Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

Le BTP azuréen aborde 2019 dans l'expectative

Alpes-Maritimes Publié le - - BTP

Le BTP azuréen aborde 2019 dans l'expectative
R. Mario - L'équipe dirigeante de la FBTP 06 : Pierre Mario, vice-président en charge des Travaux Publics, Laure Carladous, présidente de la Fédération, Patrick Moulard, vice-président en charge du développement durable et des nouvelles technologies.

Reflux de l'activité, tensions sur les prix, difficultés persistantes de recrutement... Après plusieurs années porteuses, la profession s'attend à des vents moins favorables.

L'an passé, le BTP dans les Alpes-Maritimes a de nouveau connu une pente ascendante qui lui a permis de créer environ 250 emplois, dont 120 équivalents temps plein en intérim. Une croissance sensiblement équivalente à celle de 2017 et grâce à elle, le secteur totalise aujourd'hui 22 300 salariés, plus 2 500 équivalents temps plein en intérim. Le secteur est loin d'avoir retrouvé son importance d'avant crise (27 000 salariés à l'époque) mais il est reparti de l'avant après une décade de recul et contribue à la croissance de l'emploi dans le département.

« Ce sont les secteurs du logement et du non-résidentiel qui ont tiré principalement le marché en 2018. En revanche, l'entretien-rénovation reste stable. C'est une déception pour la rénovation énergétique notamment et les 600 artisans du département qui ont décroché le label RGE [Reconnu garant de l'environnement, NDLR] », souligne Laure Carladous, la présidente de la Fédération du BTP des Alpes-Maritimes (FBTP 06). Pour les travaux publics, la baisse a en revanche été bien réelle, après une légère croissance en 2016 et 2017 et malgré les travaux du tramway dans la métropole niçoise qui continuent de soutenir l'activité locale.

Moins de logements autorisés

« Nous sommes confrontés à la réduction des investissements des collectivités locales et à une nouvelle baisse du taux de réalisation des opérations votées, inférieur désormais à 60% », déplore Pierre Mario, vice-président de la FBTP 06, en charge des travaux publics. Une évolution peu favorable pour un secteur qui dépend à 60% de la commande publique mais heureusement compensée dans le département par le dynamisme des autres marchés : la commande privée, le secteur tertiaire, l'immobilier de prestige...

Pour 2019, la profession aborde le marché avec beaucoup de prudence et s'attend même à un retournement, au cours de second semestre. « Plusieurs clignotants sont allumés comme le logement neuf dont les autorisations de construire étaient en recul sur un an à l'automne et les travaux publics avec la fin des travaux du tramway et une nouvelle baisse attendue des investissements des collectivités locales », analyse Laure Carladous. Le non-résidentiel devrait en revanche se maintenir à un niveau élevé et l'entretien-rénovation devrait rester stable grâce aux avantages fiscaux (pour le remplacement des fenêtres par exemple, réintroduit dans le crédit d'impôt pour la transition écologique après une longue bataille de la profession). Pour les travaux publics, l'espoir réside dans l'enveloppe de prêts de deux milliards d'euros mise à la disposition des collectivités locales au plan national par la Caisse des Dépôts pour réhabiliter leurs réseaux d'eau et d'assainissement. « Cela peut être une bouffée d'oxygène pour les PME locales », note Pierre Mario.

Hausse des coûts de production

Comme dans les autres départements de Provence-Alpes-Côte d'Azur et malgré un volume d'affaires correct, le BTP, dans les Alpes-Maritimes, reste confronté aux prix trop bas et à leurs conséquences. « Sur un an, les prix du BTP ont augmenté de 1,5% alors que les coûts de production progressait de 3%. C'est une nouvelle érosion de nos marges, en moyenne limitées à 2% », explique Laure Carladous. Cette situation limite la capacité d'investissement des entreprises, voire les met en danger lorsqu'elle débouche sur des problèmes de trésorerie.

Autre difficulté du secteur : les tensions sur les recrutements. « Il y a un manque de personnel formé, des salariés vont travailler à Monaco car ils sont mieux payés et il y a un choix de plus en plus assumé des personnels à travailler en intérim », détaille la présidente du FBTP 06. Pour inverser la tendance, la Fédération mise sur l'opération nationale 15 000 bâtisseurs (près de 600 personnes identifiées au second semestre dans les Alpes-Maritimes), la plateforme Emploi BTP 06 créée avec la CCI des Alpes-Maritimes, la poursuite des cycles de formation... Mêmes efforts en direction des jeunes avec une prochaine édition en mars des « Coulisses du BTP » pour continuer à les attirer vers les CFA BTP.




Rémy Mario
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer