Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

La Coque s'ouvre au BIM !

Bouches-du-Rhône Publié le - - Architecture

La Coque s'ouvre au BIM !
J. Ph. PIERRAT - Avec ce dispositif, on peut plonger facilement dans les entrailles d'un bâtiment.

En ouvrant un espace immersif dédié au BIM (Building information modeling) et au CIM (City information modeling), l'Etablissement public d'aménagement Euroméditerranée veut insuffler une dynamique collaborative dans la façon de construire la ville.

Attention, après une immersion totale d'une matinée dans le monde virtuel en 3D du BIM (Building information modeling) et du CIM (City information modeling), le retour à la réalité peut s'avérer plus terre à terre. C'est peut-être ce qu'ont pu ressentir certains des participants, professionnels de l'immobilier et de l'aménagement, maîtres d'ouvrage et maîtres d'œuvre, qui se sont pressés, le 24 avril dernier en matinée, à la Coque à Marseille, pour y découvrir le nouvel espace immersif et collaboratif dédié aux nouvelles technologies de la construction et ouvert à tous les acteurs de la ville et du bâtiment par l'Etablissement public d'aménagement Euroméditerranée (EPAEM).

Ouvert à tous les acteurs de l'immobilier et de l'aménagement

Sur les 60 m2 du centre d'innovation de la culture numérique métropolitaine de la Coque, qui se veut un lieu innovant, l'aménageur public vient en effet d'ouvrir un espace collaboratif entièrement consacré à ces nouvelles technologies de la construction que sont le BIM et le CIM. Y sont attendus « tous les acteurs de la communauté », ainsi que l'a souligné à cette occasion, le directeur général de l'EPAEM (et ancien préfet de région), Hugues Parant.

Equipée du matériel ad hoc - écran de projection géant, écran tactile de 85 pouces, vidéo-tracking équipée de 6 caméras, lunettes de réalité virtuelle… - cette salle d'un nouveau genre permet, jusqu'à vingt personnes environ, de modéliser ensemble bâtiments et structures, voire des territoires entiers, quartiers, villes, comme le permet le CIM. L'interaction est totale. L'échange ou la modification d'une information peut ainsi par exemple se faire instantanément à partir du smartphone d'un acteur de la maquette numérique. C'est là un de ses grands intérêts, celui d'être particulièrement réactif. Ce que n'ont pas manqué de relever ses premiers utilisateurs. On peut ainsi littéralement « se balader » au sein de la maquette, et pas qu'en surface, en sous-sol également et ce, sous les moindres détails.

Des avantages mis en avant

Des démonstrations ont d'ailleurs eu lieu à cette occasion. Elles ont permis de mettre en avant tous les atouts de ce nouvel outil. Une table-ronde, qui a réuni en la circonstance professionnels de l'aménagement et du bâtiment, et spécialistes du BIM, a permis en effet notamment de mieux en mesurer les avantages non seulement pour la conception et la construction, mais aussi pour l'organisation, la coordination, l'exploitation ou encore la gestion. Au niveau du coût, par exemple, sur le cycle de vie d'un bâtiment, 12 % de baisse pourraient être espérés dans les 5 à 7 ans, ont ainsi estimé certains d'entre eux. « Sans compter les gains de performance, non seulement pour les entreprises, mais également pour les maîtres d'ouvrage », ont-ils encore fait remarquer.

Enfin, Euroméditerranée a pu faire état lors de cette présentation, par la voix de sa directrice de la maîtrise d'ouvrage, Anaïs Cadier, de sa propre démarche entreprise en la matière et du travail qu'il a d'ores et déjà effectué lui-même, en partenariat avec le CSTB*, pour la modélisation numérique multi-échelle de l'OIN**. La responsable de la maîtrise d'ouvrage de l'établissement a en particulier expliqué comment le projet des Fabriques situé au nord du périmètre d'Euromed, au-delà de Smartseille et des Crottes, a pu être conçu avec un tel outil, et plus particulièrement en ce qui concerne les implantations, les hauteurs et les volumes de ce futur écoquartier. CQFD avec le CIM !

* Centre scientifique et technique du bâtiment
** Opération d'intérêt national

Mode d'emploi

A partir du 15 mai prochain, les professionnels intéressés pourront réserver à l'avance des créneaux d'utilisation de cet espace, mais, sans accompagnement, ils devront être en capacité d'utiliser le matériel et les logiciels mis à disposition, et devront venir, en plus, avec leur propre contenu.

En revanche, dans un second temps, à l'automne, l'EPAEM devrait mettre en place la maquette numérique qu'il développe pour l'OIN.




J. P. Pierrat
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer