Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

Diaporama La poste Colbert du XIXe au XXIe siècle !

le - - BTP

La poste Colbert du XIXe au XXIe siècle !
J. Ph. PIERRAT - Visite guidée du chantier de la Poste Colbert.

En cours de réhabilitation et de profonde restructuration, l'historique poste Colbert, à Marseille, laisse déjà largement entrevoir, en plein chantier, son nouvel aspect de joyau tertiaire du groupe La Poste.

« Un travail de dentelle avec son lot habituel d'imprévus et de découvertes en tout genre, qui oblige à être réactif et le rend passionnant » : ayant déjà opéré sur des constructions de grande envergure, le chef de projet du groupe Vinci qui s'est vu confier le chantier de réhabilitation de la poste Colbert, Jérôme Hermitte, ne cache pas sa préférence. « Dans le neuf, poursuit-il, il n'y a plus qu'à tout dérouler comme prévu, tandis que dans le genre de réhabilitation de grande ampleur, il y a en plus le charme de l‘ancien et du patrimoine. » Et ce d'autant plus avec la philosophie prônée par l'architecte Roland Carta*, un spécialiste de ce type de transformation patrimoniale prestigieuse (on lui doit la restauration du fort Saint-Jean en Mucem), à savoir « conserver au maximum, tout ce qui pouvait être conservé », comme le rappelle encore l'ingénieur du constructeur.

« Mon projet ne fait que revisiter l'histoire et la géométrie remarquable de ce joyau de style art nouveau, post-hausmannien et néo-classique », soulignait d'ailleurs l'architecte lui-même à l'occasion du démarrage du chantier. « Il faut être respectueux du passé et prolonger tout en respectant », expliquait-il alors également.

Un mariage de l'ancien et du nouveau

Une préconisation suivie à la lettre par l'entreprise qui s'est adjoint pour la partie restauration proprement dite, les services de sa filiale Girard spécialisée dans les monuments historiques, Travaux du Midi s'occupant du gros œuvre plus traditionnel. En tout, 170 personnes environ (120 ouvriers et une cinquantaine de cadres), oeuvrent au quotidien sur le chantier. A l'extérieur, les façades restaurées ont retrouvé toute leur splendeur. L'ensemble des menuiseries notamment ont été remplacées (1400 ouvrants plus précisément).

A l'intérieur, idem, les murs et voûtains en brique ainsi que les colonnes en pierre ou métalliques du bâtiment de 12 500 m2 construit au XIXe siècle par l'architecte Joseph-Henri Huot, ont été soigneusement décapés et rénovés par les compagnons tailleurs de pierre. De très nombreux planchers ont dû être repris ou nouvellement créés (1 200 m2).

J. Ph. PIERRAT - D'aspect extérieur, le bâtiment a déjà retrouvé son éclat.
  • J. Ph. PIERRAT - D'aspect extérieur, le bâtiment a déjà retrouvé son éclat.
  • J. Ph. PIERRAT - Sous sa verrière restaurée, l'ancien hall des guichets de poste va être transformé en grande halle...
  • J. Ph. PIERRAT - ... donnant sur l'entrée principale et avec de part et d'autre des espaces de coworking.
  • J. Ph. PIERRAT - Un nouveau point d'orgue central a été organisé autour de trois patios et à partir d'une nouvelle structure en béton.
  • J. Ph. PIERRAT - Sur la terrasse intérieure, à l'étage, un jardin de 600 m2 sera créé.
  • J. Ph. PIERRAT - Du haut, on distingue les trois grands puits de lumière.
  • J. Ph. PIERRAT - Les fameuses tourelles télégraphiques ont été finement restaurées, et leurs horloges devraient être par la suite remises en fonction.
  • J. Ph. PIERRAT - A l'intérieur, pas de faux plafonds, les réseaux seront apparents.
  • J. Ph. PIERRAT - Les bureaux seront organisés en espace partagé pour 12 personnes au maximum.
  • J. Ph. PIERRAT - Les chefs de projet. De g. à dr. :  Philippe Vallette (groupe La Poste), Kevin Minéo (La Poste Immo), et Jérôme Hermitte (Vinci).

Un mariage de l'ancien remis au goût du jour et du béton frais - quelques milliers de m3 ont dû être tout de même coulés ! -, qui culmine particulièrement au cœur du futur nouvel immeuble de bureaux organisé autour d'une grande halle sous verrière, l'ancien hall magistral avec ses guichets de poste qu'ont connu des générations de Marseillais, avec de part et d'autre des espaces de coworking, mais également autour de trois grands patios plantés apportant encore davantage de lumière naturelle. Au centre du bâtiment et à ce niveau, a été démoli pour cela l'entrepôt des années 70 au profit d'une nouvelle structure en béton. En dessous enfin, grâce à l'excavation de 3 000 m3, un parking souterrain de 40 places a été creusé et sur la terrasse à l'étage, en cœur d'îlot, un jardin de 600 m2 va voir le jour.

Triple certification

A parcourir les futurs espaces du Village La Poste (puisque tel sera son nom), pourtant encore en pleine reconfiguration, on mesure déjà l'ampleur de la transformation. En un mot, il s'est agi de « basculer de 1890 aux normes actuelles et à une triple certification [dont le label BDM d'or notamment, NDLR] », rappelle encore Jérôme Hermitte. Et si la modernité du nouveau dispositif commence physiquement à s'incruster au patrimoine, on ne devrait à son achèvement, en début d'année prochaine, qu'en célébrer davantage leur harmonieuse union.

Les spécialistes du coût de la construction chiffrent l'opération conduite par la filiale Poste Immo du groupe, maître d'ouvrage (maîtrise d'ouvrage déléguée : Constructa), entre 25 et 30 millions d'euros. Il est vrai que l'écrin d'origine, avec notamment ses typiques tourelles télégraphiques qui en font en partie le cachet et dont les horloges devraient être également remises en service, les vaut bien.

* Équipe de maîtrise d'oeuvre : Carta Associés (mandataire), DI environnement (désamiantage, curage, démolition), BET Secmo​ (structure), Cinfora (fluides), Stéphane Baumeige (architecte du patrimoine), Inddigo (qualité environnementale)

Le village, nouveau fleuron

Sixième « Village » du groupe La Poste à voir le jour en France, celui de Marseille partagera avec son homologue lyonnais d'avoir été aménagé dans un édifice patrimonial ancien à l'architecture remarquable. Prévu pour accueillir 400 salariés, ce véritable nouveau centre de commandement pour reprendre les mots de Philippe Vallette, chef de projet SI audiovisuel et qui suit celui-ci pour le groupe La Poste, regroupera toutes les directions métiers et les fonctions supports jusqu'à présent disséminées dans la cité phocéenne et fera ainsi office en quelque sorte de siège social régional.

A l'angle des rues Colbert et Saint-Cannat se trouvera la seconde entrée permettant d'accéder à la Maison de l'habitat qui abritera la filiale crédits immobiliers aux particuliers du groupe et qui sera partiellement ouverte au public (sur rendez-vous). L'ensemble comprendra en tout 5000 m2 de bureaux (dont 500 en coworking) et 15 % d'entre eux seront disponibles à la location. 5 % seulement des bureaux destinés au groupe postal seront individuels au profit de bureaux en espace partagé (12 personnes au maximum). De très nombreux espaces de convivialité et d'échanges ont été également prévus à chaque étage dont un restaurant d'entreprise.




J. P. Pierrat
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer