AccueilTerritoiresLiaison routière Fos-Salon : après le débat public, la concertation !

Liaison routière Fos-Salon : après le débat public, la concertation !

Après avoir mis toutes les options sur la table lors du débat public, l’Etat a affiché ses préférences pour poursuivre son projet de liaison Fos-Salon. Une 2x2 voies express est préférée à une autoroute.
Liaison routière Fos-Salon : après le débat public, la concertation !
J.-C. Barla - Frédéric Vigouroux, maire de Miramas, Chantal Jouanno, présidente de la CNDP, et Jean-Michel Fourniau, président de la CPDP de la liaison Fos-Salon.

TerritoiresBouches-du-Rhône Publié le ,

Pour Jean-Michel Fourniau, président de la Commission particulière du débat public (CPDP) sur le projet de liaison routière entre Fos-sur-Mer et Salon-de-Provence, la décision de l’Etat publiée le 29 juin 2021 au Journal officiel, atteste de l’intérêt du débat public. Avant d’exprimer son choix, le maître d’ouvrage a listé près d’une trentaine d’attendus dont la plupart reprend des opinions affirmées entre septembre 2020 et janvier 2021 dans les échanges entre Dreal (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement) et collectivités territoriales, port, acteurs économiques, associations, habitants…

« Le choix d’une route express privilégiant un aménagement sur place sur la majeure partie de l’itinéraire diffère du projet initial. On est sorti de la vision autoroutière. La décision répond de manière détaillée à ce qui s’est dit lors du débat. C’est un motif de satisfaction car l’Etat tient mieux compte des besoins du territoire », a-t-il expliqué le 8 juillet à Miramas, avant que les représentants de la Dreal n’expliquent au public les options qui vont faire désormais l’objet d’une concertation.

Le maître d’ouvrage en assumera la responsabilité sous les yeux d’un comité de suivi assuré par Jean-Michel Fourniau lui-même et la secrétaire générale de la CPDP, Audrey Richard-Ferroudji. « Le public va pouvoir continuer à s’exprimer sur les enjeux, c’est une garantie pour qu’il reste informé tout au long des procédures à venir », explique Chantal Jouanno, présidente de la Commission nationale du débat public. Cette concertation prévue pour débuter à la rentrée durera jusqu’à l’enquête publique, annoncée pour 2025, qui ne présentera qu’une seule des variantes mises à l’étude.

Liaison Fos-Salon : en route vers la décision

Vision éclaircie

L’Etat s’est prononcé pour « un aménagement au statut de route express à l’exception de la section nord, entre l’A54 et le carrefour de Toupiguières qui bénéficierait du statut d’autoroute dans l’hypothèse où cette section serait réalisée par adossement à la concession ASF [Autoroutes du Sud de la France, NDLR] ». La RN569 sera réaménagée en 2x2 voies entre le carrefour de Toupiguières à Miramas et le carrefour de Rassuen à Istres avec des échangeurs dénivelés et une vitesse limitée à 90 km/h, voire 70 km/h aux abords des villes.

Sur la section nord, les études approfondiront la variante A (A 54, avec sortie Le Merle-Toupiguières) mais elle pourra être comparée à la variante C qui intègre un aménagement sur place de la D69. Quant à la section sud (Rassuen-RN568 à Fos), la variante 2 (jusqu’à la Feuillane/La Fossette à Fos) servira de référence pour les études à venir. Pour le contournement de Fos, en vue d’une nouvelle concertation locale l’été 2022, « des études complémentaires de faisabilité et d’opportunité seront conduites afin de comparer les différentes hypothèses d’aménagement du secteur » : création d’un « barreau des étangs », aménagement capacitaire des voies portuaires, réaménagement des voies existantes (RN568 et voirie portuaire)...

Souci d’équilibre

La liaison Salon-Fos fera l’objet d’une « réalisation phasée », section nord d’abord, puis centrale et sud, la priorisation s’opérant sur la base des besoins de fluidification du trafic routier et de desserte des projets du territoire. L’Etat insiste également sur sa volonté de prendre en compte « l’impact des différents projets d’infrastructures de transport en matière de report modal, notamment du transport de marchandises », des poids lourds vers le mode ferroviaire : gare de triage de Miramas, Terminal Ouest Provence sur Clésud, extension de Clésud Terminal… Cette approche « multimodale » était réclamée lors du débat. « Je n’oppose pas les modes de transport, mais il faudrait vraiment rééquilibrer sur le fret ferroviaire », a rappelé Frédéric Vigouroux, maire de Miramas, en indiquant que des engagements précis devraient signés en septembre pour la gare de triage.

Les analyses seront conduites enfin au regard de la recherche de limitation des emprises, de la sécurité des personnes, du risque industriel, de la préservation des nuisances et des pollutions, de cohérence des aménagements et évidemment de coût et de délais de réalisation. Le début des travaux reste envisagé pour fin 2027.

 

Partage

Dossier Les étapes de la liaison Fos-Salon

Voir tout
Voir tout
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?