AccueilUrbanismeLNPCA : la CNDP refuse de relancer un débat public sur les phases 1 et 2

LNPCA : la CNDP refuse de relancer un débat public sur les phases 1 et 2

La commission nationale du débat public (CNDP) a décidé qu'il n'y avait pas lieu de relancer un débat public sur la nouvelle mouture du projet de Ligne nouvelle Provence-Côte d'Azur (LNPCA). A charge pour SNCF Réseau de poursuivre la concertation en amont de l'enquête publique prévue pour la fin 2021.
LNPCA : la CNDP refuse de relancer un débat public sur les phases 1 et 2
W. Allaire - D'ici l'enquête publique prévue pour la fin de l'année 2021, le public conservera quelques marges d'expression notamment sur la nouvelle gare tunnel marseillaise, sur le pôle d'échanges de la Pauline dans l'agglomération toulonnaise ou la gare TER de Cannes la Bocca.

Urbanisme Publié le ,

Sollicitée une nouvelle fois par SNCF Réseau cet automne, la commission nationale du débat public (CNDP) a décidé qu'il n'y avait pas lieu de relancer un débat public ou une concertation préalable sur la nouvelle mouture du projet de Ligne nouvelle Provence-Côte d'Azur (LNPCA). En dépit des évolutions apportées au projet depuis le grand débat public organisé en 2005 - à l'époque la concertation portait sur un projet de ligne à grande vitesse Provence-Alpes-Côte d'Azur (LGV Paca) – la CNDP estime que ces modifications, notamment les phases 1 et 2 de l'opération qui portent sur l'amélioration des transports du quotidien, résultent justement des conclusions de cet exercice de démocratie participative. Une filiation qui ne justifie pas à ses yeux la tenue d'un autre débat sous son égide.

Rappelons que le nouvel échéancier des phases 1 et 2 a été gravé dans le marbre d'une décision officielle paraphée le 23 juin 2020 par le secrétaire d'Etat auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, chargé des Transports, Jean-Baptiste Djebarri. La phase 1 porte notamment sur le réaménagement du plateau de la gare de Marseille-Saint-Charles et des voies des faisceaux Est et Ouest qui y convergent, la création d'une nouvelle gare TGV à l'aéroport de Nice (dotée de 4 voies à quai) et des aménagements des navettes toulonnaises.

La phase 2, prévue à l'horizon 2026, concerne principalement la réaménagement de l'axe Cannes / Nice et le chantier herculéen de la traversée ferroviaire souterraine de Marseille sur près de 8 km.

Enièmes concertations avant l'enquête publique

D'ici l'enquête publique prévue pour la fin de l'année 2021, le public conservera quelques marges d'expression notamment sur la nouvelle gare tunnel marseillaise, sur le pôle d'échanges de la Pauline dans l'agglomération toulonnaise ou la gare TER de Cannes la Bocca. Ces nouveaux rounds de concertation seront supervisés par Philippe Quevremont, garant désigné par la CNDP.

La CNDP insiste par ailleurs sur la nécessité pour SNCF Réseau de mettre en place une procédure de participation spécifique avec les habitants du quartier de Bassens dans le nord de Marseille (14e), secteur où est prévu le débouché de la traversée souterraine de la cité phocéenne.

Quant à la suite du projet, les phases 3 et 4, dont le démarrage n'est pas prévu avant 2030, la commission nationale précise que SNCF Réseau devra à nouveau la saisir préalablement aux futures enquêtes publiques.

Près de sept ans de travaux et un investissement estimé à 2,3 milliards d'euros seront nécessaires pour augmenter la capacité de la gare Saint-Charles aujourd'hui proche de la saturation avec 23 trains/heure. La création d'une infrastructure souterraine, nichée 25 mètres sous les quais de la plate-forme existante, coûtera à elle-seule près de 800 millions d'euros.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?