Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

DIAPORAMA Marseille : le Jardin des vestiges à bon port antique !

Bouches-du-Rhône Publié le - - Architecture

Marseille : le Jardin des vestiges à bon port antique !
J. Ph. Pierrat - Restauré par l'architecte Corrado de Giuli Morghen, le Jardin des Vestiges sera inauguré le 26 septembre.

Requalifié par l'agence d'architecture marseillaise Fabrica Traceorum de Corrado de Giuli Morghen et Céline Girard, spécialisée dans la restauration du patrimoine, le site archéologique du port originel de la cité phocéenne a été remis à flot. Visite guidée.

Vieux d'au moins 2 600 ans, le site archéologique du port antique de la cité phocéenne, le Jardin des vestiges, contigu au centre commercial Bourse, au centre-ville de Marseille, a retrouvé de l'éclat sans perdre de sa patine. Rouvert au public à l'occasion des dernières journées du patrimoine après un an de travaux conduits par l'architecte marseillais Corrado de Giuli Morghen, un spécialiste, l'endroit offre enfin une entrée digne de ce nom au musée de l'Histoire de Marseille qui le ceinture. Inauguré ce jeudi 26 septembre en présence de Sébastien Lecornu, ministre chargé des collectivités territoriales, il en est devenu « la première pièce et premier espace d'exposition en plein air », souligne l'architecte.

« La nouvelle scénographie, explique encore ce dernier, permet de présenter des éléments en plus comme la terrasse funéraire et ses fameux triglyphes datant de 600 ans avant J.-C., la seule qu'on connaisse en Méditerranée. Sa restauration a même révélé un troisième côté, permettant de mieux comprendre la disposition de cet ouvrage cinéraire et de sacrifices rituels, plus ancien vestige de Marseille conservé in situ. »

Restauration et transmission

Autre vestige vedette remis en valeur, le premier qui fut découvert (en 1913) et classé (monument historique, en 1916), les restes du rempart hellénistique dit mur de Crinas ! « Il avait été découvert dans une cave car il faut bien comprendre que le sol de la ville contemporaine est aujourd'hui plus haut de deux mètres qu'à l'époque grecque », poursuit le maître d'œuvre.

Soigneusement nettoyé, celui-ci a même été protégé au pied par un système de drainage. « La restauration est avant tout un exercice de transmission : transmettre la matière, la conserver et si possible la consolider pour la faire perdurer davantage, mais transmettre aussi la forme, et pour cela combler les lacunes, les manques, et enfin transmettre la compréhension du site », ajoute Corrado de Giuli Morghen.

J. Ph. PIERRAT - A l'entrée principale, une maquette en bronze montre le plan du site.
  • J. Ph. PIERRAT - A l'entrée principale, une maquette en bronze montre le plan du site.
  • J. Ph. PIERRAT - Située rue Henri Barbusse, la nouvelle entrée rétablit l'axe de la voie romaine dallée en pierre de Cassis qui aboutissait jusqu'à l'actuel Mucem et qui était bordée de trottoirs, aujourd'hui évoqués par un nouveau dallage.
  • J. Ph. PIERRAT - La nouvelle entrée et son grand escalier restituent la porte d'Italie, entrée principale de la cité fortifiée dont subsistent quelques éléments de ses deux tours (fondations, murs).
  • J. Ph. PIERRAT - Aménagé à la fin du Ier siècle de notre ère, le port romain était situé dans la corne (extrémité) d'une calanque naturelle dont le bassin principal est l'actuel Vieux-Port.
  • J. Ph. PIERRAT - Le niveau de la mer à l'époque romaine reste gravé dans la pierre des quais.
  • J. Ph. PIERRAT - Également soigneusement restauré et remis en valeur, le bassin d'eau douce qui alimentait le port.
  • J. Ph. PIERRAT - Revêtu de marbre, le grand escalier d'accès, un ajout contemporain, permet de redescendre de la ville contemporaine jusqu'au niveau du sol antique.
  • J. Ph. PIERRAT - L'architecte a utilisé un matériau contemporain métallique pour tracer ce qui manque et évoquer ainsi l'épaisseur originelle du rempart grec en pierre de calcaire rose.
  • J. Ph. PIERRAT - Plus ancien vestige de Marseille conservé in situ datant de 600 ans avant notre ère, la fameuse terrasse funéraire, la seule de ce type qu'on connaisse en Méditerranée, fait partie des points d'orgue du nouveau dispositif scénographique.

A l'occasion de cette restauration, un troisième côté jusqu'à présent manquant a été découvert.
  • J. Ph. PIERRAT - Construit pour l'essentiel avec des blocs de pierre réemployés, un avant-mur situé en avant du rempart grec est venu renforcer le dispositif de défense au Ve siècle (siège par les Wisigoths en 480).
  • J. Ph. PIERRAT - Calqué sur un autre site archéologique de la région, un double alignement de cyprès et de buis dessine en filigrane et en limite du site l'emprise de l'ancienne ligne de remparts au Moyen Age.
  • J. Ph. PIERRAT - La tôle en acier employée permet de souligner les ajouts contemporains.
  • J. Ph. PIERRAT - En ces temps anciens, le réemploi de matériaux provenant de constructions antérieures était fréquent. En témoignent ces blocs de pierre décorés utilisés pour la construction des quais du port romain.

Certes, la maquette en bronze des lieux exposée dès l'entrée rétablissant la voie antique et la porte principale de la cité d'alors, aide dans cette lecture, ainsi que différents pupitres, mais grâce aux plantations, aux matériaux contemporains ajoutés ou encore à « des astuces techniques » propres au genre, comme le précise également l'architecte, l'évocation est telle qu'il suffit, pour se laisser embarquer, juste d'un peu d'imagination pour remplacer le vert du gazon du port romain par le bleu de la calanque naturelle où il avait été aménagé à la fin du premier siècle de notre ère…

Incrusté sur le quai, le niveau de la mer en témoigne encore.




J. P. Pierrat
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer