Fermer la publicité

Ligne nouvelle Provence-Côte d'Azur : le gouvernement ouvre la voie à l'enquête publique

le - - Urbanisme

Ligne nouvelle Provence-Côte d'Azur : le gouvernement ouvre la voie à l'enquête publique
SNCF - Cette étape décisive concernera « bien les phases 1 et 2 » ainsi que « la poursuite des études » et « la mise en place des outils de maîtrise du foncier » pour préparer la suite de l'opération.

Élisabeth Borne et Jean-Baptiste Djebbari ont annoncé le lancement de l'enquête publique du projet de Ligne nouvelle Provence-Côte d'Azur (LNPCA) en 2021. D'ici là, Etat et collectivités vont mettre en place la mission chargée de définir le plan de financement de ce projet dont le coût des deux premières phases approche les 3,5 milliards d'euros.

Du nouveau sur la ligne nouvelle. Trois mois après le dernier comité de pilotage du projet qui avait validé les propositions de SNCF Réseau sur le nouvel échéancier des deux premières phases des travaux de la Ligne nouvelle Provence-Côte d'Azur (LNPCA), la ministre de la transition écologique et solidaire, Elizabeth Borne et le secrétaire d'Etat aux transports, Jean-Baptiste Djebbari ont confirmé dans un communiqué ce 24 février le lancement de l'enquête d'utilité publique en 2021. Cette étape décisive concernera « bien les phases 1 et 2 » ainsi que « la poursuite des études » et « la mise en place des outils de maîtrise du foncier » pour préparer la suite de l'opération, « ses phases 3 et 4 », indique le communiqué du ministère.

Le planning des travaux des phases 1 et 2 du projet (crédit : SNCF Réseau)

Cette annonce fait suite à l'énième phase de concertation qui s'est déroulée du 12 juin au 18 octobre 2019 dans les trois départements concernés par le tracé (06, 13 et 83). Cette plongée dans l'arène démocratique s'est déroulée dans un climat nettement moins agité que les précédentes marquées par la forte mobilisation des habitants du centre Var. Et pour cause : les aménagements proposés concernaient essentiellement les pôles urbains, à savoir la désaturation des nœuds ferroviaires marseillais, toulonnais et azuréen. Autant de projets qui ne suscitent pas, pour l'heure, de controverse exacerbée. La mobilisation s'est focalisée cette fois sur deux points clefs : « la bifurcation de la ligne Cannes-Grasse et la création d'une cinquième voie en gare de la Blancarde à Marseille », affirme Patrick Carminat, directeur du pôle émergence et maîtrise d'ouvrage de SNCF Réseau.


Lire aussi : SNCF Réseau va investir 280 millions d'euros en 2020


DUP attendue pour 2023

Ce feu vert du gouvernement ouvre la voie à l'ultime étape du parcours administratif de ce projet serpent de mer. Cet été, SNCF Réseau, le maître d'ouvrage va pouvoir lancer les études de l'avant projet sommaire (APS) qui doit servir de socle au dossier d'enquête publique. Une étape décisive qui devrait se dérouler à l'automne 2021, après que le gouvernement ait gravé le projet dans le marbre d'une troisième décision ministérielle. Suivra alors la déclaration d'utilité publique (DUP), ultime sésame espéré pour le début de l'année 2023, avant le coup d'envoi des travaux.

En parallèle, Etat et collectivités s'attèleront à un chantier autant sinon plus compliqué que celui du génie civil : celui du financement. « Une mission ad hoc sera mise en place au printemps pour définir le tour de table », explique Patrick Carminat. Les partenaires publics devront explorer toutes les pistes de financement de cette opération dont les deux premières phases représentent un coût estimé de 3,48 milliards d'euros. « Pas de DUP sans plan de financement ! », rappelle le cadre de SNCF Réseau.

Dénouer les nœuds métropolitains

Rappelons que la phase 1 du projet de LNPCA porte notamment sur la réalisation de la gare TGV de Nice Aéroport à quatre voies à quai, l'aménagement des navettes ferroviaires à l'Est et à l'Ouest de Toulon, et le réaménagement du plateau de la gare de Marseille-Saint-Charles et des voies des faisceaux Est et Ouest qui y convergent. La phase 2, prévue à l'horizon 2026, concerne principalement la réaménagement de l'axe Cannes / Nice et le chantier titanesque de la traversée ferroviaire souterraine de Marseille.


Les détails du projet à lire ici : Ligne nouvelle Provence Côte d'Azur : en finir avec la péninsule marseillaise


Avec la création d'une gare souterraine, la SNCF compte doubler le trafic des TER - de 140 TER par jour aujourd'hui à 280 demain - et augmenter la desserte des TGV, de 70 TGV par jour à 80.




William Allaire
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer