Fermer la publicité

Lourmarin implante le premier éclairage public à led connecté de Vaucluse

Vaucluse Publié le - - Territoires

Lourmarin implante le premier éclairage public à led connecté de Vaucluse
E. Quémard - Les nouveaux lampadaires à led de Lourmarin se pilotent à distance grâce à un logiciel spécialisé.

La commune de Lourmarin dans le Vaucluse est en train d'installer un éclairage public à led connecté, permettant un pilotage plus fin de la durée et de la puissance d'éclairage.

Joël Raymond n'est pas peu fier du nouvel éclairage public de la commune de Lourmarin (Vaucluse) dont il est maire. Après avoir testé divers dispositifs pendant plus d'un an, il a finalement opté pour un système de lanternes à led connectées, dont l'installation est en train de s'achever. Constatant le vieillissement des luminaires en place, soucieux de réaliser des économies et de réduire la pollution lumineuse, l'édile a décidé de remplacer les 297 lanternes à éclairage conventionnel au sodium et la centaine d'autres points lumineux de ce village emblématique du Sud Luberon. "La création d'un nouveau point de recyclage sur la commune nous a permis de faire un test grandeur nature début 2019 avec sept lampadaires à détecteur de présence, explique Joël Raymond. La consommation est seulement de 1 kWh par nuit pour ces sept unités."

Au terme d'un appel d'offres, Ecotec, filiale de la Société des Eaux de Marseille, a remporté le marché. "Elle assurait déjà l'entretien de notre réseau d'éclairage public et connaît parfaitement les contraintes et exigences de notre village classé", précise le maire. Un village qui abrite un important patrimoine historique, notamment un beffroi construit sur l'assise de l'ancien château médiéval, un belvédère avec vue sur la vallée de l'Aiguebrun et un temple protestant édifié en 1806.

L'intensité et la durée de la lumière à la carte

Petit à petit, les lampadaires sur mats et les consoles ont donc été remplacés par des éclairages à led connectés de la société Comatelec Schréder basée à Saint-Florent-sur-Cher (Cher). "Un logiciel spécialisé, connecté notamment à des antennes GSM et GPS, me permet de définir précisément, selon les rues de la commune et les usages, l'intensité et la durée de l'éclairage", détaille Joël Raymond. Avant d'arrêter son choix sur ce dispositif, l'élu vauclusien et son équipe ont réalisé plusieurs essais techniques pour définir "la température de couleur" la mieux adaptée au village. "Après des tests à 2 200, 2 700 et 3 000 kelvins, nous avons opté pour une température de couleur de 2 700 kelvins produisant un blanc chaud. Quant aux lanternes, nous avons choisi un modèle couleur bronze."

Grâce à un investissement de 350 000 euros HT, auquel l'Etat a participé à hauteur de 90 000 euros HT, le maire de Lourmarin prévoit de réduire d'au moins un tiers la facture d'électricité de la commune au bout d'un an de fonctionnement du nouveau système. Le budget actuel de consommation pour l'éclairage représente entre 25 000 et 30 000 euros. "Je prévois aussi d'obtenir une certification dans le cadre des économies d'énergie", envisage l'élu, un dispositif qui permet aux collectivités une plus grande maîtrise de leur politique énergétique.




Emmanuelle Quémard
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer