AccueilUrbanismeLe Groupement hospitalier de territoire aux petits soins pour ses équipements

Le Groupement hospitalier de territoire aux petits soins pour ses équipements

Plusieurs millions d’euros de travaux seront lancés par le Groupement hospitalier de territoire des Alpes-de-Haute-Provence qui regroupe les établissements publics de santé du département.
Le Groupement hospitalier de territoire aux petits soins pour ses équipements
H. Saveuse - Une première extension devrait être créée sur l’actuel centre hospitalier manosquin d’ici fin 2022.

UrbanismeAlpes-de-Haute-Provence Publié le ,

Avec 210M€ de budget annuel et 2 500 salariés, le Groupement hospitalier de territoire des Alpes-de-Haute-Provence est l’un des plus grands donneurs d’ordres du département. Si son directeur Frank Pouilly préfère rester discret sur le montant des investissements, il suffit de voir la liste des chantiers qui devraient être déclenchés dans les tous prochains mois pour mieux comprendre son poids économique sur le territoire.

18 M€ de travaux investis d’ici 2025

A Manosque, l’hôpital prévoit de construire un nouveau bâtiment pour accueillir un second IRM pour un coût travaux estimé à 500K€. Une construction en R+1 bâtie sur la même assiette foncière que l’actuel hôpital pour lequel le groupement espère une livraison d’ici fin 2022. Le choix du maître d’œuvre devrait se faire au mois de mars 2022. Un peu plus loin, en lieu et place d’une partie des stationnements, situés en contrebas, l’hôpital envisage également d’édifier une unité départementale de soins palliatifs. Une extension de 1 200 à 1 600m2 de l’actuel centre hospitalier, dessiné par l’atelier Battesti Associés, que le maître d’ouvrage souhaite voir sortir de terre à l’horizon 2023-2024 pour un coût travaux estimé à 3M€.

A Banon les travaux seront lancés en mars 2022 avec un chantier de réhabilitation de l’établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), un projet estimé à 4M€ de travaux. A Forcalquier, 1M€ de travaux seront engagés fin novembre 2022. L’objectif est d’installer un système de désenfumage dans l’établissement et de créer un hôpital de jour. La consultation des entreprises est actuellement en cours et se poursuit jusqu’au 24 décembre 2021. Le projet a été dessiné par R+4 architectes. A Riez l’hôpital devrait être totalement repensé d’ici 2025 pour un montant de travaux estimé à 4,5M€.

Riez : un hôpital totalement restructuré d’ici 2025

A Digne-les-Bains, le chantier d’une double opération de réhabilitation-construction chiffrée à 5M€ sera lancé très prochainement.

« Sur le site de Digne-les-Bains, nous avons également en projet un schéma immobilier de la psychiatrie qui pourrait s’élever à 20M€. Nous avons déjà retenu un scénario avec un Assistant à maîtrise d’ouvrage. Nous attendons d’avoir un retour sur les financements possibles dans le cadre du Ségur de la santé, d’ici début décembre. Sur le principe, l’objectif est de refaire les réseaux intra et extra hospitaliers, les bâtiments d’hébergement des services de psychiatrie et les structures extra hospitalières des communes de Sisteron, Digne et Manosque », précise Franck Pouilly.

Au total, près de 18M€ de travaux seront investis par le groupement hospitalier d’ici à 2025.

Améliorer et sécuriser le parcours patient, le mantra du GHT

« Nos investissements sont déterminés par un Plan global de financement pluriannuel (PGFP), variable chaque année et que nous gardons confidentiel. Ils sont aussi décidés en fonction de nos résultats financiers et de la capacité d’investissement de nos tutelles notamment l’ARS [Agence régionale de santé, NDLR], la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et le Conseil départemental des Alpes-de-Haute-Provence », explique Franck Pouilly. Et de poursuivre : « Globalement, les travaux que nous allons lancer visent à sécuriser et améliorer les parcours des patientes et des patients. Depuis le regroupement des huit établissements de santé en Groupement hospitalier de territoire en janvier 2021, nous avons réfléchi à la construction d’un parcours patient plus cohérent. Nous avions déjà amorcé cela depuis 2018 et c’est une dynamique que nous souhaitons confirmer. Clairement, la crise sanitaire que nous traversons a mis en évidence ce besoin de sécurisation à tous les niveaux ».

Entre 2020 et 2021, le Groupement hospitalier de territoire aura revisité l’aménagement de tous les établissements de santé qu’il gère. « L’architecture des hôpitaux sera forcément différente après la crise du Covid », assure-t-il.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?