Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

Congrès La Provence va devoir anticiper la montée des eaux

le - - Territoires

La Provence va devoir anticiper la montée des eaux
J.-C. Barla - Le congrès de l'Association scientifique et technique pour l'eau et l'environnement se tient jusqu'au 8 juin au palais du Pharo à Marseille.

Marseille accueille jusqu'au 8 juin le congrès de l'Association scientifique et technique pour l'eau et l'environnement (ASTEE). Une table ronde a évoqué les impacts du changement climatique pour le système d'assainissement de la ville. Et les risques pour la Crau.

Plus de 300 professionnels de l'eau, de l'assainissement, de l'environnement et des déchets se partagent depuis le 5 juin entre débats au Pharo à Marseille et visites de sites à l'occasion du 97ème congrès de l'ASTEE (3 800 membres). Au cœur des échanges, le changement climatique. Le 6 juin, une table ronde s'intéressait à la métropole Aix-Marseille-Provence (AMP). Si la montée des eaux menace la Camargue, Marseille doit préparer son système d'assainissement et la Crau risque la salinisation de sa nappe phréatique.

A Marseille, la température moyenne a gagné 1,5°C en 40 ans. Depuis les années 2000, la métropole a noté une augmentation de 3°C de la température des effluents qui transitent dans son réseau d'assainissement, ce qui a provoqué une hausse de 21% des sulfures et engendré, dans les quartiers couverts par l'émissaire unitaire originel, des émanations d'odeurs. Avec la diminution des pluies et les économies d'eau, le risque devrait s'accentuer et SERAMM* (Suez), son exploitant, s'est attaché à le cartographier et le modéliser. Des expérimentations de solutions techniques se tiendront cet été.

La mer dans les égouts

Une autre problématique devient sensible : les déversoirs du réseau ont été calés à 40 cm au-dessus du niveau de la mer lors de la construction. « En 2010, l'exploitant a remonté les déversoirs de 20 cm, mais aujourd'hui, les plus hautes eaux sont à 60 cm. De plus en plus d'eau salée pénètre dans le réseau unitaire, accroissant les risques de dégradation des ouvrages. L'eau continuant de monter, il y aura une limite à cette surélévation » confie Jean-Marc Mertz, directeur général adjoint eau et propreté d'AMP. Pour Dominique Laplace, directeur scientifique et innovation de SERAMM, une nouvelle surélévation de 10 cm pourra faire face aux deux ou trois prochaines décennies. Mais la perspective d'une prévision de montée des eaux d'un mètre à l'horizon de la fin du 21ème siècle réduit les marges de manœuvre. Pour la ville, les conséquences pourraient engendrer « de sérieux problèmes » sur la station d'épuration, Marseille l'ayant enterrée.

Le SYMCRAU, gestionnaire de la nappe phréatique de la Crau, et le BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières) ont pour leur part mis en œuvre une surveillance technologique des masses d'eau salée susceptibles d'affecter cette nappe sur laquelle 80 millions de m3 sont prélevés chaque année, tous usages confondus. 70 % de sa recharge vient des réseaux d'irrigation, 30 % des précipitations. « On présente aux élus des cartes pour les aider à comprendre ce qui influe sur le champ de salinité. On peut simuler des scénarii d'évolution pour la mise en place d'un plan d'actions cohérentes » a expliqué David Villesseche, chargé de mission au SYMCRAU.

* Service d'assainissement Marseille métropole




J.-C. Barla
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer