AccueilBTPLe BTP du Var sur le pied de guerre

Le BTP du Var sur le pied de guerre

Rebondissant sur la formule célèbre dans la France du président Macron, « nous sommes en guerre », la Fédération du BTP du Var monte en première ligne pour sauver le soldat économie.
Le BTP du Var sur le pied de guerre
R. Poulain - En amont des Rencontres de la construction de la FBTP du Var, le président Jean-Jacques Castillon et ses « généraux », Valérie Marrone, Antoine Gonzalez, Fabien Piersanti, Jean-Philippe Li Vigni, ont échangé avec notre rédaction.

BTPVar Publié le ,

A l’occasion de ses 10e Rencontres de la construction, le 4 octobre à Draguignan, au pôle culturel Chabran, la Fédération du BTP du Var mesure la réalité des nouvelles guerres économiques et prépare sa défense. En amont de l’événement, le président Jean-Jacques Castillon et ses « généraux », Valérie Marrone, Antoine Gonzalez, Fabien Piersanti, Jean-Philippe Li Vigni, ont échangé avec notre rédaction.

En cette rentrée, le BTP, dans le Var comme ailleurs, vit sur ses acquis, reportant l’inquiétude en 2022. Conjointement à la pénurie annoncée de marchés publics, le secteur s’alarme de l’abondance de réponses sur chaque lot, ce qui veut dire « bagarre », négociation accrue sur les marchés et prix qui chutent. Plus dure sera celle-ci et la casse si les entreprises tirent vers le bas, d’autant que « nous sommes pris en ciseaux par la problématique de l’approvisionnement et de la hausse des coûts de matériaux », souligne Jean-Jacques Castillon. En outre, le compte n’y est pas au niveau du plan de relance du gouvernement, puisque seulement 10% de l’enveloppe sont consommés alors que le Var pèse un peu plus de 20% de l’activité en Paca, précise Antoine Gonzalez, au nom de la section TP qu’il préside à la Fédération.

Fabien Piersanti perçoit lui aussi clairement, au sein de son groupe de promotion immobilière et de construction, un trou d’air. « Le ralentissement dans de nombreux secteurs nous impacte car ce sont aussi nos clients. D’où l’importance de se diversifier pour limiter sa dépendance. En termes d’impact, les coûts supplémentaires des protocoles sanitaires sur les chantiers pèsent incontestablement ». Au niveau de la banche habitatde la FFB dans le Var et en Paca qu'il préside, en plus du Covid qui a freiné (arrêté un temps) l’instruction des permis de construire, et de la période électorale qui a reporté les décisions, le virage écologique des maires a tendance à « diaboliser le secteur. Nous travaillons sur les acquis. "Ma prime rénov", qui booste certaines activités, est l’arbre qui cache la forêt. Attention aux conséquences dans les deux/trois ans ».

Préparer des lendemains qui chantent

Combats sanitaire, économique, climatique, social, entre territoires, financier, numérique, juridique, syndical… En fait le BTP était déjà en guerre depuis pas mal de temps, il ne manquait plus que la déclaration ! Tout en s’inscrivant en soutien et en accompagnateur fidèle de l’entrepreneur, la Fédération joue plus encore dans la période actuelle le rôle de conseil et d’apporteur de solutions auprès des maîtres d’ouvrage qui en ont besoin. Avec la Chambre de commerce et d'industrie (CCI 83), l’Union patronale du Var (UPV), la Chambre de métiers et de l’artisanat (CMA), il s’agit d’être soudés pour défendre l’entreprise.

Une bataille que mène justement Valérie Marrone, tête de liste dans le Var lors des prochaines élections à la CMA. « Un artisan est souvent seul. La Chambre a des services, des collaborateurs, des connaissances qui permettent de surmonter l’adversité, de franchir des caps. Mon engagement est de le faire savoir, de faire la "VRP" en tant que présidente, pour qu’elle devienne la maison de tous les artisans, dans la proximité. Je veux redorer son blason et faire profiter de sa valeur ajoutée », revendique-t-elle.

Pour cela il faut des marchés et de la ressource humaine compétente. « Le présent accouche, dit-on, de l’avenir » écrivait Voltaire. Pour mieux préparer dès aujourd’hui des lendemains qui chantent, tous misent sur les jeunes. Il faut « aller les chercher et les amener dans l’entreprise. Nous payons les conséquences de mauvaises politiques de formation », déplore Jean-Philippe Li Vigni, président de la section peinture de la Fédération varoise. « La crise a débloqué des comportements, y compris vis-à-vis d’eux, en particulier grâce au dispositif "Un emploi un jeune". En tant que dirigeant on ne peut rester sans rien faire, sans tenir compte aussi de la nécessité de bien-être dans l’entreprise qui prime désormais et plus que jamais ».

Si la visibilité est difficile sur le terrain, l’entrepreneur continue pourtant d’aller de l’avant. C’est son ADN !

La 10e édition des Rencontres de la construction, événement économique du BTP varois, se déroulera le 4 octobre à 18 heures au pôle culturel Chabran de Draguignan, en présence du grand témoin Julien Damon, sociologue, professeur à Sciences-Po, chroniqueur aux Echos et au Point, rédacteur en chef de la revue Constructif de la FFB.
L'intégralité de cet article esr à lire dans le numéro 1409 de TPBM (parution le 22 /09/2021. Cliquez ici pour plus de renseignements sur nos offres d'abonnement (à partir de 20€/an).
Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?