Fermer la publicité

Marseille : un groupement sélectionné pour revitaliser deux friches des Crottes

Bouches-du-Rhône le - - Urbanisme

Marseille : un groupement sélectionné pour revitaliser deux friches des Crottes
Agence Monchecourt & Co - L'équipe sélectionnée par le jury ce 28 janvier va prendre en charge la reconversion urbaine de deux anciennes fabriques de ce noyau villageois de la zone arrière-portuaire : la savonnerie la Tulipe et la manufacture Moncada ainsi que la place publique attenante.

L'EPA Euroméditerranée a confié au groupement associant l'agence Monchecourt & Co (architecte du patrimoine), Histoire & Patrimoine (groupe Altarea Cogedim), Captown, le bureau d'études Etamine (développement durable), le collectif de street art « Maquis-art » la mission de revitaliser deux friches industrielles du quartier des Crottes (15e) à Marseille.

Le groupement associant l'agence Monchecourt & Co (architecte du patrimoine), les sociétés Histoire & Patrimoine (groupe Altarea Cogedim) et Captown le bureau d'études Etamine (développement durable), le collectif de street art « Maquis-art » est le lauréat de l'appel à projet* lancé par l'établissement public Euroméditerranée (EPAEM) pour la revitalisation de deux friches industrielles du quartier des Crottes (15e arrondissement), au cœur de l'extension d'Euroméditerranée.


Du même sujet : Marseille : Euroméditerranée lance plusieurs appels à projets au cœur du quartier des Crottes


L'équipe sélectionnée par le jury ce 28 janvier va prendre en charge la reconversion urbaine de deux anciennes fabriques de ce noyau villageois de la zone arrière-portuaire : la savonnerie la Tulipe et la manufacture Moncada ainsi que la place publique attenante. Deux friches propriétés de l'établissement public foncier de Provence-Alpes-Côte d'Azur dont l'EPAEM entend faire des démonstrateurs de la réhabilitation durable en version méditerranéenne promue par le programme européen « Happen ». A ce titre, les opérateurs devront veiller à réduire l'empreinte carbone du projet, avec un objectif de 60% de réduction des consommations d'énergie.


A lire aussi : Euroméditerranée et Foncière Logement s'engagent pour la rénovation énergétique du bâti


Deux usines désaffectées

Le projet comprend deux volets. Après de gros travaux de restructuration, la manufacture Moncada (2 267 m2) accueillera un programme de 35 logements sociaux avec locaux d'activité développé par Histoire & Patrimoine. Captown de son côté prendra en charge la réalisation d'un écrin neuf sur l'emprise de l'ancienne usine. Ce bâtiment conçu comme un « miroir architectural » de l'ancienne fabrique accueillera une auberge de jeunesse dernière génération.

La savonnerie la Tulipe (3 604 m2) accueillera une école de hip hop, un musée du street art déployé par Maquis-art et une auberge de jeunesse nouvelle génération.

Au-delà de l'enjeu de requalification urbaine, cette double opération sera également l'occasion pour l'EPAEM de prolonger la démarche d'inclusion économique et sociale initiée à travers le programme des Fabriques et la démarche d'urbanisme transitoire MOVE. « Il s'agit d'inventer un nouveau modèle économique qui tire partie des forces vives de ce quartier populaire », explique Laure-Agnès Caradec, la présidente de l'EPA Euroméditerranée. Une ambition incarnée par le collectif Maquis-art à la manœuvre en 2017 à Paris sur L'Aérosol**, un ancien entrepôt SNCF transformé - le temps de faire émerger un programme immobilier - en tiers lieu creuset de toutes les cultures urbaines mêlant graff, hip-hop, musée, photographie, tatouage, etc.

Le Fonds friches sollicité

Avant de voir la lumière, les opérateurs, l'aménageur et l'agence Anyoji-Beltrando, urbaniste en chef de l'extension d'Euromed' vont travailler durant un an à affiner le programme. Les premiers dépôts de permis sont espérés pour le début de l'année 2023. Un travail exploratoire que l'EPAEM mettra à profit pour solliciter les crédits du fonds friches mis en place par l'Etat au titre du plan de relance. Un fonds de 300 millions d'euros est consacré au financement du recyclage de friches et plus généralement de fonciers déjà artificialisés dans le cadre de projets d'aménagement urbain de revitalisation des centres-villes et de relocalisation des activités.


A lire aussi : Barjols : l'EPF Paca prépare les travaux de déconstruction des anciennes tanneries


Pour la reconversion des friches issues d'anciens sites industriels, l'ADEME a lancé cet automne son 11e appel à projets « Reconversion des friches polluées » pour poursuivre la reconquête des friches au bénéfice de la lutte contre l'artificialisation des sols. Cet appel à projets bénéficie d'une dotation France Relance de 40 millions sur deux ans afin d'accélérer le développement de projets de renouvellement urbain, d'adaptation au changement climatique ou de restauration de la biodiversité.

* L'autre équipe en lice associait l'agence Wilmotte & associés, Nexity, Nutrees, Innovela, Corel et Eliptis.
** Situé dans le 18e arrondissement de Paris, « L'Aérosol » a fait partie des sites artistiques temporaires d'urbanisme transitoire déployés par SNCF Immobilier.




William Allaire
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer