AccueilTerritoiresLa Durance va être rechargée en galets pour gagner en dynamisme

La Durance va être rechargée en galets pour gagner en dynamisme

La Durance va être rechargée en galets en ce mois d’août. Le chantier, conduit par le Syndicat mixte d’aménagement de la vallée de la Durance (SMAVD), doit redonner à la rivière un espace alluvial dynamique et plus naturel.
L’objectif de ce chantier est de tresser un lit naturel pour la rivière Durance.
SMAVD - L’objectif de ce chantier est de tresser un lit naturel pour la rivière Durance.

TerritoiresAlpes-de-Haute-Provence Publié le ,

Le lit de la Durance est en chantier. Cet été, le Syndicat mixte d’aménagement de la vallée de la Durance (SMAVD) intervient sur cette rivière qui se jette dans le Rhône. Il va réinjecter en août plus de 100 000 m3 de galets sur les communes de Puyvert, dans le Vaucluse, et de Charleval, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le chantier devrait se terminer en septembre.


L’objectif est « de redonner à la Durance les graviers qui lui manquent sur de nombreux secteurs pour mettre un terme à d’importants dysfonctionnements morphologiques, et ainsi tendre à nouveau vers un espace alluvial dynamique et recréer les conditions favorables à un retour durable des fonctionnalités naturelles de la Durance en tresses », annonce le SMAVD.

Recharges sédimentaires à Puyvert et Charleval

Concrètement, «les travaux de recharge sédimentaire consisteront en des opérations de terrassement dans le lit mineur de la Durance : les graviers situés sur les parties hautes des bancs seront prélevés pour être réinjecter dans le bras principal en eau », détaille le SMAVD.

« Les zones à araser seront déblayées à la cote altimétrique souhaitée, à l’aide d’engins d’extraction. Les matériaux seront ensuite chargés et transportés sur la zone de recharge, où les matériaux seront bennés en cordon avant d’être poussés, puis régalés à la cote altimétrique souhaitée », ajoute le syndicat mixte.

« Afin de minimiser la diffusion de matières en suspension dans l’écoulement vif, les travaux seront réalisés en eaux mortes, c’est-à-dire à l’abri de courants hydrauliques », prévient le SMAVD.

Préserver les écosystèmes

Pour ne pas détériorer l’écosystème de la Durance, « les travaux s’accompagnent de mesures fortes de préservation des écosystèmes », souligne le syndicat mixte. Les entreprises de travaux publics interviennent entre la fin de période nidification des oiseaux et le retour des crues. Les zones sensibles sont protégées, ainsi que les poissons avec des zones où les engins ne circuleront pas.

Des mesures ont aussi été prises pour gérer les risques de pollution. Les activités nautiques ont aussi été interdites.

Tresser le lit de façon naturelle

Les effets de ce chantier de recharge sédimentaire seront visibles après les prochaines crues. L’eau déplacera les graviers et devraient les étaler, de façon naturelle, surune vingtaine de kilomètres.


Ce cours d’eau, qui prend sa source à Montgenèvre (Hautes-Alpes), n’est plus la "capricieuse"du début du siècle dernier. Les extractions massives de matériaux dans son lit et les aménagements hydro-électriques ont perturbé son cours naturel. En résumé, la Durance n’a plus la force de transporter de galets, ni de "tresser" son lit. « Sur le bassin du Rhône, les rivières en tresses ont perdu près de 50 % de leur linéaire de tressage au cours des deux derniers siècles », rappelle le SMAVD. La nature a donc besoin d’un petit coup de main des engins chantier.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 28 septembre 2022

Journal du28 septembre 2022

Journal du 21 septembre 2022

Journal du21 septembre 2022

Journal du 14 septembre 2022

Journal du14 septembre 2022

Journal du 07 septembre 2022

Journal du07 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?