AccueilTerritoiresLa région Paca lance une étude sur le devenir de la Villa Méditerranée

La région Paca lance une étude sur le devenir de la Villa Méditerranée

Sept semaines après le scrutin, la nouvelle majorité régionale de Christian Estrosi a voté, ce 29 janvier, le lancement d'une consultation auprès de cabinets spécialisés afin de réaliser une étude sur le devenir de la Villa Méditerranée.
La région Paca lance une étude sur le devenir de la Villa Méditerranée
Paul Ladouce - L'avenir de la Villa Méditerranée sera connu en juin 2016

TerritoiresBouches-du-Rhône Publié le ,

La Villa Méditerranée, ce bâtiment à l’architecture audacieuse – voire controversée – conçu par l’architecte italien Stefano Boeri avait cristallisé les critiques durant la campagne électorale. Au-delà de sa forme (un écrin de 10 000 m2 niché dans les eaux du port surmonté d’un immense porte-à-faux de 40m de long), les adversaire de l'ancien président Michel Vauzelle lui reprochaient ses coûts, tant de construction (70 millions d’euros) que de fonctionnement (4,4 millions d’euros par an).

Coût et frais de fonctionnement

Un argument qui est repris mot pour mot dans la délibération adoptée par les élus régionaux : « Au regard du coût qu’a représenté la construction de la Villa et de ses frais de fonctionnement importants, le nouvel exécutif souhaite une étude indépendante qui n’exclura aucune hypothèse », précise le texte.

Toutes les pistes sur la table

Toutes les pistes sont donc sur la table y compris la plus extrême, avancée par le nouveau président Christian Estrosi durant la campagne : la vente du batiment. Le prestataire devra également passer au crible la vocation du site, aujourd’hui axée sur les thématiques (euro)méditerranéennes, ainsi que sa gouvernance, assurée depuis un an par un groupement d’intérêt public, l’agence des villes et territoires méditerranéens durables (Avitem)*.

Résultats en juin 2016

La feuille de route de la collectivité est très large : il s’agit d’étudier « la clarification des missions et des axes thématiques à privilégier, les publics visés et les partenaires à mobiliser, les perspectives budgétaires à court et long termes, et enfin, les modalités de gouvernance les plus adaptées ».

La région n’entend pas perdre de temps. Les résultats de cette étude sont attendus pour le mois de juin 2016. D’ici là, la Villa Méd’ et son auditorium sous-marin de 400 places pourraient accueillir les premières réunions du conseil de la métropole Aix-Marseille-Provence.

*L’Avitem regroupe le commissariat général à l’égalité des territoires, le ministère des Affaires étrangères, la région Paca, l’ex communauté urbaine Marseille Provence métropole, l’agglomération Toulon Provence métropole, l’EPA Euroméditerranée, l’institut de la Méditerranée et la métropole Nice Côte d’Azur.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?