Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

Le MIN des Arnavaux voit plus grand pour rester gros

le - - Urbanisme

Le MIN des Arnavaux voit plus grand pour rester gros
MAP architecture - Une perspective du futur pôle logistique.

Mis à mal par le chantier de la L2, le marché d'intérêt national (MIN) des Arnavaux amorce un vaste plan de reconquête. Collectivités et opérateurs privés vont investir 84 millions d'euros pour développer près de 45 000 mètres carrés de locaux industriels et commerciaux.

Grignoté de huit hectares par la rocade L2, le marché d'intérêt national (MIN) des Arnavaux va profiter d'une cure de jouvence pour pousser les murs. Cette plateforme (25 ha) nichée au coeur des quartiers nord qui assure la distribution des produits agro-alimentaires au sein de l'aire métropolitaine marseillaise va bénéficier d'un vaste plan d'investissement public et privé de 84 millions d'euros d'ici 2021. Un lifting dont les élus de la ville et de la métropole ainsi que les dirigeants de la Somimar*, société d'économie mixte qui exploite le site, ont donné le coup d'envoi ce 24 janvier.

« Il ne s'agit pas de d'une réorganisation du MIN dans un espace plus réduit mais de la création d'une nouvelle infrastructure moderne et efficace qui permettra de repositionner le marché dans le contexte actuel des circuits de distribution alimentaires et des nouvelles pratiques de consommation », a indiqué Didier Zanini, l'élu métropolitain qui préside la Somimar.

45 000 m2 de bâti supplémentaires

Les quelque 20 000 mètres carrés d'entrepôts rasés pour laisser la place à la L2 seront bientôt largement compensés avec la construction de plus de 45 000 mètres carrés de bâtiments industriels et commerciaux. « En 2022, nous proposerons près de 100 000 mètres carrés de bâti », annonce Marc Dufour, directeur général de la Somimar. Ce développement immobilier aura un impact social : le nombre d'employés du MIN devrait doubler, passant de 1 500 à 3 000, tout comme le nombre d'emplois induits (de 11 250 à 22 500).

Le marché des Arnavaux mis en service en 1972, à la fin des trente glorieuses, va donc complètement changer de visage. Les vieux entrepôts gris où sont stockés chaque jour les fruits et légumes vont être entourés de nouveaux bâtiments incarnant la diversification du site :

Le 24 janvier, la présidente du département et de la Métropole a posé la première pierre d'un ensemble de trois bâtiments logistiques (5 000 m2 de surface de plancher) en froid positif destinés à la livraison urbaine de produits frais. Ces trois écrins alimentés par une centrale solaire en toiture sont développés par l'entreprise GCC, l'agence MAP Architecture et le groupe d'ingénierie Betem via un marché de conception-réalisation. Ils verront le jour d'ici le troisième trimestre 2019 sur la partie sud du MIN, le long de la L2. Montant de l'investissement : 7 millions d'euros HT.

Autre chantier imminent : la démolition-reconstruction d'un entrepôt exploité par le grossiste marseillais Soria. Un grossiste en produits carnés a posé une option auprès de la Somimar pour ériger d'ici la fin de l'année 2019 une plateforme d'environ 1 000 mètres carrés en lieu et place de l'actuel entrepôt 709, sur la partie nord du MIN. Les consultations des entreprises seront lancées au printemps.

Au printemps, la Somimar lancera un deuxième marché de conception-réalisation pour développer d'ici la fin 2020 un autre pôle logistique de 10 000 mètres carrés (2 x 5 000 m2) dédié au traitement des produits alimentaires. Cet ensemble sera construit à partir de la fin 2019 en lieu et place d'un ancien entrepôt, sur la partie nord-est du site.

Autre projet sur les étals de la Somimar : la création d'un écrin de 4 500 mètres carrés destiné à accueillir le nouveau pôle transformation. Ce bâtiment en forme de « L » sera dédié aux start-up de la foodtech mais aussi aux opérateurs de la restauration collective. Il devrait voir le jour d'ici la fin 2021, le long de la L2, sur la frange sud-ouest du MIN. La Somimar lancera un marché de conception-réalisation au second semestre 2019.

Le MIN va également soigner son empreinte environnementale. La Somimar prévoit d'installer une verrière photovoltaïque au dessus de l'allée centrale qui dessert les deux entrepôts qui abritent le carreau des grossistes. Cette centrale solaire aura une capacité de production de 2 MW en crête, permettant d'assurer la quasi autonomie énergétique du marché (soit l'équivalent d'une commune de 4 000 habitants).

Vitrine commerciale

Enfin, le marché de gros va s'ouvrir au grand public. Une démarche qui aura pour emblème une grande halle commerciale (3 000 m2), vitrine des productions locales qui sera érigée devant l'entrée du MIN. Cette structure sera intégrée au sein d'un vaste pôle (10 000 m2 de surface de plancher) agrégeant un hôtel de 90 chambres, des bureaux accueillant des incubateurs, des espaces de coworking (3 000 m2), des espaces de stockage frigorifiques et un parking de 250 places. Cet immeuble signal sera développé à l'horizon 2022 par des investisseurs privés sélectionnés à l'issue d'un appel à projets.

* Sem pour la construction et l'exploitation du marché d'intérêt national de Marseille.




William Allaire
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer