AccueilBTPLe canal de Manosque mis sous pression

Le canal de Manosque mis sous pression

Dans quelques semaines, les usagers du canal de Manosque ne seront plus soumis à un calendrier pour utiliser l'eau de la Durance. Si précieuse en Provence, elle coulera désormais au robinet pour arroser le jardin des adhérents de Manosque Sud à Corbières.
Le canal de Manosque mis sous pression

BTPAlpes-de-Haute-Provence Publié le ,

Initialement gravitaire, donc soumis à un calendrier d’usage, le canal de Manosque passe en partie à un mode de desserte sous pression, donc à la demande. Un véritable confort d’usage pour les adhérents qui, peu à peu, ont changé de profil. En quelques années, l’agriculteur alpin a cédé sa place au profit des promoteurs immobiliers.
Urbanisation galopante, morcellement des parcelles, aujourd’hui 50% des zones irriguées sont périurbaines et 98% des adhérents sont principalement des collectivités et des particuliers. Celui qui a bouleversé le monde agricole au début du 20ème siècle est devenu en quelques années « multiusage » et alimente aujourd’hui en eau brute près de 4.175 adhérents.
En 2009, l’ASCM signe, après 5 années d’étude, le 1er Contrat de Canal en France dont l’objectif est la mise en place d’une gestion globale et concertée de la ressource en eau et des ouvrages, sur le territoire traversé par le Canal de Manosque (13 communes). En réponse aux nouveaux besoins identifiés et pour optimiser les économies en eau, une vanne déversante motorisée et 3 seuils hydrauliques sont réalisés à Manosque, mais la rehausse de la ligne d’eau engendrée en amont augmente la charge hydraulique appliquée aux berges qui sont en terres. Fragilisées, celles-ci risquent de rompre.

Opérations de confortement

Pour enrayer ce phénomène, des opérations de confortement et de modernisation sont réalisées. Cet hiver, durant la période d’hivernage du canal, de novembre à février, ce sont 2 tronçons de 700 m de linéaire qui seront réhabilités. Chaque jour, entre 25 et 30 m3 de béton sont coulés. Les travaux de « recuvelage » du canal maître avancent malgré les conditions météorologiques et la contrainte du travail en zone urbaine. « Avec ses travaux, ce sera près de 10% d’eau prélevée en moins, soit 7 millions de m3 par an » assure Romain Boulet, directeur de l’ASCM.
Les travaux, prévus sur 2 hivers successifs, se termineront en février 2016.

Hélène Saveuse

Un béton à toute épreuve

Pour l’opération de bétonnage, l’ASCM a fait appel à la centrale Unibéton et utilise un béton fibré double fibre. Celui-ci est équipé d’une fibre de structure qui remplace le ferraillage et d’une fibre anti-retrait. Au total, près 130 camions toupies seront utilisés pour cette opération.

Chantier de confortement :
Maître d’œuvre : Société des Eaux de Marseille
Marché des travaux attribué à Minetto Sisteron

Chantier de modernisation :
Maître d’œuvre Société du Canal de Provence
Marché des travaux attribué à un groupe d’entreprises. (CER/D’Angelo/Pagliano/ André TP)

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?