Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

Lac de Serre-Ponçon : premier site touristique du département

Hautes-Alpes Publié le - - Territoires

Lac de Serre-Ponçon : premier site touristique du département
D.R. - La baignade flottante de Bois vieux.

De barrage réalisé pour la production d'énergie verte, à l'irrigation et au château d'eau de la Provence, le lac de Serre-Ponçon est devenu au fil du temps, le premier site touristique des Hautes-Alpes.

Pour faire du lac de Serre-Ponçon une destination touristique de premier plan, le Smadesep (Syndicat mixte d’aménagement et de développement de Serre-Ponçon) y investit. Sur deux ans, 3,5 M€ ont été injectés pour améliorer ses infrastructures et faciliter l’accueil des estivants. Pour les plages, 1,1 M€ auxquels s’ajoutent 1,3 M€ pour les aménagements Ports propres. Ces investissements ont été financés par le Département, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et l’Union européenne.

La saison estivale 2015 a vu l’aménagement d’une nouvelle plage surveillée, sur la commune de Rousset, au lieu-dit Bois vieux. « La pente de cette côte était très abrupte, il nous est apparu nécessaire de réaliser des aménagements », souligne Christophe Piana, directeur du Smadesep. C’est ainsi qu’une baignade flottante est apparue, ainsi qu’un bâtiment servant à abriter des sanitaires, un poste de secours et une petite restauration rapide. La maîtrise d’œuvre a été portée par Eric Boissel, architecte à Saint-Sauveur (Hautes-Alpes). À noter que ce dernier a, en outre, réalisé la charte pour la construction des bâtiments éphémères sur les rives du lac, le snack de Rousset ; à Chorges, les WC publics et le poste de secours, dans deux constructions éloignées de 200 mètres, ainsi que le même équipement à Savines-le-Lac. « Il fallait des bâtiments modulaires, facilement démontables », souligne Christophe Piana. Tous ces bâtiments sont évidemment construits en mélèze.

Le site de Bois vieux a aussi bénéficié d’aménagements, de reprofilage, d’apport de galets et de sable. « Une partie a été réalisée en régie interne, l’autre a été sous-traitée », précise le directeur du syndicat mixte. « L’objectif est de proposer un produit d’appel gratuit et de qualité », ajoute Christophe Piana. La baignade flottante occupe une surface de 350 m2. Elle est adaptée aux marnages. On y accède via deux passerelles coulissantes jusqu’à -10 mètres. Elle comprend une pataugeoire pour les enfants de 65 m2 et de 70 cm de profondeur. Le bassin pour adultes occupe, quant à lui, une surface de 200 m2 et offre 1,5 m de profondeur. L’eau du lac y circule librement, via un platelage en bois ajouré. C’est la société Rivage qui l’a conçue pour un montant de 500 K€ H.T.

Sécuriser 91 kilomètres de berges

« Nous avons des exigences en matière de sécurité des 91 km de berges », précise Christophe Piana. Il en va de la responsabilité des élus. Le dispositif est complété par la mise en place d’une brigade de 25 pompiers en matière de recherche et de secours. Un accès pour personne à mobilité réduite a été réalisé à la baie Saint-Michel qui s’est vu décerner un label « tourisme et handicap ».

Depuis 2014, trois nouvelles plages, dont deux surveillées, ont vu le jour (Trémouilles, Savin’Plage et Bois vieux). Au total, ce sont sept plages, avec poste de secours et sanitaires, qui ont été installées autour du lac de Serre-Ponçon. Dans le cadre du programme Ports propres, trois stations d’avitaillement en carburant ont été créées. De façon à ce que les bateaux ne soient jamais à plus de dix minutes d’un poste. Une aire carénage est en cours d’installation à la baie Saint-Michel. Elle sera livrée à l’automne. Les postes d’avitaillement sont en fonction depuis le mois de juillet. Ces installations intègrent la mise en place de deux pompes de récupération des eaux grises et noires (eaux des sanitaires et eaux de fond de cale).

La 3e édition « Faites du lac », qui s’est déroulée début juillet, a été marquée par une forte connotation voile, rendue possible grâce aux brises thermiques très affirmées sur le lac de Serre-Ponçon. Les bases nautiques se sont mobilisées. Sur les rives du lac, ce sont près de soixante-dix AOT (autorisation d’occupation temporaire) qui ont été accordées, dont une quarantaine de prestataires privés. Cette manifestation a été financée par le Smadesep à hauteur de 15 à 20 K€. L’an dernier, pas moins de 2.800 prestations gratuites ont été dispensées pendant le Festival Faites du lac.

Une capitainerie à Savines-le-Lac

Victor Bérenguel a été réélu président du Smadesep, malgré son échec aux dernières élections territoriales. La capitainerie est en bonne voie. Le permis de construire a été déposé en février. Il s’agit d’un investissement de 4,4 M€, porté par l’architecte-urbaniste Anne Lévy, basée à Marseille. Le chantier devrait débuter début 2016. Le nouveau bâtiment sera situé à Savines-le-Lac.

L’inauguration de cette plage s’est déroulée le 20 juillet. Elle a rassemblé de nombreuses personnalités autour du président du Smadesep, Victor Bérenguel, et notamment la sénatrice Patricia Morhet-Richaud, le député Joël Giraud, le président du Département Jean-Marie Bernard, Bernard Jaussaud, vice-président de de la Région, Patrick Ricou, président de l’Agence départementale de développement économique et touristique des Hautes-Alpes, et plusieurs élus départementaux et régionaux. Ils ont notamment pu découvrir ces installations depuis le lac, sur lequel ils ont navigué pour rallier les différents sites.

Le Smadesep tire ses ressources des redevances d’occupation du domaine public, ainsi que du produit des locations des anneaux d’amarrage. Près de mille anneaux, dont  la moitié est gérée par Smadesep, équipent les abords du lac. De plus, les redevances d’extraction de matériaux en queue de retenue (120.000 m3 par an) permettent d’abaisser le fond de 7 mètres. Ces extractions sont régies par un  arrêté préfectoral, en partenariat avec les carriers. Elles permettent que l’eau de la Durance continue à circuler normalement et avec elle, la faune aquatique. Le Smadesep emploie onze équivalents temps plein. « C’est le premier outil de diversification touristique du département, même l’hiver », précise Christophe Piana.




Esther Griffe
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer