AccueilBTP« Les entreprises du BTP sont en recherche constante d’optimisation »

« Les entreprises du BTP sont en recherche constante d’optimisation »

Les chantiers ont repris autour de Salon-de-Provence mais des freins persistent pour que les entreprises fonctionnent à plein régime, comme l'indique Jean-Marc Taieb, délégué territorial du pays salonais de la Fédération du BTP.
« Les entreprises du BTP sont en recherche constante d’optimisation »
J.-C. Barla - Jean-Marc Taieb dresse l’inventaire des freins que rencontre le secteur du BTP, mais reste optimiste.

BTPBouches-du-Rhône Publié le , Propos recueillis par Jean-Christophe BARLA

TPBM : La rentrée semble très active en termes de chantiers et de projets sur le terrain. Mais que perçoivent les entreprises du secteur ?
Jean-Marc Taieb : La situation reste compliquée, elle n’est pas encore revenue au niveau de 2019 car cette crise a bouleversé bien des convictions… Sur le logement neuf, individuel et collectif, les autorisations et mises en chantier de constructions sont reparties à la hausse, sans atteindre le rythme d’il y a deux ans. En rénovation et entretien, les aides accordées ont créé un effet d’aubaine qui alimente l’activité. Le pays salonais, en ce sens, s’inscrit dans la tendance relevée à l’échelon du département.
Mais la pénurie de matériaux, l’explosion du coût du bois, du bardage, de la tôle, des matières premières aluminium, cuivre et acier galvanisé, perturbent l’exercice des activités et le bon déroulement des chantiers. Tout est plus cher. Parfois, vous disposez de 90 % de vos matières premières, mais vous ne pouvez rien mettre en œuvre à cause des 10 % manquants et sans savoir à quel moment vous le pourrez puisque les délais que le fournisseur annonce sont souvent décalés plusieurs fois ! Nous payons donc nos approvisionnements à nos fournisseurs sans pouvoir les facturer à nos clients. Les entreprises sont en recherche constante d’optimisation. Elles expliquent leurs contraintes aux maîtres d’ouvrages, stockent, patientent sans pouvoir trop ajuster leurs prix, mais en redoutant les pénalités de retard… Sur les bâtiments non résidentiels, la conjoncture est en repli.

Qu’en est-il de l’emploi, critique pour nombre de secteurs professionnels ?
Le nombre de salariés augmente. J’ai le sentiment que, conscientes des difficultés à trouver des compétences rapidement et facilement, les entreprises ont fait le choix de recruter pour pouvoir être prêtes dès que l’économie repart. Dans le département, pour le bâtiment, l’emploi salarié a progressé de 5,5 % au premier trimestre, le nombre de demandeurs d’emploi a chuté de 23,7 % au deuxième. Elles préfèrent salarier durablement plutôt que de faire appel à l’intérim, en baisse, bien que ce dernier reste souvent un moyen de repérer les capacités d’un candidat. Les aides de l’Etat pour favoriser l’apprentissage sont bien perçues et utilisées, c’est un signe aussi que les entreprises forment pour s’inscrire dans la durée.
Il était déjà compliqué d’embaucher avant, faute de main-d’œuvre qualifiée et motivée, la crise a encore renforcé le phénomène. C’est une vraie galère pour dénicher des candidats…

Quelles revendications auriez-vous pour tenter d’améliorer la situation ?
Les organisations professionnelles ont souvent le sentiment de répéter les mêmes choses car certaines difficultés sont identifiées depuis longtemps… Les carences dans les solutions de transports en commun interurbains privent nombre de jeunes, de salariés de capacités de mobilité pour accéder à des offres disponibles dont ils seraient trop éloignés par leur lieu d’habitation. C’est une problématique récurrente.
Il faut aussi que les pouvoirs publics s’emploient à accorder plus rapidement les permis de construire sur les plus gros programmes de logements collectifs, à mettre en œuvre sans délai les chantiers lorsque toutes les autorisations ont été obtenues, en particulier en ce moment où le nombre d’appels d’offres publics publiés a sensiblement baissé depuis des mois, leur montant également, et où les prix des matériaux augmentent. On peut se réjouir de ne pas connaître les défaillances d’entreprises annoncées mais construire crée de l’emploi. Le BTP reste toujours le starter de la relance économique.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?