AccueilEconomieMarseille : création d'un poste de transformation électrique pour alimenter les navires à quai

Marseille : création d'un poste de transformation électrique pour alimenter les navires à quai

Le Grand port maritime de Marseille (GPMM) prévoit d’investir 13 millions d’euros dans la réalisation d’un poste de transformation électrique près du môle Léon Gourret, dans les bassins est.
Marseille : création d'un poste de transformation électrique pour alimenter les navires à quai
GPMM - Les bassins est du Port de Marseille Fos.

EconomieBouches-du-Rhône Publié le ,

Treize millions d’euros : c’est le montant que prévoit d’investir le Grand port maritime de Marseille (GPMM) dans la création d’un poste de transformation/conversion pour transformer l’électricité qui arrive en 50Hz et 20KV via le réseau portuaire pour alimenter simultanément deux grands navires de croisière en escale au môle Léon Gourret, dans les bassins est. Ces navires à alimenter seront dans les formes de radoub 8/9, voire potentiellement dans un deuxième temps aux postes 2/3 et en forme 10.

Le projet baptisé « sous-station CENAQ* Croisière » (voir encadré) vise à connecter au réseau électrique terrestre, en haute tension (au-delà de 1MW de puissance) des navires pouvant nécessiter une conversion de fréquence (passage du 50Hz au 60Hz), dans un délai court (maxi 30 mn, avec une grue mobile et une connectique industrielle), sans dégrader la qualité de l’alimentationà bord et dans le respect des normes internationales.

L’emplacement de ce poste de conversion (1 500 m2) serait situé au nord du H19 actuel. Il doit pouvoir accueillir l’ensemble des équipements électriques de la sous-station ainsi que l’espace de stationnement de deux véhicules CMS (cable management system).

Travaux entre l’été 2023 et l’été 2024

Le projet sera soumis à autorisation au titre de l’urbanisme pour la construction du bâtiment et à la validation d’Enedis au titre du raccordement des navires sur le réseau électrique et des protections associées à mettre en œuvre à titre dérogatoire. Le devis de l’opération est estimé à 13 millions d’euros : 1,5 million pour la construction du bâtiment (travaux de juin 2023 à janvier 2024) et 11,5 millions d’euros pour les équipements électriques (travaux de février à juillet 2024).

Après avoir développé des solutions de raccordement en 50 Hz en basse tension, puis en haute tension (projet CENAQ pour les ropax** Corse de La Méridionale et de Corsica Linea), le GPMM souhaite franchir une nouvelle étape avec la mise en œuvre de solutions permettant le raccordement de navires de croisières demandant plus de puissance ou ayant des caractéristiques électriques plus complexes en 60 Hz.

Le port est propriétaire de son réseau électrique dans les bassins marseillais. Il s’agit d’un réseau haute tension (20 KV) qui distribue de l’électricité auprès de l’ensemble des occupants du Port (équipements industriels, bâtiments, navires). Ce réseau est actuellement alimenté par le réseau de distribution public d’Enedis en 50 Hz en trois points : le T4, le plus au sud, dans le secteur de Saint Cassien (12.5 MW),  le T15 dans le secteur des Formes 8&9 (relèvement à 10 MW en cours), le T52, le plus au nord, dans le secteur de la Forme 10 (8 MW). Un quatrième point de livraison (PDL4) est en cours de construction dans le secteur de la porte 4 (38 MW). La totalité de l’électricité est achetée par GPMM avec des certificats d’énergie renouvelable.

3 400 escales par an dans les bassins Est

Le Port de Marseille-Fos accueille chaque année en moyenne 8 000 escales de navires, dont environ 3 400 (42,5 %) dans les bassins est, à proximité du centre urbain de Marseille, parmi lesquelles, chaque année, environ 2 300 sont effectuées par des navires de passagers en journée. Lors de leurs escales, les navires consomment de l’électricité qui est majoritairement produite à bord à l’aide de moteurs auxiliaires qui consomment soit du diesel marin, soit du fuel lourd s’ils sont équipés de laveurs de fumées (« scrubbers »), générant ainsi l’émission de polluants et de gaz à effet de serre.

« Même si l’activité portuaire n’est pas identifiée parmi les sources les plus importantes de cette pollution au niveau de la ville, sa proximité du centre urbain a une incidence sur la concentration des polluants dans cette zone fortement peuplée et donc très sensible », indique le GPMM. Pour répondre à cette problématique, il compte développer les systèmes de raccordement de navires au réseau électrique terrestre pour leur permettre de couper leur moteur auxiliaire et ainsi réduire localement les émissions atmosphériques des navires.

* Connexion électrique des navires à quai (CENAQ)
** Un « ropax » est un navire roulier mixte capable de transporter des marchandises et des passagers.

A ce jour, quatre quais sont équipés pour recevoir et raccorder quatre ferries simultanément pour la Corse dans le secteur d’Arenc représentant près de 1 000 escales par an (soit 1/3 des escales des bassins est). 

D’autres connexions sont en cours de réalisation : l’équipement de quatre quais pour raccorder simultanément deux ferries internationaux au terminal du Cap Janet (postes 6, 7, 11 et 12), et de cinq postes pour raccorder simultanément cinq méga-yachts en réparation sur la plateforme de réparation à terre du bassin Mirabeau.

A terme, qautre quais du môle Léon Gourret et de la plateforme de réparation (formes 8 et 9) seront raccordés pour permettre l’alimentation électrique simultanément a minima de deux navires.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?