Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

Les Pennes-Mirabeau La CNAC retoque le projet de retail park de Barnéoud et de la Compagnie de Phalsbourg

le - - Urbanisme

La CNAC retoque le projet de retail park de Barnéoud et de la Compagnie de Phalsbourg
D.R. - Le projet de retail park porté par Barnéoud et la Compagnie Phalsbourg a été rejeté par la CNAC.

Quatre mois après la commission départementale d'aménagement commercial (CDAC), c'est au tour de la commission nationale de rejeter le projet de retail park porté par le groupe Barnéoud et la Compagnie de Phalsbourg sur la zone de Plan-de-Campagne.

Nouveau camouflet pour le groupe Barnéoud et la Compagnie de Phalsbourg. Quatre mois après le veto de la commission départementale d'aménagement commercial (CDAC), la foncière qui est à l'origine du développement de l'immense zone commerciale de Plan-de-Campagne entre Aix et Marseille et le promoteur parisien ont reçu ce 27 septembre un nouvel avis défavorable, cette fois de la commission nationale (CNAC) pour le projet de retail park qu'ils envisagent de réaliser au coeur de la partie historique de la zone, à l'entrée de la commune des Pennes-Mirabeau.

Via une société ad hoc – la SCI Les Rigons – les deux opérateurs espéraient créer un retail park aux dimensions XXL : cette nouvelle pièce conçue par l'architecte Antonio Virga (Paris, Milan) devait se développer sur près de 100 000 mètres carrés de plancher sur 13 hectares, pour une surface totale de vente de 39 644 m2 avec 3 000 places de parking, sur une friche industrielle, dans le secteur des Rigons, entre Cabriès et Les Pennes-Mirabeau. Cette opération se serait traduite par la réalisation d'un méga centre commercial agrégeant 36 moyennes surfaces non alimentaires (35 260 m2 au total), 19 boutiques (4 240 m2) et 6 kiosques (144 m2).

Le projet était ardemment contesté par les commerçants de la zone et par l'Union pour les entreprises des Bouches-du-Rhône (UPE 13).

Frondes locales

Dans son avis négatif émis le 25 mai 2018, la CDAC pointait « le risque de création de friches commerciales vieillissantes, difficiles à vendre, à louer et à entretenir » à cause du transfert des enseignes existantes vers le nouveau centre commercial. La CDAC brandissait le spectre « d'une sorte d'oasis luxueuse dans un univers commercial en déshérence ».

L'UPE 13 estimait quant à elle que les conditions n'étaient pas réunies dans le centre-ville de Marseille (parking, sécurité, accessibilité et animation) pour affronter une telle concurrence. Les patrons en appelaient à la mise en place « d'un vrai schéma d'urbanisme commercial, au bon périmètre et à la hauteur des ambitions d'une grande métropole européenne ».


Lire aussi : Les Pennes Mirabeau : la CDAC rejette le projet d'extension de Barnéoud





William Allaire
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide