AccueilUrbanismeLa Ville de Marseille invite les bailleurs sociaux aux Etats généraux du logement

La Ville de Marseille invite les bailleurs sociaux aux Etats généraux du logement

Benoît Payan a invité les dirigeants d’organismes HLM et de l’ARHlm à une réunion de travail. L’occasion de nouer un dialogue qui avait du mal à s’engager. Cette main tendue se prolongera à l'automne lors des Etats généraux du logement à Marseille.
La Ville de Marseille invite les bailleurs sociaux aux Etats généraux du logement
Ville de Marseille - Le maire de Marseille, Benoît Payan, a organisé le 8 juin une rencontre avec les bailleurs sociaux.

UrbanismeBouches-du-Rhône Publié le ,

Alors que les professionnels de l’immobilier sonnent l’alarme quant à l’hypertension du marché résidentiel dans l’aire métropolitaine marseillaise, voilà une rencontre de nature à apaiser le climat entre élus et opérateurs. A défaut de relancer la mécanique constructive. Ce 8 juin, le maire de Marseille, Benoît Payan, avait conviéles bailleurs sociaux opérant dans la ville à une réunion de travail à la mairie.

Les bailleurs sociaux sonnent l’alarme

Accompagné de ses adjoint.e.s Mathilde Chaboche (urbanisme et développement harmonieux de la ville), Samia Ghali (projets structurants, égalité et équité des territoires, relation avec lʼAnru, grands équipements, grands évènements, promotion de Marseille et des relations méditerranéennes) et Patrick Amico (logement et lutte contre l’habitat indigne), l’édile phocéen a rencontré les dirigeants d’une quinzaine d’organismes (voir encadré ci-dessous) unis derrière le président de l’Association régionale des HLM Paca-Corse (ARHlm), Pascal Friquet. Durant plus d’une heure, les uns et les autres ont pu nouer les fils d’un dialogue qui avait, jusque-là, eu du mal à s’engager.

Mathilde Chaboche : « L'urbanisme ne se décrète pas ! »

Le maire a fait assaut d’amabilité envers les bailleurs sociaux qu’il considère comme « des partenaires de la fabrique de la ville, moteurs de son développement. Ils accompagnent chaque jour des milliers de Marseillais. Avec eux, nous allons devoir imaginer les logements et la ville de demain qui permettra de répondre en même temps à la question sociale et à l’impératif écologique, tout en respectant le patrimoine et le paysage de notre ville ».

« Dissiper des malentendus »

Alors que l’an dernier seulement 874 agréments de logements sociaux ont été obtenus dans la deuxième ville du pays, les représentants des HLM ont évidemment saisi l’occasion de faire passer à Benoît Payan et à ses adjoint.e.s un témoignage des difficultés à produire dans un environnement macro-économique soumis aux turbulences de la guerre en Ukraine.

Provence-Alpes-Côte d'Azur : un parc locatif social encore très déficitaire

Saluant « une initiative inédite » à l’échelle régionale, le président de l’ARHlm affirme que « cette rencontre a permis de dissiper certains malentendus sur le blocage des permis de construire ». Un sujet sensible qui empoisonne les relations entre les politiques locaux et les acteurs de la sphère immobilière depuis des mois. Autre enjeu clef : le foncier. Les bailleurs ont insisté sur l’importance d’une véritable politique anticipatrice.

« Nous avons rappelé que nous ne sommes pas les supplétifs des promoteurs. Nous sommes avant tout des maîtres d’ouvrage. Or, sans foncier, il est difficile de construire », indique Pascal Friquet.

Mathilde Chaboche : « Un permis de construire, ce n’est pas un cadeau mais du service public ! »

Une ORCOD-IN en préparation ?

Après avoir égrené la liste des actions déployées depuis l’an dernier en faveur du logement (accélération des travaux d’office, multiplication des signalements à la justice des marchands de sommeil, réhabilitation du patrimoine dégradé en logements, régulation des locations saisonnières de meublés...), le maire de son côté a insisté sur trois thématiques : la lutte contre l’habitat indigne, l’intervention autour des copropriétés dégradées et la diversification de l’offre de logements. « Autant d’items où la Ville souhaite nous voir intervenir », souligne le représentant des bailleurs.

Avec de nouveaux dispositifs appelés à enrichir une boîte à outils déjà bien garnie comme une Opération de requalification de copropriétés dégradées d’intérêt national (ORCOD-IN).

« Avec Benoît Payan, nous partageons la même analyse d’une inadaptation du cadre légal pour agir sur les copropriétés dégradées. La loi de 1966 sur les copros ne permet pas d’agir efficacement. Il faut pouvoir déroger aux textes ou une loi d’exception. Et l’ORCOD s’inscrit dans cet esprit en facilitant l’intégration de démarches multiples, pour une action plus complète et concertée en associant un large panel d’acteurs », avance Pascal Friquet.

Benoît Payan : « Dans la lutte contre l’habitat indigne, le droit commun ne suffit plus ! »

Le volet marseillais du PLH

L’édile marseillais a également invité les bailleurs sociaux à appuyer la contribution de la ville centre au Programme local de l’habitat (PLH) métropolitain que la municipalité déposera en septembre.

« Cette contribution devra permettre d’orienter le PLH vers un recalibrage de la production de logements afin de proposer une offre en adéquation avec les besoins réels des Marseillais en répartissant plus équitablement la production de logements sociaux, intermédiaires ou en accession sociale dans tous les secteurs de la ville », précise la mairie.

« Benoît Payan attend notre contribution pour l’aider à convaincre les maires des communes du territoire de valider le PLH et dans son sillage le plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi) », relate le président de l’ARHlm.

Etats généraux du logement cet automne

Cet enjeu du PLH figurera en toile de fond des Etats généraux du logement que la Ville de Marseille organisera cet automne. Un événement qui mobilisera à n’en pas douter tous les acteurs de l’habitat. Et dont le maire esquisse l’ambition « Nous avons besoin de construire des logements diversifiés, accessibles aux familles, dans tous les quartiers de la ville. Mais nous ne construirons plus jamais la ville comme avant. Nous devons penser en même temps aux logements, aux espaces verts, aux écoles, aux transports. C’est un nouveau paradigme urbain, social et écologique qu’il nous faut inventer ensemble. »

Un rendez-vous que Pascal Friquet a noté dans son agenda. « Si on veut réussir à créer une ville durable accessible à tous, sans étalement urbain, il faut travailler ensemble. Les solutions existent. Les bailleurs ont une expertise à la fois de constructeurs et d’ensembliers. Ces Etats généraux seront l’opportunité de réfléchir au-delà des clichés et des a priori. »

Chiffrés clés

Marseille compte 77 787 logements sociaux soit 21,16 %.
40 000 demandeurs de logements sociaux sont en attente de logement à Marseille.

Les bailleurs sociaux présents

- ARHlm Paca-Corse
- Marseille Habitat
- 13 Habitat
- Grand Delta Habitat
- Unicil
- Logirem
- ICF Habitat Sud-Est Méditerranée
- CDC Habitat Paca et Corse
- Vilogia Grand Sud
- SFHE
- Habitat Marseille Provence
- Erilia
- 3F Sud
- Sogima
- Logis Méditerranée

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 10 août 2022

Journal du10 août 2022

Journal du 03 août 2022

Journal du03 août 2022

Journal du 27 juillet 2022

Journal du27 juillet 2022

Journal du 20 juillet 2022

Journal du20 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?