Fermer la publicité

La première ressourcerie de matériaux du bâtiment de Paca ouvre dans les Hautes-Alpes

Hautes-Alpes le - - BTP

La première ressourcerie de matériaux du bâtiment de Paca ouvre dans les Hautes-Alpes
M.-F. Sarrazin - Carine Haag coordonne ce nouveau concept de réemploi des matériaux du bâtiment et travaille à son développement.

Une plateforme de réemploi des matériaux du bâtiment, unique en Paca, vient d'ouvrir à L'Argentière-la-Bessée. Les produits, neufs ou usagés, issus de dons ou collectés sur les chantiers, sont vendus à des prix défiant toute concurrence. Un concept dans l'air du temps, à la fois écologique, économique et social.

C'est une révolution dans le monde du bâtiment, un concept dans l'air du temps, unique en Provence-Alpes-Côte d'Azur, mais qui va certainement faire des émules. Le 3 octobre dernier, une plateforme de réemploi des matériaux du bâtiment a ouvert à L'Argentière-la-Bessée. Le principe est similaire à celui d'une ressourcerie, à la différence près qu'on y trouve uniquement des matériaux liés au bâtiment.

La structure collecte les matériaux, neufs ou usagés, les vérifie et les prépare, avant de les revendre à des prix très attractifs. « Nous appliquons le même fonctionnement qu'en ressourcerie. Selon l'état du produit, le prix est entre trois et cinq fois moins cher que sur le marché classique. Lorsque le potentiel de réemploi est compliqué ou que l'on a trop de produits du même type en stock, on peut éventuellement abaisser les prix », détaille Carine Haag, coordinatrice de la plateforme.

Particuliers, artisans, entreprises, associations, collectivités peuvent y trouver fenêtres, carrelage, isolants, peinture, sanitaires, briques, tuyaux PVC, outillage, quincaillerie... Et acheter uniquement la quantité dont ils ont besoin. Un concept écologique, économique, anti-gaspillage et social, en somme.

Cinq salariés en contrat d'insertion travaillent dans cet entrepôt de 450 m²

Cette plateforme est portée par la ressourcerie La Miraille, à Saint-Martin-de-Queyrières, une émanation de l'association d'insertion Environnement et solidarité, déjà connue pour avoir développé la valorisation des terrains de montagne (rénovation des sentiers, déneigement, entretien des espaces verts...). « A la ressourcerie, nous avons toujours proposé quelques portes, fenêtres, du carrelage et de l'outillage, mais nous manquions cruellement de place. Nous les stockions en extérieur et ils étaient mal mis en valeur. Plusieurs usagers nous ont incités à nous lancer dans la filière et il se trouve qu'un technicien de la communauté de communes du Pays des Ecrins était en train de développer un projet européen de réemploi des matériaux », indique Carine Haag.

Avec un collègue encadrant de la ressourcerie, elle a donc créé un groupe de travail, qui a conduit à une étude-action (étude de marché) d'un montant de 30 000 € financée par la collectivité à travers des fonds européens.

« Nous avons rencontré des artisans, des citoyens, des associations locales, consulté la fédération du BTP, les magasins de bricolage, distributeurs de matériaux, la chambre de métiers et de l'artisanat. Pendant trois ou quatre mois, nous avons fréquenté la déchetterie pour y rencontrer les usagers et voir ce que l'on pouvait détourner. Nous avons également mené des chantiers-tests de déconstruction pour savoir si l'on pouvait mener ce type d'activité en tant que chantier d'insertion. La chargée de mission a identifié en amont tous les matériaux qui pouvaient être valorisés, les moyens matériels nécessaires et la mise en œuvre. Cela nous a permis de conclure à la nécessité d'embaucher un encadrant issu du bâtiment », explique la coordinatrice.

Cinq salariés en contrat d'insertion travaillent dans cet entrepôt de 450 m² situé dans la zone d'activités des Sablonnières.

Des dons fiscalement avantageux pour les professionnels

Pour l'heure, les matériaux à la vente proviennent de la collecte, sur les chantiers, directement à la plateforme, des dons de particuliers et de professionnels. La plateforme a d'ailleurs noué un partenariat avec la Samse qui donne ses stocks dormants.

« Pour les professionnels, le don demeure intéressant. S'ils gardent le stock ou s'ils le jettent, ça leur coûte de l'argent. S'ils le donnent, ils reçoivent un reçu fiscal. D'après nos estimations, les trois quarts des tonnages devraient provenir des professionnels. »

Une fois l'encadrant embauché, la structure étudiera la possibilité de mener des chantiers de déconstruction.

La plateforme ne récupère pas ce qu'elle ne peut pas valoriser ou ne prend pas ce qu'elle a déjà en quantité trop importante. « Il y a aussi des fournitures qu'on ne met pas en vente le temps de les tester. Tous les appareils électriques passent par l'atelier-test de la ressourcerie. » Dans l'espace de vente, les produits sont marqués en fonction de leur état : neuf, issu de la dépose (la plateforme est allée le récupérer) ou en l'état (donné). Carine Haag s'attend à accueillir la même clientèle qu'en ressourcerie, « des personnes qui ne souhaitent pas acheter du neuf par principe et d'autres qui veulent acheter moins cher ».

Lire notre article complet dans le n°1362 de TPBm, à paraître le 28 octobre. Cliquez ici pour plus d'informations sur nos offres d'abonnement à partir de 20 €/an.

En pratique :

La collecte et la vente ont lieu les vendredi et samedi, de 9 h 30 à 12 h 30 et de 14 h à 17 h 30
Zone d'activités des Sablonnières, à L'Argentière-la-Bessée.
Tél. 07 62 65 83 01.




M.-F. Sarrazin
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer