AccueilTerritoiresLa Ville de Gap réorganise ses services

La Ville de Gap réorganise ses services

Roger Didier, maire de Gap, vient d'annoncer à la presse les nouvelles dispositions qui vont être prises dans les mois à venir, quant à la réorganisation des services administratifs. Objectif, réaliser des économies sur le budget de gestion.
La Ville de Gap réorganise ses services
M. Fauchâtre - Le bâtiment de l'Adret, futur campus administratif.

Territoires Publié le ,

Les bâtiments de l’Adret (ancien long séjour pour personnes âgées) et de la Providence (qui abritait une congrégation religieuse), propriétés de la commune de Gap, vont changer d’affectation. « Nous avons travaillé avec la commune d’Antibes pour la réorganisation de nos services (…) Nous avions prévu une mairie du XXIe siècle dans les locaux de la Providence, mais après une étude de faisabilité, il s’est avéré qu’un investissement de 10 M€ serait nécessaire. Ce n’est pas à portée de nos finances », indique le maire Roger Didier. Le montant des travaux d’aménagement de l’Adret sera finalement vingt fois inférieur au projet précédent (800 K€).

Un guichet unique à la mairie centrale

L’Adret abritera non seulement « un campus administratif », mais l’ancien Ehpad* sera transformé en crèche. « Trente berceaux y prendront bientôt place» , indique RogerDidier.

« Dans le bâtiment de l’Adret, les services qui n’auront pas besoin d’être au contact du public, comme celui du CCAS**, de l’équipe de prévention, de la région, ainsi que la communauté d’agglomér​ation, seront abrités dans les anciens bâtiments de l’Adret qui ne nécessitent pas de gros travaux. »

En complément, un guichet unique sera installé dans les locaux de la mairie centrale, au rez-de-chaussée, afin que le public puisse y avoir accès. Il sera également accessible depuis le domicile des usagers, via les technologies de la communication. Des fonctionnaires rompus à cet exercice répondront aux questions du public.

Les services de la police municipale, actuellement au premier étage, seront déménagés au rez-de-chaussée pour faciliter leur accessibilité. Dans la foulée, le maire annonce que « le nombre des caméras de vidéosurveillance, actuellement de 31, sera porté à 70 en fin de mandat ». La Maison de l’Europe est en cours de déménagement dans les locaux de la Maison du tourisme, place Jean Marcellin.

Des logements sociaux à la Providence

Le bâtiment de la Providence sera quant à lui, loué à l’Office public de l’habitat des Hautes-Alpes (OPH 05) sous la forme d’un bail emphytéotique. « Une rencontre est programmée, fin avril, avec la mairie de Gap et un architecte, afin de déterminer les modalités techniques et juridiques du projet », précise Marie-Jeanne Pastor, directrice de l’OPH 05. Un promoteur sera désigné, après appel à projet, pour y réaliser 40 logements sociaux. Les travaux pourraient commencer à la fin de l’année, pour durer 36 mois. « Ces logements vont permettre d’amener une quarantaine de familles au centre-ville, sans dénaturer les lieux », précise le maire de Gap. Avant d’ajouter :

« La durée du bail sera conditionnée par l’amortissement du prêt nécessaire à cette réalisation (…) La chapelle restera un auditorium mis à disposition des associations. Nous diminueront l’emprise des voitures, aujourd’hui stationnées entre l’Ehpad et la Providence, en réalisant un parking souterrain, pour les futurs résidents. »

La Providence garderait, en outre, les services de la culture et de l’éducation. Le pourcentage de logements sociaux sur la commune de Gap serait ainsi de 18,5% pour un objectif de 20 à 25%, fixé par la loi SRU***, à l’horizon 2025.

* Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes.
** Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains.
*** Centre communal d’action sociale.

La suite de cet article est à lire dans le numéro 1121 de TPBM (parution le 16/03/2016). Cliquez ici pour vous abonner.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?