Fermer la publicité

Marseille : huit équipes appelées à plancher sur l'aménagement résilient de la Capelette

Bouches-du-Rhône le - - Urbanisme

Marseille : huit équipes appelées à plancher sur l'aménagement résilient de la Capelette
W. Allaire - Le palais omnisports Marseille Grand Est, l'un des équipements structurants de la Capelette

Le ministère de la Transition écologique a retenu huit groupements de maîtres d'oeuvre pour plancher sur un projet d'aménagement de la Capelette en phase avec le risque d'inondation. Une démarche issue du concours national « Mieux aménager les territoires en mutation exposés aux risques naturels » (AMITER).

Huit : c'est le nombre de groupements d'architectes et bureaux d'études sélectionnés (cf. encadré) par la métropole Aix-Marseille-Provence pour plancher sur la reconfiguration du quartier de la Capelette à Marseille (10e arr.), décor d'une Zac depuis quinze ans. Cette remise à plat s'effectue à la lumière de la révision du plan d'exposition aux risques d'inondation (PPRI) qui a mis en évidence l'exposition aux crues de l'Huveaune d'une grande partie de ce territoire qui couvre aujourd'hui plus de 90 hectares dans l'est marseillais. Ce PPRI a modifié les règles de constructibilité de cet espace maillé par des friches industrielles porteuses d'un enjeu de dépollution.

Enfin, le projet doit tenir compte de la décision de prolonger le tramway sur le boulevard Schlœsing.

Au regard de cette nouvelle donne, la métropole a décidé de réviser le projet urbain... Une exigence qui implique une refonte du dossier de création de la Zac.

AMI « AMITER »

Ce retour à la case départ se déroulera sous le regard de l'Etat : le projet de la Capelette figure en effet parmi les neuf sites retenus par le ministère de la Transition écologique dans l'appel à manifestation d'intérêt (AMI) du concours national « Mieux aménager les territoires en mutation exposés aux risques naturels » (AMITER). Une démarche expérimentale qui vise à faire émerger des projets résilients à même de réduire la vulnérabilité des territoires, permettant ainsi « un développement durable (économique, résidentiel, touristique, etc.) par la réalisation d'opérations de renouvellement urbain exemplaires », indique le ministère.

A la Capelette, il s'agira d'alimenter la réflexion « en focalisant sur le phasage de l'opération, sur le fonctionnement du quartier en période de crue ou sur l'adaptation des équipements existants ».

Lauréat retenu en novembre

Début avril, le jury national, présidé par l'architecte-urbaniste Eric Daniel-Lacombe composé d'élus, d'experts, de concepteurs et de représentants du ministère de la Transition écologique a sélectionné huit équipes pluridisciplinaires pour plancher sur le nouveau projet urbain.

Les équipes admises à concourir ont jusqu'au 16 juillet pour proposer leur projet « qui devra permettre un renouvellement urbain exemplaire, en faisant du risque un levier plutôt qu'une contrainte », précise le ministère. Elles recevront ensuite une indemnité forfaitaire de 2 000 euros afin de couvrir une partie des frais engagés.

Au mois de novembre, le jury national désignera l'équipe lauréate qui recevra une récompense de 16 000 euros. Un second groupement sera distingué par une « mention » avec une enveloppe de 8 000 euros à la clef.

La remise des prix est prévue en décembre 2021.

Une Zac en gestation depuis 15 ans

Avec sa voisine du Rouet, la Zac de la Capelette fait partie du grand plan de recomposition urbaine des quartiers Est instigué par la municipalité de Jean-Claude Gaudin au début des années 2000. Le dossier de réalisation de cette nouvelle pièce urbaine adopté en octobre 2006 prévoyait la l'aménagement à l'horizon 2015 d'un nouveau quartier résidentiel (207 000 m2 de bâti) sur une trentaine d'hectares selon le plan-masse conçu par la société Ingérop Méditerranée et l'architecte Jean-Michel Battesti. Le projet piloté à l'époque par la société d'économie mixte Marseille Aménagement impliquait la reconversion du vieux tissu composé de friches industrielles et d'immeubles décatis en un quartier résidentiel regroupant 2 000 logements, des bureaux et un centre commercial couplé à un multiplexe (Bleu Capelette porté par Sifer et Icade).

En 2016, la métropole Aix-Marseille-Provence et la Soleam, nouvelle concessionnaire de la Zac, ont décidé de remettre les compteurs à zéro. Début 2019, ils ont confié à un groupement piloté par l'agence Attitudes Urbaines* (Paris) le soin de redéfinir le périmètre et la programmation de la concession « en se fondant sur une démarche ambitieuse, qualitative et durable ».


A lire : Marseille : la Zac de la Capelette remise à plat


Après un nouveau round de concertation en 2020, l'agence d'urbanisme parisienne doit rendre sa copie cette année. Pendant ce temps, la Soleam poursuit sa mission d'aménageur : elle a acquis une parcelle le long de l'avenue Gustave Eiffel pour y repositionner l'entreprise Sanitor qui doit libérer son site actuel afin de permettre l'aménagement du cœur de la Zac. La société publique locale d'aménagement prépare le lancement des travaux de construction du nouveau groupe scolaire du quartier. Cet établissement de 17 classes devrait lever le rideau en 2023 sur la rue Alexander. Et au début de l'année, elle a confié au tandem Egis Ville et Transports / STOA architecture une mission de maîtrise d'oeuvre pour l'aménagement des espaces publics attenants à l'école. Un tandem de concepteurs qui fait par ailleurs partie des huit équipes retenues dans l'AMI « AMITER ».


Lire aussi : Marseille : Ingérop, Egis et Stoa en charge de la section centrale du boulevard urbain sud


* Le groupement associe l'agence Attitudes Urbaines, le cabinet de conseil en urbanisme commercial Pivadis et la société Ingetec (Bet environnement).

Huit groupements sélectionnés

  • Egis Villes et Transports, STOA architecture et Egis Eau ;
  • Cécile Frappat, Marie Durand, Marta Salla et Claudia Mandolesi et Laure Moreau ;
  • Horizons Paysage-Jérôme Mazas, Puya Paysages, Sébastien Cord, Etienne Ballan, Madania et Artelia ;
  • Nommos, Aq(t)a, La Folie Kilomètre, ATM et Damienne Provitolo ;
  • Francis Soler, Michel Desvigne, Marc Montgaillard et Romain Lajarge ;
  • Tangram Architectes ;
  • Tekhne, Jourda Architectes, Tribu, Tecta ;
  • Architectes Singuliers, Empreintes Citoyennes.



William Allaire
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer