Fermer la publicité

A la pelle Marseille : Eiffage construction Sud-Est et Groupe-6 vont réaliser les Baumettes 3

Bouches-du-Rhône le - - Urbanisme

Marseille : Eiffage construction Sud-Est et Groupe-6 vont réaliser les Baumettes 3
D.R. - Le projet prévoit la démolition de l'actuelle maison d'arrêt des hommes et l'aménagement, à l'horizon 2024, d'un nouveau centre pénitentiaire de 740 places.

L'agence pour l'immobilier de la justice (APIJ) a confié au groupement piloté par Eiffage Construction Sud-Est et l'agence Groupe-6 architectes le marché de conception-réalisation pour la dernière phase du projet de reconstruction de la prison des Baumettes. Un chantier dont le devis est estimé à 91 millions d'euros HT.

Le groupement associant Eiffage construction Sud-Est / Groupe-6 (architectes) / WTF/A Architectes Associés / CS Ingénierie / WSP France (BET technique) / CS Ingénierie (BET sureté) / Inddigo (BET environnement) / Eiffage construction / Eiffage énergie systèmes France / Eiffage énergie systèmes Méditerranée est le lauréat du marché de conception-réalisation* lancé par l'agence pour l'immobilier de la justice (APIJ) pour la reconstruction de la dernière tranche de la prison des Baumettes.

Le projet dont le montant est estimé à près de 91 millions d'euros HT prévoit la démolition de l'actuelle maison d'arrêt des hommes et l'aménagement, à l'horizon 2024, d'un nouveau centre pénitentiaire de 740 places (environ 16 500 m2 de surface utile pour 3 ha d'emprise au sol). Durant les travaux (2022 à 2024), la plupart des prisonniers seront transférés dans les deux nouvelles prisons d'Aix (Luynes-2) et de Draguignan.

Cette nouvelle unité sera connectée à la maison d'arrêt des Baumettes 2, mise en service en juin 2017 par Vinci Construction. Cette maison d'arrêt de 573 places (23 000 m2) a été érigée sur le site libéré par le déménagement du centre pénitentiaire pour femmes. Elle agrège deux quartiers d'hébergement pour hommes de 150 places chacun, un quartier d'accueil et d'évaluation de 60 places pour hommes et un quartier d'hébergement pour femmes de 174 places. Cet ensemble est complété par des ateliers (dédiés à la formation et au travail volontaire) et par des « unités de vie familiale », des petits logements (2 ou 3 pièces) où les familles des détenus peuvent partager un semblant d'intimité durant de courtes périodes (de 6 à 72 heures).

Une reconstruction en deux temps

Les Baumettes historiques construites dans les années 1930 comptaient 1 200 places d'hébergement en théorie mais l'occupation réelle au 1er juillet 2016 était de 1 770 détenus. La surpopulation reste de mise : si les Baumettes 2 ont permis de créer 573 places d'hébergement, au 1er juillet 2019 il y avait déjà 889 détenus. Le projet Baumettes 3 prévoit 740 places supplémentaires, portant la capacité totale de l'établissement à 1 313 places.

La construction de Baumettes 3 finalisera la reconstruction de cette prison nichée aux portes du parc des Calanques. Le mur d'enceinte sera conservé, mais celui qui séparait les Baumettes 2 des Baumettes historiques sera détruit, permettant de réunifier le fonctionnement de l'établissement. Le projet Baumettes 3 consiste à construire sur quelque 4,2 hectares des bâtiments de détention, des locaux de formation, de service, médicaux, des aires de promenade, de sport, un théâtre qui sera ponctuellement ouvert au public. Hors enceinte, le projet prévoit d'agrandir et réaménager les bâtiments dédiés au personnel, de remplacer l'ancienne porte d'entrée par une nouvelle et de créer un parking pour le personnel. Construire tout ceci sur 4,2 ha est une gageure car des programmes neufs similaires se déploient d'ordinaire sur une dizaine d'hectares.

* Les 2 autres groupements en lice étaient : Travaux du midi (groupe Vinci) / archi 5 ProD / Tangram architectes / Artelia / Vinci construction France ; et Bouygues Bâtiments Centre Sud-Est / l'agence Kardham-Cardete Huet architecture / Egis bâtiments Méditerranée / Colas Midi-Méditerranée.

Concertation sous l'égide de la CNDP

Cette reconstruction s'inscrit dans le programme « 15 000 nouvelles places de détention » lancé par le gouvernement, avec 7 000 places en 2022 et 8 000 de plus avant 2027. Couplé à l'utilisation de peines non-carcérales, ce programme vise à lutter contre la surpopulation carcérale, en favorisant l'encellulement individuel.

Dans la préparation du projet Baumettes 3, la Chancellerie a dû composer avec la mauvaise humeur des riverains. Après la mise en service des Baumettes 2, les habitants des résidences et pavillons voisins se sont plaints des nuisances sonores engendrées par les détenus dont les nouvelles cellules offrent pour certaines une vue plongeante sur les terrasses des logements. Insultes, cris, parloirs sauvages... le quotidien de ces voisins est devenu un cauchemar, une situation qui les a poussés à interpeller le maire de secteur (9e et 10e) Lionel Royer-Perreaut. Un climat qui a donc conduit l'APIJ à engager une campagne de concertation à l'automne 2019 avec ces riverains sous l'égide de deux garants nommés par la commission nationale du débat public (CNDP).




William Allaire
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer