Fermer la publicité

Le CPER, "une feuille de route tardive..." pour le président de la FRTP Laurent Amar

le - - Economie

Le CPER, "une feuille de route tardive..." pour le président de la FRTP  Laurent Amar
Archives - Laurent Amar, président de la Fédération régionale des travaux publics Paca.

Un contrat qui a le mérite d'exister mais qui manque parfois de lisibilité... Tel est le sentiment de Laurent Amar, président de la Fédération régionale des travaux publics (FRTP), vis-à-vis du Contrat de plan Etat-Région (CPER) 2015-2020.

TPBM : Quel regard portez-vous sur ce Contrat de plan Etat-Région ?
Laurent
Amar
: Il a le mérite d'exister, même si nous avons dû patienter longtemps pour le voir naître. Il ne faut pas oublier que le précédent CPER qui devait s'achever fin 2013 a duré douze mois de plus. On aurait aimé que ce délai soit mis à profit pour accélérer la mise en place de la nouvelle contractualisation. Or, le nouveau CPER a été paraphé officiellement fin mai 2015, à six mois des prochaines élections régionales. Cette échéance va évidemment peser sur l'avancement des grands dossiers. Et si l'on devait assister à un changement d'exécutif en décembre, on peut imaginer qu'il ne se passerait pas grand chose en 2016, le temps que la nouvelle équipe se mette en place, qu'elle effectue son droit d'inventaire...

Par expérience, nous savons que l'instabilité n'est jamais propice à l'émergence et surtout au suivi des projets. Cette incertitude est renforcée par le caractère partenarial du contrat : ce dernier doit désormais être décliné dans chaque territoire par des conventions avec les Départements, les intercommunalités et les métropoles. Bref, avant d'espérer voir les chantiers démarrer, il se passera du temps. Or, nous sortons de deux années très compliquées. L'activité des travaux publics (TP) s'est repliée au niveau des années noires, celles de la crise du milieu des années 90. Nous n'avons pas le temps d'attendre ! C'est d'ailleurs pour sonner l'alarme que nous avons décidé de nous associer le 19 septembre à la journée de mobilisation contre la baisse des dotations de l'Etat aux collectivités organisée par l'Association des maires de France (AMF).

Avec 775 millions d'euros d'investissements programmés dans les transports, les travaux publics se taillent pourtant la part du lion dans le CPER. Ce chiffre ne suffit pas pour vous rassurer ?
Il faut relativiser ce montant car il inclut les investissements dans les infrastructures routières qui étaient exclues du CPER précédent. Au-delà des chiffres, le plus préoccupant réside dans le caractère morcelé du contrat : il intègre une myriade d'opérations de toutes sortes, de la création de carrefours à la réalisation de nouvelles voies ferrées. On a du mal à cerner les priorités. La plupart des enveloppes ne sont pas fléchées vers des opérations spécifiques... Or, sans feuille de route précise, pas de contrôle possible in fine ! Prenez le cas du tronçon autoroutier entre Fos-sur-Mer et Salon-de-Provence [NDLR : l'A56]. Ce projet figurait à la programmation du CPER 2000-2006 et parmi les priorités du rapport Duron. Il n'est pourtant pas inscrit dans le nouveau CPER.

Il faut également lire entre les lignes. La programmation liste un certain nombre d'opérations qui sont encore loin d'être matures. On se contente d'inscrire des acquisitions foncières ou des études. C'est le cas par exemple du projet de réouverture aux voyageurs de la ligne Aix-étang de Berre ou de la Ligne nouvelle Paca. Pour cette dernière, on est sur l'après 2020, dans une temporalité qui n'est pas celle de l'urgence.

La transition énergétique s'impose comme une priorité du CPER. Cet enjeu trouve-t-il grâce à vos yeux ?
Les entreprises de TP sont en pointe sur des sujets comme la prévention des risques ou le développement durable. Ces domaines sont les gisements de l'activité de demain. Nous sommes évidemment prêts à engager cette mutation.

Notre dossier consacré au contrat de plan Etat/Région 2015-2020 est à lire dans le numéro 1095 de TPBM.




William Allaire
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer