AccueilTerritoiresLa rénovation énergétique, un marché porteur dans les Alpes-de-Haute-Provence ?

La rénovation énergétique, un marché porteur dans les Alpes-de-Haute-Provence ?

D’après une étude menée par la start-up Heero, la rénovation énergétique du parc immobilier s'avère plus qu'essentielle dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le nombre de logements énergivores serait l’un des plus élevés de France.
En matière de rénovation énergétique, l’isolation de combles ou de toitures serait le secteur le plus porteur.
H. Saveuse - En matière de rénovation énergétique, l’isolation de combles ou de toitures serait le secteur le plus porteur.

TerritoiresAlpes-de-Haute-Provence Publié le ,

24,5 % des logements seraient de véritables passoires thermiques dans les Alpes-de-Haute-Provence quand la moyenne nationale s’établit à 17 %. C’est ce que révèle une étude menée par la start-up Heero. La sociéténantaise, qui recueille et analyse des données sur l’ensemble du territoire français pour encourager la rénovation énergétique, indique également que seulement 9 % des logements seraient économes alors même que près de 9 M€ de prime CEE (Certificats d'économie d'énergie) auraient été versés entre 2015 et 2019 dans le secteur résidentiel et 17 M€ tous secteurs confondus (résidentiel, industrie et tertiaire).

Sur l’année 2019, « 5 M€ ont été reversés aux particuliers, copropriétés ou encore bailleurs sociaux ayant fait appel au dispositif des CEE. 69 %, c'est la part de primes CEE délivrées à des ménages précaires (répondant aux plafonds de revenus définis par l'Anah) », souligne la start-up Heero.

Transition énergétique en Paca : lisez le numéro spécial de TPBM

Selon elle, 5 115 entreprises spécialistes du bâtiment seraient disponibles dans le département mais seulement 3 % d’entre elles possédent le label RGE, le sésame pour être éligible au programme CEE, soit 147 sociétés. Pour l’heure, l’isolation de combles ou de toitures serait le secteur le plus porteur (43 %), suivi de près par l’isolation de plancher (29 %) et par l’installation de pompe à chaleur (19 %).

« 54,3 % des logements ne pourront plus être loués en 2034 »

Si la situation n’évolue pas et compte tenu des nouvelles dispositions apportées par la Loi climat et résilience « en 2025, les habitations ayant une étiquette énergie égale à G, soit 7,6 % des logements actuels, ne seront plus louables. De plus, ce sont 24,5 % des logements actuels qui ne pourront plus être loués en 2028 et 54,3 % en 2034 », souligne encore cette étude qui pointe des disparités territoriales.

La Région Paca adopte un plan de sobriété énergétique

La commune d'Allos a enregistré 68,3 % de logements énergivores parmi ses 1 152 DPE (Diagnostics de performance énergétique). Alors que La Brillanne n’en compte que 11,7 %. Sur le département, 129 062logements sont comptabilisés dont 29 % (maisons, appartements) sortis de terre entre 1971 et 1990. Il est également à noter que 31 % des logements bas alpins sont des résidences secondaires.

Quid des quatre plus grandes villes du département ?

Manosque : 13 % de logements seraient économes et 13% des passoires énergétiques
Digne-les-Bains : 4 % de logements économes et 12 % de passoires thermiques
Sisteron : 8 % de logements économes et 15 % de passoires thermiques
Château Arnoux : 2 % de logements économes et 21 % de passoires thermiques + deux sociétés reconnues garantes de l'environnement (RGE).

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 février 2023

Journal du01 février 2023

Journal du 25 janvier 2023

Journal du25 janvier 2023

Journal du 18 janvier 2023

Journal du18 janvier 2023

Journal du 11 janvier 2023

Journal du11 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?