AccueilUrbanismeLa décharge de la Crau fait du biogaz

La décharge de la Crau fait du biogaz

Inaugurée le 9 octobre, la centrale à biogaz Dalkia fait oublier la décharge à ciel ouvert de la Crau.
La décharge de la Crau fait du biogaz
M. Deuff - L'ancienne décharge de Marseille, recouverte de terre, est désormais une colline verdoyante.

UrbanismeBouches-du-Rhône Publié le ,

Pour ceux qui ont eu l’occasion de voir l’ancienne décharge de Marseille (et d’en subir les désagréments…), le changement est radical. Recouverte de terre sur laquelle la végétation a poussé, c’est désormais une colline verdoyante. Une nouvelle étape de la réhabilitation du site a été franchie avec la mise en service d’une installation de valorisation du biogaz, dont l’inauguration a eu lieu le 9 octobre.

Cette installation transforme le biogaz issu des lixiviats en énergie verte : électricité et chaleur. L’ensemble correspond à 40.000 MW/an, soit l’équivalent de la consommation d’une ville de 17.000 habitants. La chaleur produite par cogénération permet de traiter les lixiviats. Et l’ensemble contribue à réduire les gaz à effet de serre ; notamment en récupérant le méthane dont le potentiel de nuisance est 25 fois supérieur au CO2.

28 mois de travaux

Vingt-huit mois de travaux et d’études (dont un chantier de 12 mois) ainsi qu’un budget de 10 millions d’euros ont été nécessaires pour réaliser l’installation de biogaz. Il a également fallu forer 233 puits de captage, installer les modules de traitement des lixiviats ainsi que les moteurs et turbines de production d’électricité. « Auparavant, le biogaz était capté sur le site mais brûlé à la torchère », explique Loïc Campillo, responsable d’exploitation du site. Le traitement des gaz sur lit de charbon actif est essentiel, car le biogaz « brut » est constitué pour moitié de méthane (CH4) et de dioxyde de carbone (C02) avec des traces importantes de sulfures d’hydrogène (H2S) et de mercaptans, sources de nuisances et d’usure prématurée des moteurs. L’ensemble de l’installation est en service depuis près d’un an et elle donne entière satisfaction.

Le 9 octobre, Guy Teissier, député et président de Marseille Provence Métropole (MPM), Jean-Michel Mazalerat, PDG de Dalkia, et Pierre de Montlivault, directeur de Verdesis, ont inauguré l’usine de biogaz qui se trouve être l’une des plus importantes en France et en Europe. Pour Verdesis, spécialiste de ce type d’installation, il s’agit d’un positionnement majeur en Provence. Cette société lorgne en effet sur d’importants marchés en Europe de l’Est. Guy Teissier s’est déclaré « particulièrement fier d’inaugurer le premier site à énergie positive du territoire ». Il souligne « qu’après avoir été une source de pollution, la décharge de la Crau est devenue exemplaire ».

Située en contrebas de la « colline » de déchets, l’unité de biogaz est un immense bâtiment constitué de bardage de bois. À l’intérieur, des groupes de moteur (V12) accouplés à des alternateurs produisent du 400 volts et tournent en permanence. Quasiment aucune odeur ne s’échappe de ce bâtiment qui abrite également les filtres à charbon actif. Dirigée par Loïc Campillo, une petite équipe de quatre personnes surveille l’ensemble des installations.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?