AccueilUrbanismeMarseille : la Ville lance la concertation autour du projet de réaménagement de la place Sébastopol

Marseille : la Ville lance la concertation autour du projet de réaménagement de la place Sébastopol

La Ville de Marseille vient de lancer la concertation citoyenne sur le projet de réaménagement de la place Sébastopol. Un projet résilient qu’elle compte définir en s’appuyant sur « l’expertise des usagers ».
A Marseille, la place Sébastopol accueille chaque matin, du lundi au samedi, un marché forain. Dès que les forains remballent, le terre plein central de la place Sébastopol devient un parking public de 54 places.
D. R. - A Marseille, la place Sébastopol accueille chaque matin, du lundi au samedi, un marché forain. Dès que les forains remballent, le terre plein central de la place Sébastopol devient un parking public de 54 places.

UrbanismeBouches-du-Rhône Publié le ,

La Ville de Marseille lance la campagne de concertation sur le projet de réaménagement de la place Sébastopol. Quatre ans après l’ambiance de guérilla ayant entouré le chantier de requalification de la Plaine, grande agora du centre ville marseillais, la municipalité de Benoît Payan entend changer de méthode. « Cet espace des années 80 ne correspond plus aux usages contemporains. Un consensus existe sur la nécessité de l’adapter aux enjeux du moment. Ce sera un projet pilote de la nouvelle manière d’envisager le rapport à l’urbanisme », pose Didier Jau, le maire des 4e et 5e arrondissements de Marseille.

Marseille : la Rocade L2 nord fait une place aux vélos et piétons

La ville de Marseille pilote en direct

Ce changement de méthode s’incarne dans la maîtrise d’ouvrage : la municipalité de Marseille compte piloter l’opération en direct. Et elle prendra le temps qu’il faut pour prendre le pouls des usagers et des riverains de cet espace public vestige du voiturbanisme en vogue dans les années 70/80. Ce rectangle de béton et bitume est voué aux automobiles quand les forains du marché quasi quotidien* plient leurs étals. « On part d’une page blanche. On fera appel à l’imaginaire des gens : les CIQ, les commerçants, les usagers, les habitants... pour construire ensemble pas à pas le projet. Car la population est la meilleure experte de son quartier », martèle l’édile des 4e et 5e arrondissements. Dans cette démarche que les élus refusent de soumettre au calendrier électoral, la Ville sera accompagnée par une équipe de programmistes. Un assistant à maitrise d’ouvrage (AMO) dont le recrutement est en cours.

La Ville souhaite faire de la place « un lieu de rencontre et de partage intergénérationnel ». (Crédit W. Allaire)

Place méditerranéenne résiliente

Si la page est encore blanche, quelques grands axes sont tout de même fixés. « Il s’agit de redonner une identité de place méditerranéenne résiliente à la place, avec des aménagements frugaux et conviviaux permettant différents usages », indique Perrine Prigent, conseillère municipale déléguée à la valorisation du patrimoine urbain architectural, à l'amélioration des espaces publics et à la place de l'eau dans la ville. Cette ambition passe par « le retour de la nature en ville et le recul de la mobilité motorisée conformément aux objectifs de l’étude « Plan guide pour concevoir un centre-historique durable à Marseille - Stratégie à l’horizon 2030 » et du programme européen des 100 Villes neutres pour le climat et intelligentes pour lequel la Ville s’est engagée », déroule l’élue. Cette stratégie de réduction de l’empreinte écologique, elle compte d’ailleurs la prolonger dans l’appel à projet européen « NetZeroCities** », qui permettra de tester de nouvelles solutions destinées à atteindre l’objectif de neutralité climatique à l’horizon 2030.

Le secteur de la place Sébastopol s’inscrit par ailleurs dans une démarche à plus grande échelle : celle du projet partenarial d’aménagement (PPA) visant le renouvellement urbain de plus de 1 000 hectares du centre-ville de Marseille.

Réduire la place de la voiture

Dans ce mécano urbain, les élus mettent en exergue plusieurs objectifs. « L’ambition est d’abord de redonner de l'attractivité au quartier en confortant le dynamisme économique de la place », avance Perrine Prigent. La municipalité souhaite par ailleurs « promouvoir une circulation apaisée et inclusive et désimperméabiliser l’espace public en misant sur la végétalisation ». Enfin, il s’agit de faire de la place « un lieu de rencontre et de partage intergénérationnel », égrène l’élue. Avant de définir un projet, la Ville se donne le temps de la concertation. Celle-ci s’est ouverte ce 20 novembre par une réunion publique à la mairie de secteur. Elle se prolonge sur le web avec un questionnaire, accessible jusqu’au 12 décembre.

Dans un deuxième temps, la municipalité s’autorise le droit de tester de l’urbanisme transitoire. « On pourra expérimenter de nouvelles formes d’intervention par la mise en place d’aménagements temporaires », ajoute Perrine Prigent.

Au delà de cette feuille de route très dans l’air du temps, figure en creux la volonté d'en finir avec le tout voiture. Une exigence qui passe par la réduction de la circulation et la suppression du stationnement sur la place. Autant d’enjeux clefs auxquels la concertation qui s’ouvre devra apporter une réponse circonstanciée. Pas simple tant les besoins se révèlent contradictoires entre les forains, les commerçants et les résidents... sans oublier les automobilistes circulant dans un véhicule thermique ou électrique.

Que nous réserve le futur parc du quartier Vauban à Marseille ?

* Le marché se déploie tous les jours, sauf le dimanche.

** Les villes pilotes sélectionnées dans le cadre de cet appel à projets bénéficieront de subventions (entre 0,5 et 1,5 M€) afin de déployer et d’étendre des solutions de R&D et systémiques. 32 millions d’euros sont disponibles dans le cadre de cet appel. La Ville de Marseille, la Métropole AMP et Aix-Marseille-Université (AMU) ont déposé un dossier de candidature commun début novembre.

Une place qui date de 1861

La place Sébastopol se situe dans un quartier marqué par la présence d’infrastructures de transports lourds (métro et tramway). Sa création en 1861 a impulsé l’urbanisation d’un secteur auparavant agricole, entrainant l’implantation de nombreux commerces, services et équipements ainsi que le développement d’axes de transports routiers. Par ailleurs, elle présente une identité méditerranéenne historique, toujours visible aux façades des trois fenêtres marseillaises entourant la place.

La place Sébastopol accueille chaque matin, du lundi au samedi, un marché forain (alimentaire, marché aux fleurs, textile). Elle est bordée d’un tissu de commerces et services de proximité (bars et restaurants, boulangerie, boucherie, banques etc.) qui forme une continuité commerciale entre les Cinq Avenues au Nord, et le boulevard Chave au Sud.

La place s’insère à l’interface de grands axes de circulations : le boulevard de la Libération au Nord, le boulevard Chave au Sud et le boulevard Sakakini à l'Est. En dépit de la bonne desserte en transports collectifs, la voiture a étendu son empire sur l’espace : dès que les forains remballent, le terre plein central de la place Sébastopol devient un parking public de 54 places, ourlé par un imposant réseau de voiries routières qui occupe un tiers de la surface totale de l’emprise. Cette présence massive de la voiture freine son utilisation pour d’autres usages, et l’empêche d’être considérée comme une réelle place publique par ses habitants, malgré la présence du marché et de quelques mobiliers urbains (bancs, carrousel, arbres...).

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 février 2023

Journal du01 février 2023

Journal du 25 janvier 2023

Journal du25 janvier 2023

Journal du 18 janvier 2023

Journal du18 janvier 2023

Journal du 11 janvier 2023

Journal du11 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?