AccueilUrbanismeLa Seyne-sur-Mer : la concertation sort du Bois Sacré

La Seyne-sur-Mer : la concertation sort du Bois Sacré

Nathalie Bicais, la maire de La Seyne, lance à partir de ce jeudi 25 novembre une large concertation sur l’avenir du site de Bois Sacré à propos duquel la Ville a fait jouer son droit de préemption.
La Seyne-sur-Mer : la concertation sort du Bois Sacré
D.R. - Le site de Bois Sacré est très convoité.

UrbanismeVar Publié le ,

Le futur du site de Bois Sacré sera durable ou ne sera pas. En faisant jouer le droit de préemption de la Ville, la maire Nathalie Bicais a voulu poser la réflexion et la concertation sur ce terrain de 7 hectares avec vue mer, dont 1 hectare est encore pollué par les hydrocarbures, déclassé de zone industrielle en zone constructible il y a quelques années, sur lequel était prévu initialement un projet immobilier de 352 logements en R+6.

Nathalie Bicais : « Résister à la pression de bâtir dans toutes les dents creuses »

« Nous lançons dès ce jeudi 25 novembre en mairie une dynamique collective d’échanges et de débats sous forme d’ateliers visant à enrichir un futur programme sur les lieux, afin qu’il soit utile, vertueux, durable pour les habitants et le territoire », plaide Nathalie Bicais. Pour ce faire, la commune prévoit trois autres dates en plus de cette première dédiée à la vision et au sens commun, à savoir le 2 décembre sur les questionnements et les inspirations, le 9 décembre sur les parcours et expériences d’usage, et le 20 janvier sur la forme urbaine que pourrait prendre le projet. LaVilleE+, conseil stratégique urbain spécialisé dans la co-construction de la ville durable et inclusive (siège à Courbevoie), accompagne la concertation dans une approche que la municipalité souhaite la plus pertinente possible avec les riverains, les usagers, les Seynois. Une valeur ajoutée agrémentée d’un benchmarking éclairé de la part de ces professionnels, afin de structurer un grand dessein en phase avec les intentions affirmées.

Démarche vertueuse

Un véritable travail de prise de connaissance et de conscience du sujet, du champ des possibles également, qui fait suite à l’étude préalable du site effectuée par Gestin Architectes (Toulon).

« Il s’agit de sortir du logement de façon aveugle, renchérit Nathalie Bicais, d’entrer aussi dans la zéro artificialisation des sols, de penser au devenir écologique du site, à la place de la nature dans le projet, au respect des écosystème existants, à l’aménagement paysager, aux questions de relation avec le voisinage, à l’intégration des mobilités actives, en l’occurrence les piétons, les vélos, les bateaux, à la prise en considération globale des transports, collectifs et individuels. On peut aussi imaginer de la convivialité, du sport, des jeux, de la petite restauration, des services au quotidien… En plus d’offrir de l’habitat, Bois Sacré doit contribuer à l’attractivité de la ville, de son tourisme, de sa culture, de ses acteurs économiques ».

En bordure de mer, il constitue l’une des perles du collier qui serpente le long des 27 km de linéaire côtier à La Seyne.

Sur la base du cahier des charges qui émergera de ce processus collaboratif prenant en compte la participation et les aspirations citoyennes locales, cherchant le bon équilibre aussi, y compris budgétaire, la Ville se mettra en quête d’investisseurs privés pour faire le projet. Avec en corollaire la perspective d’une meilleure appropriation par la population, ce qui n’est pas la moindre des vertus d’une telle démarche.

Les débats concertés se déroulent aussi en ligne via la communauté Telegram. Vous pouvez y accéder en cliquant sur ce lien
Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?