AccueilArchitectureLa résidence étudiante à écailles qui marque l'entrée de Marseille

DIAPORAMA La résidence étudiante à écailles qui marque l'entrée de Marseille

Dans la cité phocéenne, à l'entrée nord de la ville, les anciens bureaux de la sécu se sont métamorphosés en un bâtiment signal caméléon signé Tangram.
La résidence étudiante à écailles qui marque l'entrée de Marseille
We Are Contents - La nouvelle résidence étudiante a ouvert ses portes dans le 3e arrondissement de Marseille.

ArchitectureBouches-du-Rhône Publié le ,

Hissée depuis deux ans sur la plus haute marche du podium des agences d'architecture les plus importantes de la région, Tangram Architectes, à Marseille, dirigée par Emmanuel Dujardin, est en train de se tailler une sacrée réputation dans la restructuration d'édifices patrimoniaux et du bâti ancien, c'est-à-dire dans ce que résume l'architecte dirigeant comme « le concept de seconde vie des bâtiments. La voie de l'avenir, la plus vertueuse de la construction, poursuit-il, celle qui cause le moins de nuisances à la fois aux ressources, à l'environnement, mais aussi aux voisins et aux habitants, et qui, en même temps, préserve et met en valeur le patrimoine. Pas forcément la moins coûteuse », reconnaît-il également. Le prix à payer selon lui. Ce qu'il a appliqué pour les locaux de sa propre agence.

Après l'Hôtel Dieu reconverti en hôtel 5 étoiles (Intercontinental), la rénovation du palais de justice Monthyon, celle donc de son nouvel espace de travail (qui comprend même un lieu de coworking dédié à la fabrique de la ville, le Cité Fab), ou encore la renaissance en cours de l'îlot des Feuillants, sur la Canebière (qui doit renaître prochainement en hôtel et brasserie haut de gamme), pour ne citer que ses projets locaux*, l'agence marseillaise vient aussi de signer dans ce registre la métamorphose non moins étonnante d'un ancien immeuble tertiaire de la caisse primaire d'assurance maladie.

Bienvenue à la Cité Heureuse

Cet imposant bâtiment de bureaux en béton et très largement vitré comme on en a construit beaucoup dans les années 60, s'est transformé depuis la dernière rentrée universitaire, en une résidence étudiante privée de 9 600 m2 à l'ambiance balnéo-bohème. Ses 263 chambres (dont 8 en colocation dans un T9 avec grande terrasse disposé au dernier étage, sous le roof-top !) dont les plus élevées ont même la vue sur la mer, sont aujourd'hui toutes occupées, malgré son emplacement, dans le 3e arrondissement, l'un des plus pauvres de France.

Lancer le diaporama8 photos

Propriété du groupe spécialisé Kley (2600 lits dans l'Hexagone) dont c'est le premier établissement à Marseille, celle-ci, qui a nécessité 20 millions d'euros d'investissement, se fait en particulier repérer par son immense façade ouest située le long de la passerelle autoroutière du Soleil. Recouverte, ainsi que le mur pignon mitoyen, de 5000 écailles en alu thermo-laquée de couleur jaune, rouge et orange qui semblent bouger avec le mouvement et changer de teinte comme un caméléon lorsque l'on se déplace devant, cette peau ô combien singulière sert « de signal urbain et de repère à l'entrée de la ville, ainsi qu'il nous l'avait été demandé, précise encore l'architecte, et elle répond surtout, ajoute-t-il, à une solution thermique. Si les façades très largement vitrées de l'immeuble d'origine que nous avons conservées ne posent pas de problème au nord, au contraire, en revanche, à l'ouest, avec le soleil couchant, cela fonctionnait comme un véritable four et la seule protection solaire dans ce cas ne pouvait pas être du type casquette ou intérieure, mais verticale et à l'extérieur. »

* Sinon, il faudrait y ajouter notamment le profond réaménagement de la tour TPM en cours à Toulon ou la transformation en logements des anciennes blanchisseries des hospices civils de Lyon, par exemple.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?