AccueilArchitectureLa Maison de l'architecture et de la ville souhaite associer les usagers

La Maison de l'architecture et de la ville souhaite associer les usagers

Le nouveau bureau et membres associés ont élaboré un programme privilégiant la volonté d'être présent sur tout le territoire et d'impliquer les usagers de la ville dans les échanges communs.
La Maison de l'architecture et de la ville souhaite associer les usagers
J.-P. Enaut - Julie Danilo, directirce générale de la MAV, Billy Guidoni, secrétaire général et Eric Delorme, président.

Architecture Publié le ,

Une nouvelle équipe menée par son président Eric Delorme a pris les rênes de la Maison de l’architecture et de la ville Provence-Alpes-Côte d’Azur (voir encadré). Le fil conducteur de son action est une devise : « MAV PACA, Tous habitants ! ». La volonté est claire pour l’architecte toulonnais Eric Delorme : « Nous désirons associer à la fois les citoyens, les professionnels, les associations, les responsables politiques dans un esprit coopératif et inclusif. ». Pour la nouvelle équipe, il s'agit certes de montrer, d'éduquer et surtout de stimuler l'esprit. Selon Billy Guidoni, secrétaire général et maître d’ouvrage marseillais, « il n'y a pas d'opposition entre les personnes qui pensent et ceux qui utilisent les logements. Ce qui rend heureux, ce qui fait du bien, bénéficie à tous. »

Avec son équipe, Eric Delorme entend jouer la carte de l'ouverture, de la responsabilité et de la pluridisciplinarité comme dans le projet appelé « Monstre » qui avait associé en 2020, une conférence et une performance musicale. « Notre désir est de dépasser la simple diffusion pour fertiliser le terrain », ajoute Eric Delorme, qui souhaite que l'on arrête d'opposer sans cesse ville et campagne, nature et bâti, professionnels et usagers. Il s'agit ainsi de favoriser le croisement de thèmes dans le débat, le dialogue entre architectes et habitants. Il mentionne à ce sujet l'exemple de la cité de Fontbarlettes à Valence où les habitants se sont réappropriés leur territoire. « Une ville est vivante quand l'architecture est vivante », rappelle Billy Guidoni.

Sans avoir pour autant bâti son programme pour les trois ans à venir, l'équipe a défini cinq axes pour guider son action : l'occupation temporaire et l'agriculture urbaine, la fabrication de la ville sur la ville, la réflexion sur le patrimoine architectural, la notion d'échelle et enfin la notion de mobilité.

Cours d'architecture

La première action entreprise par la MAV est un partenariat avec Image de ville qui organise son festival du 15 au 24 octobre. « Nous sommes partenaires de la projection en avant-première du film "J'ai aimé vivre là" de Régis Sauder à la Baleine, au cours de laquelle nous convions des représentants de l'association Les muses urbaines qui travaillent sur la cité Air Bel à Marseille », explique Eric Delorme. La MAV sera ainsi le point d'information et de rencontre des festivaliers. « Nous initierons également des balades urbaines dans différentes cités de la ville », poursuit-il.

Autre action significative, des ateliers jeune public, séances de découverte de l'architecture par des élèves des écoles primaires sur des thèmes comme l'agriculture urbaine. « Nous poursuivons aussi les dispositifs "Cultive ta ville" et "Levez les yeux" jusqu'à noël, à la MAV et hors les murs », explique Julie Danilo, directrice générale de la MAV Paca qui développe des actions pédagogiques, aux côtés de la trésorière Elisabetta Castellano, en étroite coordination avec la Direction régionale des affaires culturelles et l'appui du Rectorat.

Les cours publics d'architecture qui ont été mis en place au Mucem et au Fonds régional d'art contemporain seront délocalisés à Toulon, dans les nouveaux locaux du CAUE 83 (Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l'environnement). « Nous avons initié un cycle de trois séances avec trois enseignants, Pascal Urbain, Jacques Sbriglio et Gilles Sensini, à un rythme hebdomadaire. La MAV poursuit de fait son devoir de transmission et de partage », confie Eric Delorme. Enfin, l'événement du début d'année 2022, sera l'exposition Privatopia sur les résidences fermées.

Une nouvelle ère s'ouvre, après la crise sanitaire, pour la Maison de l'architecture et de la ville, une entité créée et présidée par André Jollivet pendant quinze ans. Après Jean-Marc Chancel de 2018 à 2021, c'est désormais l'architecte toulonnais Eric Delorme qui prend les rênes de cet outil dont la finalité est de diffuser la culture architecturale auprès de différents publics.

Depuis l'assemblée générale du 22 juin dernier, une nouvelle équipe est aux manettes avec Billy Guidoni, maître d'ouvrage marseillais, en tant que secrétaire général, Elisabetta Castellano, architecte niçoise, en tant que trésorière.

A l'issue du conseil d'administration, le 7 juillet, quatre membres titulaires ont été également intégrés à savoir Wilfrid Jaubert, directeur du CAUE 83, Jade Peirano, architecte du patrimoine toulonnaise, Raphaël Azalbert, architecte dans le Vaucluse et Gilles Coromp, architecte alpin. « Cette composition traduit notre volonté de maillage du territoire, d'être présent sur les trois métropoles et sur toute la région », confie Eric Delorme.

Lors du second conseil d’administration qui s'est tenu le 9 septembre, cinq membres associés, issus de diverses structures, sont venus renforcer l'équipe. « Nous avons eu 17 candidats pour seulement cinq places au sein du conseil d'administration. Cela traduit un réel engouement pour participer à nos actions et initier de nouveaux projets », précise Billy Guidoni.  

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?