AccueilBTPLa maison Sepalumic s'expose à Batimat

La maison Sepalumic s'expose à Batimat

Né d'un partenariat entre cet industriel, un menuisier et l'architecte Julie Démoulins, cet ouvrage veut apporter des solutions à la construction de demain en combinant le hors site, le bois et d'autres matériaux bio-sourcés dont la terre de site.
La maison Sepalumic s'expose à Batimat
Sepalumic / Julie Démoulins

BTPAlpes-Maritimes Publié le ,

A Batimat, le salon professionnel de la construction qui a ouvert ses portes ce 4 octobre à Paris, l'industriel Sepalumic (fabricant de profilés et de menuiseries aluminium pour le bâtiment), basé à Mouans-Sartoux expose et met en scène ses gammes de produits dans une construction contemporaine d'environ 200 m2. Originalité de cet ouvrage : il ne s'agit pas d'un stand classique qui disparaîtra après le salon mais bien d'un véritable bâtiment démontable, presque habitable, fruit d'un travail de conception et de mise au point de plusieurs mois entre trois acteurs. Il est né en effet d'une démarche collective entre Sepalumic, l'entreprise de menuiserie MAB (Menuisiers agenceurs de Bigorre) basée près de Tarbes et l'architecte Julie Démoulins (agence Ovation), en charge de la conception de l'ouvrage. « Le projet est parti de la volonté de Sepalumic de disposer d'un espace d'exposition réutilisable, écoresponsable car les salons génèrent des quantités astronomiques de déchets », explique Julie Démoulins. « En nous réunissant, nous avons réussi à mettre au point cet espace de démonstration innovant mais au-delà, ce partenariat inédit a permis d'imaginer des solutions face aux défis de la construction de demain », poursuit l'architecte.

Bois et circuits courts pour la nouvelle école d'Auron

Recours à la terre de site

Pour répondre à la problématique d'assemblage et de démontage dans des délais très courts (3 à 5 jours) mais aussi d'acheminement des modules, la construction hors site a été retenue. Le bâtiment se décompose ainsi en seulement trois modules, qu'il est facile de transporter et de remonter. Pour le procédé constructif, il s'agit d'ossature bois légère avec des parois en matériaux bio sourcés, des choix qui permettent de répondre aux exigences de la RE 2020. Autre innovation environnementale : la mise en œuvre de terre de site sur un des murs de l'ouvrage. « La construction terre est une filière prometteuse, car elle répond à beaucoup de problématiques : performance thermique, facilité de mise en œuvre et d'approvisionnement », explique Julie Démoulins. A Batimat, sera ainsi présentée une façade mettant en œuvre un procédé innovant et inédit d’application du matériau dans le droit fil de la démarche globale de ce projet fondé sur la sobriété et le respect de l'environnement, plutôt que sur le high-tech et les nouvelles technologies.

Nouvelles mobilités : des entrepreneurs du sud lancent le collectif « Moubilità »

Construire autrement

Dans ce travail d'équipe, la présence d'un fabricant installateur de menuiserie mais également menuisier et charpentier travaillant plusieurs matières (le bois, l'acier, l'aluminium, etc.) a facilité le travail d'étude et de création des éléments qui composent une construction imaginée à partir d'une feuille blanche. Et au-delà d'une construction vertueuse, à très faible consommation d'énergie, « cette expérience a permis de mener une vraie réflexion sur le processus de réalisation d'un bâtiment et la place que chacun des acteurs pourrait ou devrait y jouer », assure Julie Démoulins.

Parmi ces nouveaux territoires explorés, la construction hors site qui présente de nombreux avantages en matière de gestion des nuisances, de raccourcissement des délais, de qualité de fabrication, de maîtrise des coûts à l'heure où la flambée des prix des matériaux pénalise la conduite de nombreux chantiers… Autre enseignement : la mise en œuvre de l'innovation dès lors que l'architecte est associé très tôt avec l'entreprise et l'industriel à la conception des solutions techniques puis à leur mise en œuvre. « Cette synergie a permis de soulever énormément de questions et a laissé une véritable place à l’innovation et ce jusque dans le détail. C'est une démarche riche d'enseignement à l’heure où le secteur du bâtiment est encore paralysé par l'inertie de "faire comme on a l’habitude de faire", où la place de la réflexion en conception est de plus en plus limitée et où la réglementation, si lourde, vient décourager la moindre bonne intention qui pourrait poindre », juge Julie Démoulins.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 07 décembre 2022

Journal du07 décembre 2022

Journal du 30 novembre 2022

Journal du30 novembre 2022

Journal du 23 novembre 2022

Journal du23 novembre 2022

Journal du 16 novembre 2022

Journal du16 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?