Fermer la publicité

Les Mées : le minage de la chandelle aura lieu le 26 mars

le - - BTP

Les Mées : le minage de la chandelle aura lieu le 26 mars
H. Saveuse - Trois premiers coups de sirène de pompiers annonceront le lancement de la procédure de minage.

Etape cruciale mais aussi délicate, le minage de la chandelle en équilibre sur un pénitent, qui menace encore une partie de la commune, est programmé pour le 26 mars prochain.

C'est le groupement d'entreprise Can/Cozzi/Minetto/EPC/Figuière qui va, le 26 mars à 15 h, libérer de l'inquiétude la population méenne. Depuis le 2 décembre dernier, une partie des habitants de la commune vit sous la menace d'une masse rocheuse instable estimée à 1 000 m3 (soit l'équivalent de 2 000 tonnes), résidu d'un pénitent qui s'est partiellement écroulé sur trois habitations.

En pratique, le matin du 26 mars un poste de commandement et de sécurité sera installé dans un appartement vide, prêté par le bailleur social Habitations Haute Provence. Un périmètre de sécurité de 250 mètres autour de la zone de tir, comprenant 280 habitants de la commune, sera mis en place. A 14 h 30, trois coups de sirène de pompiers annonceront le lancement de la procédure de minage, suivi d'un coup simple qui précédera immédiatement le tir par séquençage électronique. « Si tout se passe bien et après vérification technique des entreprises et des services de l'Etat le périmètre de sécurité sera levé à 18 h, explique Sébastien Etienne, le directeur général des services de la commune des Mées. Quant aux 60 personnes, relogées depuis l'incident du 2 décembre, qui entraient dans le périmètre, elles pourront regagner leurs habitations après le rétablissement de tous les réseaux dans la semaine du 30 mars. »

Une seconde procédure de minage

Au début du mois d'avril, les travaux de déblaiement pourront commencer pour une période estimée à deux mois et demi. C'est le même groupement qui s'en chargera. Une seconde procédure de minage sera nécessaire sur l'énorme rocher, freiné par les habitations en contrebas et dont la masse est estimée à 3 000 m3 et près de 6 000 tonnes. « Un important linéaire de forage devra être mis en œuvre depuis le sommet du bloc pour cette masse rocheuse à déblayer. La principale difficulté réside dans le fait que ce rocher est extrêmement proche des habitations », confie Mathieu Mallet, responsable de l'agence Sud-Est du groupe Can. Une partie des déblais sera utilisée pour garnir le « cratère » créé par la chute du pénitent et l'autre partie sera valorisée par les entreprises mandataires, moyennant une baisse du prix de l'intervention.

Sur les trois premières phases de travaux, estimées à 1,6 M€ la commune sera aidée à 80 %, par l'Etat via la DSIL (dotation de soutien à l'investissement local), la DETR (dotation d'équipement des territoires ruraux) et une dotation de solidarité, mais aussi par la Région via le FRAT (fonds régional d'aménagement du territoire) ainsi que par le Département via plusieurs aides déjà attribuées.

La prochaine étape pour la commune sera celle de la reconstruction de la voirie impactée lors de l'effondrement et aussi le réaménagement d'un mur de soutènement pour lesquels les marchés n'ont pas encore été lancés.​




Hélène Saveuse
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer