Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

Aix-Marseille Provence Le Scot, premier outil métropolitain

le - - Territoires

Le Scot, premier outil métropolitain
J. P. Pierrat - Une première grand-messe consacrée à l'élaboration du futur Scot métropolitain.

Comme le morceau de scotch du capitaine Haddock, le futur Scot (Schéma de cohérence territoriale) métropolitain s'imposera à toutes les autres stratégies d'aménagement. Une première conférence lui a été consacrée.

Qu'on se le dise, le futur schéma de cohérence territoriale (Scot) métropolitain, qui ne sera pas approuvé avant au mieux 2022, ne devra pas être un simple empilement des 5 Scot antérieurs couvrant le territoire d'AMP et de ses 92 communes. Les principaux intervenants de la première conférence organisée sur le sujet par la métropole Aix-Marseille Provence (AMP) en ont tous convenu. Ce sera « quelque chose de réellement nouveau et innovant », a souhaité Laurent Amar en tant que vice-président de la Chambre de commerce et d'industrie Marseille-Provence. Il intervenait au nom des entrepreneurs locaux, dans l'hémicycle du Pharo, à Marseille le 12 juin, devant un parterre d'élus, de techniciens et de professionnels de la société civile intéressés par le thème.

« Global et synthétique »

Une image que Pierre Dartout, le préfet de région, a repris dans ses conclusions aux débats et échanges soulevés à cette occasion. « Le Scot a une importance particulière puisque c'est lui qui conditionne les DOO*, PLUi** et autres PADD*** et PCAE**** », a-t-il rappelé avant de prendre ensuite l'exemple des universités qui ont eu « l'intelligence de fusionner et d'anticiper sur la métropole ». Ce qui a permis à AMU (Aix-Marseille Université) de devenir « la première université francophone du monde ». Il est vrai que la table ronde que le représentant de l'Etat a conclue, traitait plus précisément de la façon de faire d'AMP « une métropole attractive ». Et pour ce faire, il ne faut surtout pas, selon lui, opposer entre eux les différents territoires qui la forment. Dans ce sens, « le Scot devra être global et synthétique », a insisté Pierre Dartout.

A ce propos, deux vice-présidents de la métropole mettent particulièrement les mains dans le cambouis en raison de leur délégation : Michel Roux, délégué au projet métropolitain et au conseil de développement, et Henri Pons, délégué à la stratégie et l'aménagement, au Scot et aux schémas d'urbanisme. Le premier a, lui aussi, souligné l'importance de ce Scot « seul document opposable et à portée juridique qui permettra de décliner les 12 engagements du projet métropolitain que les 240 élus d'AMP auront à approuver le 28 juin prochain. Un projet métropolitain qui, a-t-il également précisé, est, lui, au contraire, un exercice libre et non codifié mais pour lequel nous avons aussi fait le choix de la co-construction. » Le second a alors confirmé que ce document « à la fois ambitieux et pragmatique et qui servira de trame aux autres », a déjà commencé à être élaboré en co-construction avec la société civile et que cette première conférence avait justement pour but d'informer et de faire émerger les enjeux d'une telle élaboration.

* Document d'orientation et d'objectifs
** Plans locaux d'urbanisme intercommunaux
*** Projet d'aménagement et de développement durable
**** Plan climat air eau

Qu'est-ce qu'un Scot métropolitain ?
Document de planification urbaine, le Schéma de cohérence territoriale dessine et oriente l'organisation et la vocation générale des espaces. A ce titre, il encadre notamment les futurs PLUi et se matérialise par trois documents obligatoires :
- un rapport de présentation contenant en particulier un diagnostic du territoire et une évaluation environnementale ;
- un PADD déclinant les grands choix de développement et de protection pour le territoire ;
- et enfin, un DOO regroupant les outils réglementaires nécessaires pour atteindre les objectifs définis dans le PADD.

Aides à la mobilité

Tançant son représentant, et à travers lui l'Etat, à propos des aides promises par ce dernier en ce qui concerne la mobilité sur le territoire métropolitain, Jean-Claude Gaudin, président de la métropole et maire de Marseille, ne voyant, comme Sœur Anne, toujours rien venir, a traduit la non réponse étatique par un « brosse-toi avec un oursin » bien de chez nous, alors que « nous avons besoin de 100 M€ pour les transports », a également rappelé l'élu provençal. Et Pierre Dartout de lui répondre en espérant être invité à la prochaine oursinade organisée dans le coin.




J. P. Pierrat
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer