial d'aménagement (PPA) et une grande opération d'urbanisme (GOU).

Enfin, pour insuffler une dynamique économique à cette reconquête immobilière, elle ressort de sa manche une proposition avancée l'an dernier : la création d'une zone franche urbaine sur le grand centre-ville.

Des assises territoriales de l'habitat au printemps 2019

Au niveau local, la présidente de la métropole compte mettre fin à la cacophonie politique en matière d'habitat. « Il faut mobiliser l'ensemble des acteurs institutionnels, économiques et sociaux impliqués dans la politique de l'habitat au service d'une vision globale », lance-t-elle. Cette union sacrée sera mise en scène au printemps 2019 lors d'assises territoriales de l'habitat. Un grand raout chargé de faire émerger « propositions et recommandations » et notamment « la mise en place du permis de louer ». Ces conclusions viendront charpenter le futur Programme local de l'habitat (PLH) métropolitain. A l'issue de ces assises, AMP compte déployer « une enveloppe de crédits de 25 millions d'euros dédiée au financement de projets innovants ».

Accélérer les DUP

La métropole a pour sa part pris plusieurs mesures « d'application immédiate » comme l'expertise d'une centaine d'immeubles frappés d'une déclaration d'arrêté de péril. Contre « les propriétaires voyous » et « les marchands de sommeil » qui n'effectuent pas les travaux nécessaires, la présidente d'AMP milite pour l'instauration d'« un permis de confiscation » de leur bien.

Selon le dernier bilan communiqué par la ville de Marseille ce 28 novembre, 193 immeubles vétustes frappés d'un arrêté de péril ont été recensés dans l'hyper centre-ville. Selon la métropole, 38 immeubles font l'objet d'une délibération demandant une déclaration d'utilité publique (DUP). « L'instruction de ces dossiers sera accélérée au sein des services de la métropole et chacun fera l'objet d'un suivi hebdomadaire », promet Martine Vassal.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?