AccueilUrbanismeLa CNDP désigne les garants de la concertation sur l’extension du tramway marseillais

La CNDP désigne les garants de la concertation sur l’extension du tramway marseillais

La commission nationale du débat public (CNDP) vient de désigner les garants qui piloteront la concertation préalable à la seconde phase de l’extension nord/sud du tramway de Marseille.
Mathias Bourrissoux et Jean-François Coumel sont les deux garants désignés par la commission nationale du débat public (CNDP) pour superviser la concertation préalable à la seconde phase du projet d’extension nord et sud du tramway de Marseille.
M. Colin - Mathias Bourrissoux et Jean-François Coumel sont les deux garants désignés par la commission nationale du débat public (CNDP) pour superviser la concertation préalable à la seconde phase du projet d’extension nord et sud du tramway de Marseille.

UrbanismeBouches-du-Rhône Publié le ,

Mathias Bourrissoux et Jean-François Coumel sont les deux garants désignés par la commission nationale du débat public (CNDP) pour superviser la concertation préalable à la seconde phase du projet d’extension nord et sud du tramway de Marseille. Programmée pour le dernier trimestre 2022, cette plongée dans l’arène démocratique vise à permettre au public de se prononcer sur ce projet d’allongement de la ligne 3 du tramway au nord, entre le pôle d’échanges de Capitaine Gèze (15e) et la cité La Castellane (16e), sur 6,3 à 7,1 kilomètres via dix à onze stations selon les variantes retenues, et au sud, entre La Gaye (9e) et la Rouvière (9e), sur 1,5 kilomètre via trois stations.

Le projet, inscrit sur le plan de mobilité de la Métropole Aix-Marseille-Provence (AMP) approuvé fin 2021, prévoit par ailleurs le renforcement du pôle d’échanges du lycée Saint-Exupéry et la création d’un pôle d’échange multimodal à Saint-André, un équipement qui accueillera une nouvelle halte ferroviaire TER, un parking relais et plusieurs lignes de bus.

Ingérop et Ilex en charge de l’extension du tramway vers la place du Quatre-Septembre

Un coût estimé à 400 M€

Alors que les premières estimations laissent apparaître un coût d’environ 400 M€, la concertation devrait permettre d’affiner le tracé de ces deux tronçons du réseau de Transports en commun en site propre (TCSP) dont la mise en service est attendue à l’horizon 2030.

Aix-Marseille Provence : 3,5 milliards d'euros pour en finir avec le tout voiture

Au nord, la Métropole AMP privilégie un tracé longeant l’autoroute A 55 depuis le lycée Saint-Exupéry, via la traverse Pradel, pour rejoindre le pôle d'échanges de la future station de Saint-André. La Ville de son côté souhaiterait un passage par le littoral afin de desservir le noyau villageois de Saint-André. Une option plus longue d’environ 1 kilomètre et techniquement plus complexe : la desserte littorale impliquerait la réalisation de deux ouvrages d’art pour franchir la voie ferrée... solution mécaniquement plus coûteuse que le tracé direct mais dont le surcoût pourrait être compensé par le gain de fréquentation induit.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 28 septembre 2022

Journal du28 septembre 2022

Journal du 21 septembre 2022

Journal du21 septembre 2022

Journal du 14 septembre 2022

Journal du14 septembre 2022

Journal du 07 septembre 2022

Journal du07 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?