Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

Laurent Gellé-Lacroix : "L'Area Paca au service des territoires"

le - - Economie

Laurent Gellé-Lacroix : "L'Area Paca au service des territoires"
D.R. - Laurent Gellé-Lacroix, directeur général de l'Area Paca

L'Agence régionale d'équipement et d'aménagement (Area Paca) souffle cette année ses trente bougies. Un anniversaire que cette Société publique locale (SPL) aborde avec une nouvelle gouvernance incarnée par son président, le conseiller régional niçois Pierre-Paul Léonelli, et son nouveau directeur général, Laurent Gellé-Lacroix. Un tandem soudé qui entend poursuivre l'action de construction et de rénovation des lycées tout en développant les missions d'aménagement au service de la quinzaine de collectivités actionnaires.

TPBM : Une nouvelle équipe s’est mise en place à la tête de l’Area. Quelle stratégie mettez-vous en œuvre ?
Laurent
Gellé-Lacroix
: Avec le président Pierre-Paul Léonelli, nous poursuivons notre mission auprès du conseil régional au service de la construction, de la réhabilitation et de la maintenance des lycées. C’est le cœur de métier « historique » de la société avec toutefois une évolution : on réalisera trois à quatre grosses opérations de construction neuve durant la mandature, un rythme qui est loin de celui du plan « lycée réussite » des années 80/90. Ce ralentissement de l’effort de construction est contrebalancé par l’essor des grandes opérations de rénovation et de gros entretien. Un effort justifié par le vieillissement du parc immobilier. On investit par exemple près de 14 millions d’euros HT par an dans la maintenance des lycées, soit plus de 10 % de notre volume d’investissements annuel. Ces investissements sont le fruit de la gestion patrimoniale proactive que nous déployons au quotidien. Nous n’attendons pas que les locaux soient hors d’âge pour intervenir. Nous anticipons les désordres afin de réduire les coûts. Ce travail de prévention irrigue toute notre activité : lorsque vous recevez une offre de maîtres d’œuvre pour un projet de construction neuve, vous êtes en capacité de l’appréhender et de juger de la pertinence de la proposition en termes d’agencement car vous savez comment fonctionne le bâtiment sur la durée. J’insiste auprès de nos équipes : la maintenance ne doit pas être le parent pauvre de nos missions. Pour être bon dans la construction, il faut savoir comment fonctionne le bâtiment ! C’est vraiment la marque de fabrique de l’Area. Quand vous engagez entre 120 et 130 millions d’euros par an dans les projets, cette plus-value est fondamentale.

Quels sont les principaux projets de construction en cours ?
Fin 2016, nous avons attribué le marché de maîtrise d’œuvre du futur lycée de Châteaurenard aux architectes José Morales et Rémy Marciano. Cet établissement polyvalent labellisé BDM* est conçu pour l’accueil de 900 élèves. Les travaux démarreront début 2018 en vue d’une ouverture pour la rentrée scolaire 2019.

Cet automne, nous avons présenté la maquette du lycée d’Allauch, un établissement d’environ 8 500 mètres carrés de plancher conçu par les architectes des agences bauA** et Chancel & Cardone (montant prévisionnel des travaux : 18,3 M€ HT). Ce lycée de 800 élèves ouvrira lui aussi ses portes à la rentrée 2019.

Et quels sont les principaux chantiers de rénovation ?
A la rentrée prochaine, nous livrerons le lycée Saint-Mitre, dans les quartiers nord de Marseille. Cet établissement, dessiné par Corinne Vezzoni, permettra d’accueillir 840 élèves (coût des travaux : 26 M€ HT). Début octobre, nous avons lancé les travaux de restructuration de la cité scolaire Paul Arène à Sisteron. Ce lifting en profondeur, qui devrait durer trois ans, représente un investissement de 19 millions d’euros cofinancé par la région (15 M€) et le conseil départemental des Alpes-de-Haute-Provence (4 M€). Cet établissement n’avait quasiment jamais bénéficié de travaux de réhabilitation depuis sa mise en service en 1965.

Nous préparons également d’autres chantiers : la modernisation du lycée hôtelier Paul Augier à Nice, la restructuration-extension de la cité mixte Honnorat de Barcelonnette, sans oublier la reconstruction partielle de l’Etablissement régional d’enseignement adapté (Erea) des Pennes-Mirabeau, gravement endommagé par l’incendie de l’été dernier. Nous allons reconstruire des locaux provisoires pour permettre aux élèves de revenir à la rentrée 2017 et permettre de reconstruire les locaux détruits par les flammes.

Nous venons de lancer le chantier de rénovation-extension du lycée Dominique Villars de Gap (coût global : 11 M€ TTC). Enfin, au mois de décembre, nous avons lancé le concours de maîtrise d’œuvre pour sélectionner le groupement qui réalisera la restructuration-extension du lycée Louis Martin-Bret à Manosque (coût estimé : 18,2 M€ HT travaux).

Où en est le projet de l’Université régionale des métiers (URM) sur Euroméditerranée ?
Avec l’équipe de maîtrise d’œuvre***, nous sommes en phase PRO DCE (dossier consultation des entreprises). Les travaux devraient démarrer l’été prochain. L’établissement verra le jour d’ici 2020 sur deux parcelles situées dans le quartier d’Arenc, sur Euroméditerranée. Le montant global de l’investissement s’élève à 64 millions TTC (dont 35 millions d’euros HT de travaux).

Et l’aménagement ?
C’est notre deuxième métier, certes moins visible que les lycées, mais tout aussi important. On est sur différents registres : les ZAC**** « urbaines » type Briançon (ZAC Cœur de ville) ou Arles (ZAC du Parc des Ateliers) où nous menons des opérations de renouvellement urbain qui ont également une dimension économique. A Arles, le projet est un vrai projet de marketing territorial avec la culture comme fil rouge. Autour de la Fondation Luma dont les travaux sont aujourd’hui bien avancés, nous aménageons le site qui accueillera en 2018 l’Ecole nationale supérieure de la photographie.

Nous sommes par ailleurs mobilisés aux côtés du Pôle Pégase sur l’aménagement d’un pôle lié à l’aéronautique à l’aéroport d’Avignon-Caumont. Nous réalisons à la fois des hangars pour les avions, mais aussi des pistes pour les drones, des espaces de bureaux… C’est un chantier d’une grande technicité car il faut tenir compte des enjeux de drainage, de VRD (Voiries et réseaux divers), de résistance des sols, des impacts environnementaux…
Toujours sur ce registre économique, nous achevons les travaux de requalification et d’extension de la zone d’activités de Forcalquier.

Quid de la Semarea, la société dédiée à la transition énergétique mise en orbite fin 2015 sous la précédente mandature ?
La Semarea est une Société d’économie mixte (SEM), ce qui la distingue de l’Area qui est une Société publique locale (SPL). L’énergie n’est pas la chasse gardée de la SEM : la dimension énergétique est présente dans nombre de projets déployés par la SPL Area. L’enjeu de l’empreinte énergétique est un enjeu transverse à tout projet d’aménagement et de construction. En réalité, la grande différence entre les deux structures tient moins à leur vocation qu’à leur statut : contrairement à la SPL qui voit son rayon d’action limité à celui des ses collectivités actionnaires, la SEM, comme toutes ses homologues, peut intervenir partout. Mais aujourd’hui, seule la SPL est active. La SEM existe juridiquement, mais elle n’a pas aucune activité opérationnelle. On peut l’activer du jour au lendemain. Mais encore une fois, il hors de question de venir concurrencer les SEM existantes. Nous n’interviendrons que de manière « subsidiaire », au sens « européen » du terme, uniquement s’il y a un besoin non couvert ou alors en appui des EPL***** locales, et notamment sur des projets de dimension régionale comme les « OIR » (Opérations d’intérêt régional) dans le cadre de partenariats avec les acteurs locaux.

De nouvelles collectivités vont-elles entrer au capital de la SPL ?
La région reste évidemment notre partenaire privilégié. Mais nous comptons aujourd’hui une quinzaine de collectivités actionnaires (cf. liste ci-dessous) pour lesquelles nous déployons des actions d’aménagement ou de développement. Et demain, ce chiffre devrait encore s’étoffer car nous sommes à la disposition de toutes les collectivités qui ont besoin d’une expertise technique pour développer des opérations d’aménagement et de construction d’équipement. Les demandes sont nombreuses. Symboles de ce besoin : cet automne, la ville de Nice et la métropole Nice Côte d’Azur ont décidé d’entrer dans le capital de la société. Nous allons compléter le travail des deux SPL existantes sur la métropole niçoise. J’insiste sur cette complémentarité : il est hors de question de nous substituer aux outils existants.

Au-delà des grandes métropoles, les besoins sont multiples. De nombreuses collectivités de plus petite taille peuvent avoir besoin d’un outil d’ingénierie ad hoc pour porter leurs projets de développement.

* Bâtiments durables méditerranéens.
** Bureau d’architectes urbanistes associés.
*** L’équipe de maîtrise d’œuvre de l’URM  regroupe les agences TVAA (Paris), D+P architectes (Toulon), Betrec IG (Bet infrastructure, bâtiment - Grenoble), Gaudin Ingénierie (Bet environnement - Saint-Herblain, Loire-Atlantique), ECCI (Bet cuisines - Marseille), Avel acoustique (Paris) et l’Apave (Sécurité protection de la santé -SPS).
**** Zone d’aménagement concerté.
***** Entreprises publiques locales.




William Allaire
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer