Fermer la publicité

Marseille : les nouvelles rames du métro sur les rails à partir de 2023

Bouches-du-Rhône le - - Urbanisme

Marseille : les nouvelles rames du métro sur les rails à partir de 2023
Ora-ïto & Fabien Bourdier - La première rame construite dans les ateliers de l'usine valenciennoise d'Alstom sera mise sur les rails début 2023.

Alstom, la RTM et la Métropole Aix-Marseille-Provence ont dévoilé le design des 38 nouvelles rames du métro de Marseille. Un look épuré que l'on doit au tandem Ora-ïto/Fabien Bourdier.

Un métro intemporel d'une grande « simplexité » sic. Invité à décrire le design des nouvelles rames du métro marseillais dont il a signé le dessin avec son acolyte Fabien Bourdier, Ora-ïto use de cette formule un brin décalée résumant la mission que lui ont confiée Alstom et la Métropole Aix-Marseille-Provence : apporter une réponse simple à un problème complexe. Si la forme des 38 voitures fournies par le constructeur français rappelle celle des rames actuelles mises en service à la fin des années 1970, avec toujours l'alternance du blanc et du bleu sur la carrosserie, c'est une petite révolution qui se joue à l'intérieur.

Exit le fond orange qui caractérise les rames du réseau quadragénaire. « On a voulu un style simple, épuré, avec des tons chauds et naturels, alliant teintes très claires et des touches de bleu, pour un clin d'œil à Marseille et la Méditerranée. Le tout éclairé par de larges baies vitrées », décrypte le designer. L'épure sera également au programme de l'agencement intérieur « avec des formes adaptées aux impératifs de nettoyage de l'exploitant », poursuit Ora-ïto.

L'alternance du blanc et du bleu sur la carrosserie a été conservée. (Crédit : Ora-ïto & Fabien Bourdier)

Une automatisation par étape

La première rame construite dans les ateliers de l'usine valenciennoise d'Alstom sera mise sur les rails début 2023. Mais elle circulera à l'ancienne, pilotée par un des 80 conducteurs de la Régie des transports métropolitains (RTM). Le grand saut vers l'automatisation « n'interviendra qu'à partir du second semestre 2025 sur la ligne 2 et novembre 2026 sur la ligne 1 », indique Catherine Pila, présidente de la RTM. « Tout le défi de cette mutation résidera dans l'obligation de maintenir le réseau en service durant les travaux de modernisation de l'infrastructure pour lui permettre d'accueillir les nouvelles rames 100 % automatiques », décrypte Jean-Baptiste Eyméoud, président d'Alstom France. Les techniciens d'Alstom devront en effet travailler de nuit, lors des périodes d'arrêt du métro. « Ce sera sur des fenêtres de temps très brèves, de 2 à 3 heures », avance l'industriel.

La circulation de ces rames dernière génération à pilotage automatique impliquera de refaire entièrement la signalisation du réseau. Un enjeu qui réveillera chez les usagers du métro le souvenir douloureux des retards à l'allumage de l'extension septentrionale vers la station capitaine Gèze. Mais, promis... cette fois, chat échaudé... « On sera intransigeant sur le respect des délais », martèle Martine Vassal, présidente de la Métropole. Une rigueur d'ailleurs gravée dans le marbre de l'échéancier du contrat de 430 millions d'euros signé avec Alstom en décembre 2019. Seul hic, Alstom ne sera pas seul en piste dans ce chantier à rallonge qui mêle nouvelles technologies et génie civil. « On prendra en charge l'automatisation et la signalétique. Le génie civil et l'installation des portes palières dans les stations sera réalisé par d'autres prestataires », rappelle le président d'Alstom. Le marché pour la pose de ces portes automatisées le long des quais des stations n'est pas encore attribué.

Reste l'équation du financement de cette opération (hors travaux dans les stations, voir encadré) : à ce jour, le tour de table comprend la métropole AMP, la RTM et le conseil départemental des Bouches-du-Rhône qui apporte une enveloppe de 80 millions. La présidente d'AMP et du CD 13 espère évidemment monter dans le train du plan de relance. « Je serai à Paris cette semaine pour défendre notre projet qui cadre avec les objectifs de l'Etat », annonce Martine Vassal. Le projet a en effet été lancé dès l'automne 2020 et les travaux seront bien engagés avant 2023. « Si l'Etat nous aide, l'argent récupéré nous permettra d'investir dans d'autres projets de transport », avance l'élue. Et quid de la ville de Marseille, concernée au premier chef par ce projet ? « Si elle veut participer, elle sera la bienvenue », sourit la présidente d'AMP.

Mise en accessibilité

Ces équipements iront du pair avec la modernisation des stations du réseau métropolitain. Une cure de jouvence qui portera notamment sur la mise en accessibilité progressive des anciennes stations. « À l'horizon 2023, sept stations (Vieux-Port, La Rose, La Timone, Jules Guesde, Rond-point du Prado, Castellane, Saint-Charles) seront accessibles aux personnes à mobilité réduite, les 16 autres stations du réseau entameront leur transformation à partir de 2024 », annonce Martine Vassal. D'ores et déjà, certaines ont entamé leur mue comme la station Saint-Marguerite, désormais équipée d'un ascenseur pour les personnes à mobilité réduite et la nouvelle station Capitaine Gèze, terminus de la ligne 2, ouverte depuis décembre 2019. Les travaux se poursuivent aujourd'hui sur la station Saint-Charles, principal hub du réseau phocéen dont les quais seront élargis.




William Allaire
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer