AccueilEconomieMarca met la main sur les anches

Marca met la main sur les anches

Forte de 60 ans d'existence, la Manufacture d'anches et roseaux de la Côte d'Azur, Marca, monte en puissance à la faveur de sa reprise il y a deux ans et demi par Nicolas Righi et Lionel Maurel, deux des petits-fils du créateur. Une success-story qui se déploie dans le monde entier depuis le siège d'Ollioules.
Marca met la main sur les anches
O. Real - Nicolas Righi dirige la société Marca avec son cousin, Lionel Maurel.

EconomieVar Publié le ,

« Le roseau varois est le meilleur du monde pour faire des anches*, par rapport à ses propriétés acoustiques, son élasticité, sa couleur. Alors que d'autres sont plus spongieux ou trop souples, le nôtre permet de produire le meilleur son des saxophones soprano, alto, ténor, baryton et autres clarinettes de jazzmen. C'est l'âme de ces instruments. Une mauvaise anche empêche de bien jouer », explique Nicolas Righi, qui dirige avec son cousin Lionel Maurel la société Marca, à savoir Manufacture d'anches et roseaux de la Côte d'Azur. Une entreprise fondée par leur grand-père en 1957 et dont ils président la destinée depuis deux ans et demi.

Ce fabricant perpétue un savoir-faire qui débute par la récolte de roseaux sauvages dans des maraîchers et domaines viticoles, contribuant au passage à l'entretien des terres, entre fin novembre et début mars, à la lune descendante car la sève de plante doit être au repos. Le climat du Var, avec de vrais hivers, constitue en cela un précieux atout. Les roseaux sont coupés et les cannes préparées, dépouillées de leurs feuilles et branches. De six à huit mètres au départ, les roseaux sont réduits à deux mètres, sachant que seul le mètre du bas sera utilisé pour les anches de saxes et clarinettes, le reste étant dédié aux bassons. Les cannes sont séchées au soleil durant cinq semaines afin de fixer leur vernis naturel. Elles deviennent alors jaunes, puis sont stockées un an afin de stabiliser le bois. Sciés ensuite et apurés de leurs nœuds, les tubes sont alors calibrés pour les anches dédiées aux différents appareils.

N° 3 mondial

Sur la base de ce travail préparatoire en partie saisonnier, les anches sont fabriquées toute l'année, à raison de 8 000 par jour, une cadence qui va augmenter à 13 000 à la faveur des investissements réalisés dans le parc machines (500 000 euros) et de méthodes modernes de développement, en particulier via le net. Affichant une progression annuelle désormais régulière de 20 %, Marca réalise 1,4 million d'euros de volume d'affaires (données 2016), pour un effectif de 16 personnes qui a doublé depuis la reprise par les deux gérants. Lesquels s'attachent à conforter la qualité de ces produits vendus en magasin en moyenne 25 euros la boîte de 10 anches, « toutes jouables », revendique Nicolas Righi, faisant allusion à une concurrence moins fiable.

Sur sa niche de marché mondial (60 millions d'euros au total), la petite entreprise d'Ollioules est le n° 3, derrière une autre firme installée dans le département (Vandoren à Bormes-les-Mimosas) et un Américain. Elle exporte à 98 %, vers les grossistes et magasins de 72 pays (Chine, USA, Chili, Pérou, Mexique, Allemagne, Italie, Portugal…), et ne cesse de gagner des parts de marché. Une réussite qui a de quoi faire jazzer.

* Languette de roseau, de bois ou de métal, dont les vibrations produisent le son dans les instruments à vent.

Retrouvez chaque semaine, sur le site internet de TPBM et dans la version papier, nos portraits d'artisans de la région, en partenariat avec la Chambre de métiers et de l'artisanat de PACA. Cliquez ici pour plus de renseignements sur nos offres d'abonnement (à partir de 20€/an).
Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?