AccueilTerritoiresLa Seyne : balades de concertation sur Tamaris

La Seyne : balades de concertation sur Tamaris

La Métropole Toulon Provence Méditerranée et la Ville de La Seyne-sur-Mer démarrent ce vendredi 7 janvier une consultation publique originale sur le projet de rénovation de la corniche Tamaris.
La Seyne : balades de concertation sur Tamaris
O. Réal - La corniche Tamaris a bien besoin d’une nouvelle jeunesse.

TerritoiresVar Publié le ,

Conjointement à la concertation publiques sur l’avenir du site de Bois Sacré, débutée le 25 novembre et qui doit se terminer le 20 janvier, la Ville de La Seyne-sur-Mer lance avec la Métropole Toulon Provence Méditerranée une nouvelle dynamique d’échanges avec la population à propos de la corniche Tamaris.

Afin de respecter les règles sanitaires en vigueur en ce début d’année, la première réunion d’information sur cette rénovation se déroulera en visioconférence ce vendredi 7 janvier à 17 heures. Le site internet de la ville permettra aussi de participer à cette concertation, en répondant jusqu’au 7 février au questionnaire en ligne. Par ailleurs, un « diagnostic en marchant » est organisé sous forme de balades sur la corniche, découpées en trois secteurs, en présence d’un paysagiste de l’agence Guillermin de paysagistes-concepteurs, basée à Saint-Raphaël. Inscriptions préalables par mail ou au 04 94 06 96 33. En attendant d’autres dates au printemps, cette phase initiale aura lieu le 15 janvier de 10 à 12 heures, et le 22 janvier sur le même créneau horaire puis de 14 à 16 heures.

La rénovation est envisagée entre 2023 et 2027 pour un investissement de l’ordre de 30 millions d’euros qui fait partie des grands engagements de mandature de Nathalie Bicais, maire de la ville depuis juin 2020.

Enjeux stratégiques

Vieux serpent de mer, qui serpente justement le long du littoral sur 4,5 km, cette corniche incarne notamment le passé orientaliste de Tamaris à la fin du 19e, début du 20e siècle. A l’époque, Blaise Marius Pacha investit (dans) les lieux qui lui rappelaient le Bosphore où il fit fortune et édifia une cinquantaine de demeures pour de riches hivernants en quête d’endroits paradisiaques, dont, un peu plus en hauteur, la célèbre Villa Tamaris Pacha.

Le site touche aussi le passé militaire, industriel et maritime de La Seyne. Sa réhabilitation nécessite une stratégie globale de maîtrise des espaces, publics et privés. Il s’agit en effet d’organiser les différents usages, de déplacements, de promenades, de baignade, de plaisance, de pêche de loisirs et professionnelle, mais aussi d’activités autour du môle croisières ou de la reconversion économique d’une vaste zone incluant les ateliers mécaniques des ex-chantiers (21 000 m2) et les escaliers mécaniques des Cnim (40 000 m2).

La Seyne-sur-Mer : Nathalie Bicais reprend la main sur les ateliers mécaniques

En outre, la corniche Tamaris est directement concernée par les liaisons maritimes de la rade et terrestres entre la Seyne et Saint-Mandrier, notamment dans le cadre du futur transport en commun en site propre (en l’occurrence par le BHNS). Sans oublier le volet écologique qui, au-delà de l’aménagement paysager, doit prendre en considération l’évolution climatique ainsi que ses conséquences sur (entre autres éléments) la montée des eaux et l’érosion du trait de côte.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 22 juin 2022

Journal du22 juin 2022

Journal du 15 juin 2022

Journal du15 juin 2022

Journal du 08 juin 2022

Journal du08 juin 2022

Journal du 01 juin 2022

Journal du01 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?