AccueilEconomieLa menuiserie Bois & Béton entre dans l’ère numérique

La menuiserie Bois & Béton entre dans l’ère numérique

La menuiserie Bois & Béton, à Forest-Saint-Julien, vient de faire l’acquisition d’une machine à commande numérique cinq axes. Un gain en confort, en temps et en précision pour cette PME en expansion.
La menuiserie Bois & Béton entre dans l’ère numérique
M.-F. Sarrazin - Cette machine à commande numérique cinq axes permet de tailler un poteau en trois minutes, contre dix à la main.

EconomieHautes-Alpes Publié le ,

Ne cherchez pas le béton chez Bois & Béton, il n’y en a pas ! A vrai dire, le Champsaurin Guillaume Nicolas a délaissé le béton pour l’amour du bois. Titulaire d’un bac pro génie civil, l’entrepreneur commence sa carrière dans l’entreprise de maçonnerie de Jean-François Nicolas puis devient chef de chantier chez Queyras TP. De 1999 à 2009, il change complètement de cap en développant le service des eaux au sein de la communauté de communes du Champsaur.

Mais bâtir est dans son ADN et son amour pour le bois présent depuis toujours. Très bricoleur, il réalise tout chez lui, conçoit des cuisines et possède déjà des machines à bois. Il ne lui faut pas grand-chose pour se former et se lancer. Il saute le pas en 2009 en créant son atelier de menuiserie à Charbillac, Bois & Béton, en référence à sa maîtrise des deux matériaux. Seul au départ, il embauche petit à petit, puis investit 800 000 € dans la construction d’un atelier moderne, dans la zone artisanale de Pont-de-Frappe, à Forest-Saint-Julien. Une installation de plus de 500 m2, chauffée à partir des copeaux de bois inutilisés, pressés en briquettes pour alimenter la chaudière.

Rien que du sur-mesure

Aujourd’hui, ils sont 13 à travailler au sein de la menuiserie, autour de trois pôles : atelier (fabrication de cuisines, escaliers, garde-corps…), menuiseries extérieures et charpente ossature bois. « Les fenêtres représentent 50 % de notre activité », concède Guillaume Nicolas. Sur son téléphone, il balaie l’éventail de ses réalisations prises sous toutes les coutures par ses collaborateurs : terrasses, balcons, bardages bois, cuisines, tables, escaliers, rangements, extensions, saunas défilent sous ses doigts. Rien que du sur-mesure. Dans son atelier de fabrication, il sort le prototype d’une table pliante en bois pour manger depuis son transat. Une plage de la Côte d’Azur lui en a commandé toute une série, gravée à son effigie. Dans un recoin, sont entreposées plusieurs tables d’appoint coniques en forme de champignons qui viendront décorer le chalet d’une cliente. Les chantiers affluent et le chiffre d’affaires de Bois & Béton s’élève à 1,4 M€, soit une progression de 500 % en dix ans.

Guillaume Nicolas, dirigeant de Bois & Béton. 
(Crédit : M.-F. Sarrazin)

Guillaume Nicolas peut compter sur une équipe jeune, motivée et soudée pour l’épauler, même s’il reconnaît que trouver du personnel qualifié se révèle difficile, malgré un bon niveau de rémunération, du fait de la pénibilité du travail. C’est en partie ce qui l’a incité à investir dans une machine à commande numérique cinq axes (150 000 €), après avoir postulé à « Parcours Sud Industrie 4.0 ». En lançant cette opération, la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur entend mener les PME régionales vers l’industrie du futur, en leur offrant un accompagnement individuel (bilans, diagnostics…) et des subventions pour s’équiper.

« Avant, un escalier représentait 40 h de travail, 10 désormais »

Bois & Béton est la première menuiserie du Champsaur à disposer d’une machine de ce type. « C’est bien simple, on peut tout faire avec. Elle nous fait gagner en confort, en temps et en précision surtout. Avant, un escalier représentait 40 heures de travail, 10 désormais », s’enthousiasme Guillaume Nicolas. Tailler un poteau devient d’une simplicité confondante. La machine se déplace à une vitesse folle, incise, change d’outil, perce, le tout en trois minutes. « Il nous en aurait fallu au moins dix à la main, le temps de changer de machine », reconnaît Timothée, employé à l’atelier.

Mais cette machine, aussi sophistiquée soit-elle, n’est rien sans salarié aux commandes, qu’il s’agit de former à cette révolution numérique, en maîtrisant des logiciels de dessin. Simon se charge de toute cette partie en amont de la fabrication. « Cette machine est un couteau suisse, qui travaille aussi la petite série », précise le salarié, qui entrevoit d’autres applications du fait du caractère unique de la machine dans la vallée. « Nous aimerions collaborer avec le maillage local, devenir sous-traitants pour d’autres artisans ou négociants. Il s’agirait, par exemple, de produire des pièces pour les autres menuisiers qui n’auraient plus qu’à les poser », expose Simon.  

Bois & Béton intervient majoritairement dans le Champsaur (70 % des chantiers), dans le Gapençais et dans l’Embrunais/Guillestrois, du fait d’un partenariat établi avec Alpes Méditerranée Charpente, basée à Saint-Crépin, qui construit des maisons à ossature bois. La menuiserie s’apprête elle aussi à réaliser entièrement ses deux premières maisons à ossature bois, en fournissant y compris les équipements intérieurs. Au titre des projets, figure aussi la volonté d’obtenir une labellisation Bois des Alpes, matériau que l’entreprise travaille déjà (du mélèze à 80 %). Elle devrait enfin opérer la mise en valeur de son atelier, en agrandissant son showroom et en proposant un espace d’accueil plus chaleureux. Tout cela se fera doucement, mais sûrement. Un précepte qui a jusqu’à présent réussi à Guillaume Nicolas. Soigner les fondations, toujours.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?