AccueilBTPMarseille : réemployer des matériaux pour aménager la trame Mazenod

Marseille : réemployer des matériaux pour aménager la trame Mazenod

En centre urbain, l’aménagement Mazenod à Marseille est un défi d’excellence. Le chantier a une dimension environnementale forte avec le réemploi des matériaux et la réduction des nuisances.
Le chantier, de la trame Mazenod, d’une durée de 18 mois, recycle 50 % de l’enrobé et réutilise 80 % des matériaux, avec une zone de stockage à proximité pour contenir les émissions de CO2.
Isabelle Cambos - Le chantier, de la trame Mazenod, d’une durée de 18 mois, recycle 50 % de l’enrobé et réutilise 80 % des matériaux, avec une zone de stockage à proximité pour contenir les émissions de CO2.

BTPBouches-du-Rhône Publié le ,

Durant la semaine « Acteurs pour la planète »,qui s'est déroulée fin octobre 2022, les entreprises ont montré́ le savoir-faire et les qualités humaines des collaborateurs, ainsi que la diversité́ des chantiers et le chemin déjà̀ parcouru dans le domaine de la transition écologique.

« Les Travaux publics sont engagés dans la transition écologique »

Les étudiants de l’IUT Génie civil de Château-Gombert ont suivi avec attention les explications d’Hugo Pech, ingénieur travaux Eurovia, et Vincent Riso, responsable de l’agence de Marseille Eurovia, groupe Vinci, en charge de l’aménagement de la trame Mazenod et des rues transverses, en cœur de ville, derrière la cathédrale Sainte-Marie Majeure de Marseille et jusqu’à la place de la Joliette. Afin de respecter le label 2EC (excellence, économie circulaire), le chantier, d’une durée de 18 mois, recycle 50 % de l’enrobé et réutilise 80 % des matériaux, avec une zone de stockage à proximité pour contenir les émissions de CO2.

hugo-pech-eurovia

Hugo Pech a détaillé les étapes de préparation du chantier de la trame Mazenodà à Marseille, ainsi que le planning des tâches réparties sur 18 mois. (Crédit : I. Cambos)

« En tant qu’ingénieur travaux, la préparation du chantier m’a demandé quatre mois, afin d’optimiser toutes les actions à réaliser en fonction du cahier des charges du client Euroméditerranée. J’ai trouvé les fournisseurs, les sous-traitants, négocié les prix, rassemblé l’équipe, réalisé les plannings de travail. Je gère également les relations avec l’architecte et le maître d’œuvre. Je vérifie le chantier avec mes équipes, fait le suivi jusqu’aux finitions, participe à l’audit hebdomadaire. Mon rôle est de tenir les délais et d’ajuster le planning si besoin. Je suis en relation avec les usagers et les professionnels », précise Hugo Pech.

Un drone pour cibler les travaux à réaliser

Dans une optique d’excellence environnementale (un label interne à Eurovia et au groupe Vinci), un drone a permis de sélectionner quelles seront les marches à remplacer des escaliers de la placette Leca, où se trouve le tribunal administratif. Les anciennes bordures de voiries, actuellement en attente sur la zone de stockage, viendront agrémenter cette placette. Une technique de pose a été étudiée pour créer un joint de 8 millimètres entre chaque bloc de calcaire en bordure de la rue Mazenod. Certains travaux ont été réalisés en été, lorsque la fréquentation est moins importante. « Nous sommes en contact permanent avec les riverains et les commerçants de cette zone de travaux. Il est important de les informer, de leur indiquer nos avancements, ce qui va être fait. Chaque chantier est unique avec son lot de contraintes. Il faut respecter le cahier des charges ainsi que les délais, prévoir le personnel et lui assigner une tâche particulière. Nous discutons longuement avec l’architecte. En contrepartie, c’est une satisfaction de voir le projet prendre forme et s’inscrire dans le paysage urbain », explique Vincent Riso.

Ce dernier, ingénieur TP, a rejoint le groupe Vinci Construction en 2003. Conducteur de travaux, il a pris la responsabilité de l’agence de Marseille en 2020. Il gère une centaine de collaborateurs dont sept conducteurs de travaux, comme Hugo Pech, qui a fini ses études d’ingénieur en 2017.

vincent-riso-eurovia
Vincent Rizo gère une centaine de collaborateurs dont sept conducteurs de travaux. (Crédit : I. Cambos)

40 % des camions d'Eurovia seront électriques sur la zone de Marseille

Cette matinée au contact des jeunes apprenants est l’occasion de mettre l’accent sur l’attractivité des métiers, montrer leur évolution. « Vinci construction abrite quatre divisions, dont trois font partie des Travaux publics : la route, le réseau et le génie civil, la quatrième étant le bâtiment. Nous constatons notre besoin de renouvellement à tous les niveaux, de l’ouvrier au responsable. Nous rencontrons des difficultés à recruter des jeunes. Ce genre d’action est l’opportunité de promouvoir notre secteur d’activité et de monter notre dynamisme. Nous pouvons offrir à ces jeunes étudiants un métier évolutif, un métier de passion. Nous développons l’innovation pour réduire notre impact carbone. C’est pourquoi, d’ici 2030, 40 % des camions seront électriques sur notre zone de Marseille », indique Vincent Riso.

Avec sa gamme SØLAR, Granulat+ PACA est un des lauréats de la 7e édition des trophées de l'UNPG

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 23 novembre 2022

Journal du23 novembre 2022

Journal du 16 novembre 2022

Journal du16 novembre 2022

Journal du 09 novembre 2022

Journal du09 novembre 2022

Journal du 03 novembre 2022

Journal du03 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?