AccueilBTPL'Argentière-la-Bessée : sécurisation de la RN94 face au risque de laves torrentielles

L'Argentière-la-Bessée : sécurisation de la RN94 face au risque de laves torrentielles

La Direction interdépartementale des routes Méditerranée a entrepris des travaux de sécurisation autour du torrent des Rouyes, à L'Argentière-la-Bessée, prévoyant le recalibrage de son lit et la reconstruction du pont.
L'Argentière-la-Bessée : sécurisation de la RN94 face au risque de laves torrentielles
DirMed - Des travaux sont entrepris depuis plusieurs années sur la traversée de L'Argentière-la-Bessée.

BTPHautes-Alpes Publié le ,

Le chantier entrepris depuis plusieurs années sur une portion de deux kilomètres de la RN 94, traversant la commune de L'Argentière-la-Bessée, est entré dans une nouvelle phase depuis septembre dernier. Après des travaux de chaussée, le réaménagement complet de deux carrefours, la création de cheminements piétons en bord de voie, la mise en place d’éclairage public et d’aménagements paysagers, il s'agit désormais de reconstruire le pont des Rouyes et de recalibrer le torrent qu’il franchit.

L'Argentière-la-Bessée va réorganiser son centre-ville

L'Argentière-la-Bessée est exposée à de nombreux risques naturels, dont celui des laves torrentielles du fait de la présence de plusieurs torrents. Ce phénomène s'est déjà produit en 1928 et 1973. La commune est notamment traversée par le torrent des Rouyes qui se jette dans la Durance, en passant sous la route nationale RN 94. Lors de crues, la dimension du pont – qui permet le passage du torrent sous la route nationale – et la configuration du lit du torrent font obstacle à l’évacuation de ces laves qui débordent et provoquent des inondations. Le torrent des Rouyes représente donc une menace pour la principale liaison routière entre Briançon et Gap et une partie des bâtiments situés à proximité.

Fin des travaux en décembre

Les travaux menés actuellement, sous la maîtrise d'ouvrage de la Direction interdépartementale des routes Méditerranée (DirMed), prévoient de démolir l’ouvrage actuel, d’approfondir le lit du ruisseau jusqu'à l'embouchure de la Durance, de reconstruire le pont avec un gabarit plus important (6 mètres d'ouverture) et de mettre en place des protections de berges par parois clouées en amont et en aval. Le chantier vise à accélérer les écoulements et éviter le comblement et les débordements du cours d’eau lors de ces événements exceptionnels.

Jusqu'en juillet prochain, une déviation provisoire avec circulation par alternat est en place avenue de Beauregard, au niveau du pont des Rouyes, le temps de déconstruire et de reconstruire l'ouvrage. En parallèle, la vitesse est limitée à 30 km/h. De juillet à décembre, le chantier traitera l'endiguement amont et la finalisation de l'endiguement aval, les travaux sur la chaussée et les finitions.

Au total, l'opération s'élève à 2,5 M€, financée pour moitié par la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur et pour moitié par l'Etat dans le cadre du contrat de plan Etat-Région. Le marché intègre des clauses sociales où un minimum de 1 790 heures de travail doivent être réalisées par des personnes éloignées de l'emploi.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 25 mai 2022

Journal du25 mai 2022

Journal du 18 mai 2022

Journal du18 mai 2022

Journal du 11 mai 2022

Journal du11 mai 2022

Journal du 04 mai 2022

Journal du04 mai 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?