AccueilBTPLes Toits dans le vent, une aventure partagée à Gap

Les Toits dans le vent, une aventure partagée à Gap

C'est un chantier hors normes sur les hauteurs de Gap, à Romette. L'architecte Romuald Marlin porte le projet de six maisons passives, construites avec un maximum de matériaux locaux.
Les Toits dans le vent, une aventure partagée à Gap
Le projet concerne la réalisation de six maisons

BTPHautes-Alpes Publié le ,

L’architecte Haut-Alpin, Romuald Marlin est maître d’œuvre des « Toits dans le vent », une écoconstruction atypique qui sera située à Romette, sur les hauteurs de Gap. Bien connu pour son amour du bois et des matériaux nobles, comme la terre, cet architecte est aussi un pionnier. Il avait déjà réalisé un habitat commun, il y a de cela plus de 30 ans. Pour cela, il avait adopté des méthodes de construction en bois, bioclimatiques, avec des matériaux biosourcés.

Six maisons passives

Les « Toits dans le vent » est un projet de six maisons, un peu différentes mais inspirées du même esprit, de la même énergie. « L’idée était de construire des maisons passives, avec un maximum de matériaux locaux et un minimum d’énergie grise » précise l’architecte. « Il ne sera pas nécessaire de chauffer de façon trop importante. Nous avons d’ailleurs eu du mal à trouver des poêles à bois qui ne sont pas trop puissants », souligne une habitante. Il ne faudra pas plus d’un stère à un stère et demi de bois par an pour chauffer 100 m2. Les maisons ont une surface de 100 à 135 m2, elles sont recouvertes de bardage de mélèze brut à joints creux, posés par les habitants.

Une maison commune

Pour quatre d’entre eux, il s’agit d’une primo-accession à la propriété. Le futur village comptera 11 adultes et 4 enfants, de tous horizons, de 30 à 60 ans. Deux des copropriétaires ont fait construire un petit appartement, dont la location permettra d’amortir leur prêt.
Une maison commune vient s’adjoindre à l’ensemble. Elle a été construite en premier, elle a servi d’atelier-école, afin que les futurs propriétaires se fassent la main. Elle permettra aux habitants d’accueillir les visiteurs, d’abriter des festivités communes et d’y proposer des activités, ce sont les ateliers familiaux. Ils sont construits sur des fondations en plots de mélèze, sur lits de galets, selon une méthode japonaise.

Financement participatif

Pour équiper ce bâtiment de panneaux solaires, les copropriétaires ont fait appel à un financement participatif sur KisskissBankBank, pour lequel, à ce jour, ils ont réuni près de 5 000 €. Ceux qui auront participé à ce financement recevront des contreparties. Pour l’une d’entre elles, les contributeurs pourront bénéficier d’une séance de sauna; intégré dans les habitats familiaux. La buanderie, un jardin et le local pour sécher le linge seront également communs.

Retrouvez la suite de cet article dans TPBM 1147 en date du 14 septembre.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?