AccueilUrbanismeMarseille : cinq copropriétés en attente de leur plan de sauvegarde

Marseille : cinq copropriétés en attente de leur plan de sauvegarde

La Métropole Aix-Marseille-Provence cherche des prestataires qui seront chargés d’élaborer les plans de sauvegarde de cinq copropriétés marseillaises en souffrance : Consolat, Mail G, Grand Mail, Est Marseillais et Les Rosiers.
La cité de Consolat, dans le quartier Consolat-Mirabeau, à Marseille (15e).
D. R. - La cité de Consolat, dans le quartier Consolat-Mirabeau, à Marseille (15e).

UrbanismeBouches-du-Rhône Publié le ,

La Métropole Aix-Marseille-Provence (AMP) vient de lancer une consultation pour sélectionner les prestataires (qui seront désignés début décembre 2022) qui seront chargés d’élaborer les plans de sauvegarde de cinq copropriétés des quartiers Nord et Est de Marseille : Consolat, Mail G, Grand Mail, Est Marseillais et Les Rosiers. Des ensembles décatis qui regroupent près de 2 000 logements où survit une population proie des marchands de sommeil et une poignée de propriétaires occupants assignée à une résidence insalubre.

  • Consolat, 396 logements : une cure de jouvence à 8,5 M€
    La cité de Consolat est localisée dans le quartier Consolat-Mirabeau (15e), un quartier décor d’un projet de renouvellement urbain du NPNRU (Nouveau programme national de renouvellement urbain). Cet ensemble est constitué de 396 logements réunis en 5 bâtiments gérés par trois syndics différents. La facture des travaux d’urgence est estimée à plus de 2,2 M€. Les travaux de gros entretien et de conservation du bâti en parties commune sont eux estimés à plus de 6,3 M€ (soit plus de 21 000 euros en moyenne par logement).

  • Le Mail G, une tour de 86 logements indignes
    La copropriété Le Mail G, située rue de la Crau (14e), est constituée d’une tour de 15 étages pour 86 logements érigée au début des années 70. Depuis 2014, elle fait l’objet d’un suivi opérationnel dans le cadre de la concession Eradication de l’Habitat Indigne (EHI). Le bâtiment nécessite lui aussi des travaux urgents pour assurer la sécurité des habitants et la salubrité des lieux : un chantier dont le devis est estimé 400 000 €. La facture des travaux de gros entretien et de conservation du bâti en parties communes est quant à elle estimée à près de 2 M€ (soit 27 K€ en moyenne par logement).
  • François Rieu, nouveau directeur général délégué du groupe Habitat en Région

  • Le Grand Mail, un devis de près de 15 M€ pour 406 logements
    Voisine de la tour Mail G, la copropriété Le Grand Mail, située le long du boulevard Jourdan (14e), constitue le plus grand ensemble résidentiel du quartier du Mail avec 406 logements répartis dans six immeubles d'habitation dont 3 tours (R+15 à R+16), 3 barres (R+4 à R+6).

    La facture des travaux d’urgence des bâtiments pour assurer la sécurité des habitants et la salubrité des lieux est estimée à 2,2 M€. Celle des travaux de gros entretien et de conservation du bâti en parties communes se monte quant à elle à près de 12 M€, soit le montant astronomique de 35 000 euros en moyenne par logement.

    Par ailleurs, AMP souhaite que cette cure de jouvence s’inscrive, comme celle de la tour voisine du Mail G, dans le cadre plus large du projet de renouvellement urbain du Grand-Saint-Barthélémy-Grand-Malpassé, à conventionner avec l'ANRU. Ce projet prévoit notamment une intervention lourde de restructuration de l’école Vayssière 1 et une recomposition de la trame des espaces publics.

  • L’Est Marseillais : 328 logements en déshérence
    L'ensemble immobilier de l’Est Marseillais, est situé à proximité du noyau villageois de Pont-de-Vivaux (10e). Il regroupe trois barres d’immeubles totalisant 328 logements sous le régime de trois copropriétés. Ces bâtiments édifiés à la fin des années 50 accusent le poids des ans : ils ont besoin de travaux urgents, pour assurer la sécurité et la salubrité, et de travaux de gros entretien. Une cure de jouvence qui impliquera la requalification du maillage des voiries puisque celles-ci ne permettent plus d'assurer l’entretien des espaces extérieurs qui sont fortement dégradés.

    Le diagnostic réalisé en 2020 a permis de chiffrer les grandes lignes des premiers travaux indispensables : il s’agit de réaliser les travaux prioritaires de conservation du bâti et de mise en sécurité des personnes (reprises de maçonnerie sur façades, sécurité incendie, étanchéités de toiture et remplacement des ascenseurs arrêtés). Le montant du devis de ces travaux d’urgence est salé : 751 000 €.

  • Marseille-Provence : le PLUi arrête sa saison 2 et lance la 3ème

  • Les Rosiers, sous la coupe des marchands de sommeil
    La copropriété des Rosiers est située à la lisière du quartier Bon Secours (14e). Avec ses 732 logements répartis sur 13 bâtiments (8 petites barres R+2/3 et 5 grands bâtiments R+12), sans oublier les locaux de l’ancien centre social. Environ 3 000 personnes y vivent sur une superficie de 7 hectares et la gestion est assurée par le syndic Solafim. Le montant de la réhabilitation complète de la copropriété s’annonce astronomique : la facture estimée tourne autour de... 40 M€, sans tenir compte de l’état très dégradé de certaines parties privatives (insécurité électrique, installations sanitaires fuyantes, système de ventilation peu efficace...). Les travaux urgents sont évalués à 7,8 M€ (façades, étanchéité, sécurité incendie et électricité). Une facture que les travaux d’amélioration et de réhabilitation viendront multiplier par 4, leur devis global étant estimé entre 30 et 36 M€.

Retrouvez cet article en intégralité dans notre prochain journal TPBM N°1459 du mercredi 7 septembre 2022






Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 28 septembre 2022

Journal du28 septembre 2022

Journal du 21 septembre 2022

Journal du21 septembre 2022

Journal du 14 septembre 2022

Journal du14 septembre 2022

Journal du 07 septembre 2022

Journal du07 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?