AccueilUrbanismeMarseille : un hôtel en version japonaise près de la porte d'Aix

Marseille : un hôtel en version japonaise près de la porte d'Aix

Au printemps 2017, Marseille accueillera le premier établissement européen de la chaîne hôtelière japonaise Toyoko Inn. Un 3 étoiles de 231 chambres posé comme un signal en entrée de ville, au débouché de l'autoroute.
Marseille : un hôtel en version japonaise près de la porte d'Aix
W. Allaire - L'hotel, dessiné par l'agence Tangram, devrait être livré au printemps 2017.

UrbanismeBouches-du-Rhône Publié le ,

Les automobilistes qui arrivent par l'autoroute ne peuvent pas le rater : le bâtiment tout blanc à la silhouette parallélépipédique trône désormais en lieu et place de l'ancienne pénétrante qui permettait d'accéder à la porte d'Aix. Les lettres bleues et les idéogrammes japonais de l'enseigne « ToyokoInn » discrètement accolés au beau milieu de la façade ponctuée de meurtrières laissent deviner la fonction de l'immeuble. Les habitués des « HolidayInn » et autres « ComfortInn » songeront immédiatement à un hôtel… Les autres, sensibles à la sonorité du nom et à la calligraphie du pays du Soleil Levant, seront aiguillés vers un ouvrage célébrant l'identité japonaise. Chacun aura partiellement raison en fait car l'écrin de sept étages (6.580 m2 de surface de plancher) abritera bientôt le premier hôtel européen de la chaîne nippone « Toyoko ». Un trois étoiles de 231 chambres « appelé à être la référence de la marque sur le Vieux Continent », pose EmmanuelDujardin, architecte du projet (Tangram).

Livraison au printemp​s 2017

Avant de livrer ce mètre étalon, les dirigeants de la chaîne nippone auront eu l'occasion de découvrir les particularismes locaux : ils ont ainsi dû patienter plus de trois ans avant de poser la première pierre, bloqués par un recours d'un maître-chanteur bien connu sur la place marseillaise… Et le chantier, finalement lancé fin 2014, joue les prolongations. Alors que l'établissement aurait normalement dû être livré cet été, les travaux pilotés par Dumez (groupe Vinci) semblent au point mort. Cause de ce statu quo ? Cette fois, les freins ne proviennent pas d'impondérables extérieurs mais du pointillisme aigu des promoteurs. Ces derniers, qui se frottent pour la première fois aux exigences réglementaires d'un pays européen (RT 2012*, BBC**, accessibilité des ERP***…), prennent le temps, n'hésitant pas à revoir leur copie en cours de route…

Un goût du détail qui explique les retards : le gros œuvre quasiment achevé n'est ainsi toujours pas réceptionné, empêchant le lancement du chantier de second œuvre (dont les marchés sont lancés). « Normalement, on devrait pouvoir livrer au printemps 2017 », rassure Emmanuel Dujardin. Et l'architecte de relativiser ce délai : « Neuf mois de plus, ce n'est pas grand-chose au regard de l'importance du projet pour le groupe Toyoko ». Et qu'importe si ce différé aura gonflé le devis de l'opération (20 M€ à l'origine). Quelques millions d'euros de plus pèsent finalement assez peu pour un projet censé marquer la première phase de la conquête du marché européen…

* Réglementation thermique 2012.
** Bâtiment basse consommation.
*** Etablissements recevant du public.

La suite de cet article est à lire dans le numéro 1140 de TPBM (parution le 27/07/2016). Cliquez ici pour plus de renseignements sur nos offres d'abonnements (à parti de 20€/an).

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?