AccueilBTPLa Valette lance ses écoles du futur

La Valette lance ses écoles du futur

Thierry Albertini, maire de La Valette, vient d'officialiser le lancement de la reconstruction en deux tranches de six écoles sur les onze que compte la ville, pour un investissement de 33,8 millions d'euros. Le plus important de la mandature.
La Valette lance ses écoles du futur
D.R. - Les écoles du centre rentrent au chausse-pied dans le tissu urbain de La Valette.

BTPVar Publié le ,

C'est un chantier historique que lance le maire de La Valette avec la reconstruction/rénovation de six écoles, trois maternelles et trois primaires, dont quatre dans le centre et deux au sud, à la Coupiane. 33,8 millions d'euros seront investis dans des « écoles du futur pour 40 ans au moins », en remplacement des établissements datant des années 60, de type Pailleron, qui avaient largement fait leur temps. Mille-deux-cents élèves (sur les 2 000 scolarisés dans cette commune) vont bénéficier de ce programme (re)lancé par Thierry Albertini lors de sa prise de fonction de maire en avril 2018, via la SPLM d'aménagement de la ville.

Le jury de concours puis la commission d'appel d'offres ont choisi unanimement le groupement conduit par Cardinal Edifice (Marseille - groupe NGE) et Flex Architectes (Toulon) de Thierry Ami. Un architecte bien connu dans la Métropole, dont l'une des particularités sur ce dossier est d'avoir fréquenté enfant trois des écoles dont il va désormais maîtriser la nouvelle mise en œuvre. « Au-delà de l'aspect financier c'est ce projet qui aurait été choisi, souligne le maire, et comme c'est aussi le moins onéreux il l'a été doublement ! ». Un projet marqué du sceau de la bienveillance, a revendiqué l'architecte, correspondant à « ce qui est attendu légitimement par les enfants dans ces lieux d'apprentissage où on se fait des amis parfois pour la vie… ».

Intégrations urbaines

Il a ainsi fait appel à ses souvenirs d'écolier, en plus des équipes impliquées à ses côtés, pour un travail collectif entre architectes, ingénieurs, constructeurs, jusqu'à 14 personnes en pointe, afin de répondre à cette exigence érigée en credo, tout en résolvant celles des contraintes in situ. S'agissant du groupe scolaire central, les trois écoles vont être élargies à quatre en raison de l'intégration de la maternelle Anatole France, déplacée de son bâtiment actuel, en partie obsolète. Les 6 079 m2 ont été calibrés au chausse-pied dans le tissu urbain, faisant l'objet d'une reconfiguration prenant en considération la géographie et la topographie spécifiques, notamment par sa déclivité et son exposition au vent. Le projet tire la quintessence des éléments, favorisant l'ensoleillement dans la cour, agrandissant celle-ci par un préau sous les bâtiments, enchâssant le gymnase dans les écoles, créant un potager pédagogique, entre autres spécificités. Le tout en veillant à ne pas gêner visuellement le voisinage d'immeubles dominants (la bienveillance toujours).

Mêmes préoccupations d'insertion urbaine et de prise en compte des éléments dans la tranche optionnelle - « mais qui sera faite », dixit le maire - des deux écoles de la Coupiane à réhabiliter (3 115 m2). Les aménagements paysagers sont essentiels dans le relookage complet, avec un important travail des paysagistes sur les essences et les plantations.

Question timing, les premiers travaux débutent au centre dès mars 2021 et vont s'étaler sur plusieurs années, sachant que tout devra être opérationnel (pour les six écoles donc) à la rentrée 2024. Durant les chantiers, des préfabriqués seront construits pour accueillir les élèves.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?